Partagez | .
 

 Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Dim 11 Mai - 1:20

Stay alive, that my only request

(feat Ahn Ri Shin)




Tout autour de lui était sombre, englouti par des brumes ténébreuses et effrayantes. Pas un bruit, pas un rayon de lumière. L'endroit était dénué de vie.

- Hého! Est-ce qu'il y a quelqu'un ?

Jae Sun espérait trouver quelqu'un dans ce lieu plongé dans une nuit éternelle. Mais personne ne répondit. La panique commençait à le gagner. Il ne voyait rien, n'entendait rien, se contentant d'avancer devant lui, risquant à tout moment de percuter quelque chose.

- Si quelqu'un m'entend, je vous en prie, répondez!

Il voulait crier, hurler à s'en briser les cordes vocales pour que quelqu'un lui réponde, mais sa voix tremblait trop. Tout son corps tremblait de panique, sans qu'il ne puisse le contrôler. Il tendit l'oreille, en vain. Il était seul. Tout seul, face aux ténèbres. Cependant, il ne s'avoua pas vaincu, et continua à marcher. Les minutes s'écoulaient lentement, beaucoup trop lentement... Comme si le temps avait lui aussi décidé de jouer avec lui. Il n'en pouvait plus. Il avait envie de pleurer.

- Jae Sun...

Le barista sursauta. Cette voix... Cette voix douce et féminine, c'était celle de...

- Mère ? Mère, où êtes-vous ?

C'était elle, il en était sûr! Jamais il n'avait oublié le son de sa voix. Jamais il n'avait oublié cette douceur avec laquelle elle parlait, tout comme lui le faisait.

- Mère, je vous en prie, répondez-moi!

Le bruit qui suivit le figea. Des cris. Il avait entendu des gens crier. Sa mère, mais aussi son père. Une étrange chaleur semblait provenir d'un endroit derrière lui. De ce même endroit provenait également une odeur âpre, étouffante, désagréable... Une odeur qu'il ne connaissait, hélas, que trop bien. L'odeur des cendres.

- Pitié, non... Pas encore...

Lentement, il se retourna, ne craignant qu'une seule chose : avoir raison.
Et bien si. Encore. Une fois de plus. Et certainement pas la dernière.
Face à lui se dressait la maison dans laquelle il vivait lorsqu'il était sur Terre, dans le même état que le jour où il était rentré d'Angleterre. En cendres. Semblable à des ruines de la Seconde Guerre Mondiale.

- Mon Dieu, que nous est-il arrivé ?

Ses parents étaient enlacés dans l'encadrement de la porte dévasté, pleurant de désespoir, sans trouver de réconfort dans les bras de l'autre. Leur corps n'était composé que de cendres et de braises. Sans dire un mot, les larmes aux yeux, le Spirit n'osait pas bouger. Il était choqué, complètement traumatisé par cette vue. Ses parents le virent, et, se tenant toujours par la main, il vinrent à lui.

- Jae Sun, chéri... gémirent-ils ensemble. Aide-nous... Par pitié, ne nous laisse pas comme ça...

Ce dernier se mordait les lèvres pour retenir ses sanglots. Mais il ne put empêcher ses larmes de couler le long de ses joues. Les voir dans cet état lui faisait mal, tellement mal...

- Je... Je ne peux... Rien faire... Je... Je suis... Désolé...

Ses parents baissèrent la tête, le regard abattu.

- Pardonne-nous...

En entendant  ces mots, Jae Sun paniqua. Non... Pas ça...

- Non! Je vous en prie, attendez!

Mais, avant même qu'il n'ait pu les effleurer, les deux adultes, après lui avoir offert un dernier sourire atrocement tendre, se transformèrent en un tas de poussière.

- Non...

Impuissant, désespéré et brisé, le barista se laissa tomber à genoux sur le sol. Lentement, il prit la poussière dans ses mains et la fixa, y voyant un ancien bonheur détruit par le feu.

- Non.

Lentement, les cendres de ses parents glissèrent entre ses doigts, avant de s'envoler vers le ciel, rejoignant le Paradis, qui les attendait. Cette fois, il ne put se retenir.

- Non!

Le visage enfoui dans ses mains, il se mit à hurler. Hurler de tristesse, hurler de désespoir. Ses larmes redoublèrent de vigueur, laissant des traces humides sur ses paumes noircies par la poussière. C'était fini. Jamais plus il ne les verrait.

- PÈRE! MÈRE!


Le Spirit se réveilla en sursaut, haletant, tremblant, le visage dégoulinant de sueur. Où était-il ? Instinctivement il regarda autour de lui. Il s'était assoupi sur la table basse de son salon. Son salon... Son appartement.

- Un cauchemar... Ce n'était qu'un cauchemar...

Soupirant de soulagement, il laissa sa tête retomber sur la table basse, entre ses bras. Mon Dieu, qu'il avait eu peur! Il avait souvent fait des cauchemars à cause de ça, mais c'était bien la première fois que ses parents faisaient leur apparition dedans. Et cela n'avait fait qu'empirer les choses. À chaque fois qu'il dormait seul, c'était pareil. Il faisait le même genre de cauchemar. Qu'est-ce que cela pouvait être agaçant... Il espérait de tout cœur qu'il pourrait dormir avec Eugène ce soir.

Mais au fait... Pourquoi avait-il dormi dans le salon ? Pourquoi n'était-il pas dans son lit ? Reprenant ses esprits, il se souvint de la nuit dernière. L'inconnu... Il avait rencontré un inconnu, alors que ce dernier avait tenté de se suicider. Il l'avait ramené chez lui, l'avait soigné et l'avait veillé.... Et il avait dû finir par s'assoupir. Levant la tête, Jae Sun regarda l'homme endormi sur le canapé. Cette vue le fit sourire. Il avait l'air si paisible lorsqu'il dormait... Cela contrastait énormément avec son visage larmoyant et déformé par la peur qu'il lui avait montré hier. Sans faire de bruit, il se leva et alla s'accroupir près de lui. Il avait reprit des couleurs, mais il transpirait beaucoup. Immédiatement, il prit un mouchoir en tissu, l'humidifia dans la bassine remplie d'eau sur la table basse, et essuya délicatement la sueur perlant le long de son visage.

Lorsque l'inconnu ouvrit les yeux, le barista se pencha légèrement sur lui, l'air inquiet.

- Ça va, vous avez bien dormi ? Vous vous sentez mieux depuis hier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Hansol [Topp Dogg]
Messages : 150
avatar
Ahn Ri Shin
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Dim 11 Mai - 3:22


Dormir était un instant de répit absolu pour Ri Shin. Non pas parce qu’il pouvait imaginer, vivre une vie qui lui avait été interdite dès sa naissance, loin de là, mais simplement parce que lors de son sommeil, il n’était rien. Rien de plus que le vide même. L’incarnation du chaos. Aucun rêve ne venait égayer ses nuits froides de la même façon qu’aucun cauchemar ne venait agiter ce bref instant de torpeur. Dans ces moments, alors qu’un voile obscur tombait devant ses yeux emplis de ténèbres et qu’une douce narcose annihilait peu à peu le moindre de ses sens, le jeune homme se sentait enfin libéré. Il n’avait plus à penser à toutes ces folies incongrues qui tournaient furtivement dans sa tête, voir des faits qu’il voulait ignorer, entendre des bruits qui lui donnaient la nausée. Il pouvait respirer librement, s’abandonner à une léthargie qu’il savait déjà trop courte. Fugace échappatoire de son monde distordu et monochrome, le mafieux aimait plus que tout le sommeil. Etrangement, il avait l’impression d’être semblable à un volatile prisonnier dans une cage. Non pas une cage aux barreaux dorés et remplie de lumière, mais une cage aux barreaux difformes, sale et poussiéreuse. Tout comme les oiseaux qu’on tentait d’assoupir en leur dissimulant le jour à l’aide d’un grand drap noir, Ri Shin avait l’impression que la nuit répandait en son esprit une pénombre silencieuse et bienfaitrice, lui dissimulant un court instant l’éclat douloureux de sa vie. Elle lui masquait ses plus grands tourments, lui donnait de faux espoirs de liberté tout en le rendant aveugle.
Car s’il ne voyait plus, ne songeait plus et n’entendait plus, le Shadow était sans aucun doute le plus libre de tous les hommes.
Mais cette fois-ci, alors que son être baignait dans les méandres du sommeil et que sa tête reposait dans une léthargie le préservant de toutes les absurdités que lui apportait son existence, Ri Shin ressentait une vague différence. Il avait comme l’impression qu’une douce chaleur s’imprégnait dans ses membres qu’il ne sentait plus véritablement, que cette source inconnue palpitait faiblement au cœur de ces ténèbres anesthésiantes, provoquait de frêles ondes qui se répandaient le long de leur surface lisse avant de l’atteindre. Il les sentait lui picoter le bout de ses doigts fuselés, telles de petites décharges électrique, avant de s’infiltrer dans sa main, suivre le long de son bras et gagner ses épaules, courir sur la peau tendre de sa nuque puis finir leur course sur son visage détendu, taquiner ses paupières closes. Comme si, d’une façon ou d’une autre, elles cherchaient à le réveiller.

Le Shadow battit lentement des cils, émergeant peu à peu du sommeil dans lequel il était plongé…avant de le regretter amèrement. Comme il s’en doutait, dormir était le meilleur des remèdes et sans nul doute le plus efficace de tous les antalgiques… Car, à peine venait il de se réveiller qu’il fut pris d’une vive migraine, ainsi que d’une violente douleur lui lacérant le poignet droit. Il réprima une grimace, se mordant la lèvre, avant de remarquer ce qu’il se tramait autour de lui. Levant subitement les yeux avec surprise, il tomba nez à nez avec un homme dont le visage lui était familier, celui-ci épongeant doucement son front à l’aide d’un linge humide. Plissant un instant les paupières, il tenta de faire le tri dans son esprit encore brumeux et confus, accentuant de la sorte l’intensité de son mal de crâne. Qu’avait-il fait la nuit dernière déjà ?
La réponse à cette question s’imposa avec force dans son esprit agité avant même qu’il ne puisse la formuler directement. Il se souvenait. Plus ou moins approximativement, mais il se souvenait bel et bien. Il avait fait une crise. Encore une. Et il s’était retrouvé face à cet homme qui avait voulu l’aider et puis…et puis il avait pété les plombs. Littéralement.

- Ça va, vous avez bien dormi ? Vous vous sentez mieux depuis hier ?

Ri Shin sortit de ses pensées, interpelé par le ton inquiet de l’étranger qui s’était penché vers lui. Il le fixa en silence, réfléchissant à sa question. Ou plutôt aux deux. Que pouvait-il répondre, alors qu’il n’était pas encore assez bien réveillé pour formuler quoi que ce soit ?
Son regard dévia sur le côté, détaillant la pièce dans laquelle il se trouvait. De toute évidence, et il était tout juste assez lucide pour le deviner seul, il devait se trouver chez cet étranger. Ses mains tâtèrent hasardement la surface de l’objet sur lequel il se trouvait, avant de l’identifier comme étant un canapé. Ses yeux se posèrent sur le bandage qui ornait son poigné blessé. Ainsi donc, il l’avait véritablement soigné…
Le mafieux se redressa lentement, prenant appuis sur ses coudes et porta une main fiévreuse dans sa chevelure. Dieu qu’il pouvait avoir mal à la tête…c’était tout bonnement insupportable, à croire qu’il venait de se réveiller d’une cuite comme il n’en avait jamais eu. Déglutissant et fermant un instant les yeux, il se rendit compte que ceux-ci lui picotaient légèrement, comme s’ils étaient irrités. Comme s’il avait pleuré. Ri Shin se stoppa un bref instant. Avait-il pleuré ? Il ne s’en souvenait pas bien…

- Je…ça…ça peut aller, répondit-il tout en fronçant les sourcils, réfléchissant à sa réponse. J’ai juste l’impression que ma tête va exploser d’une seconde à l’autre, ça fait un mal de chien…grinça-t-il avant de laisser échapper un juron. Mais oui, j’imagine que c’est toujours mieux qu’hier.

A vrai dire, le Shadow se sentait extrêmement faible, mais voulait se montrer plus résistant qu’il ne l’était –soucis d’égo surdimensionné, comprenez-vous. Les derniers souvenirs de la veille lui restaient encore bien flous, et il préférait émettre une certaine réserve quant à son interlocuteur. Qui savait ce qu’il avait pu faire et dire avant qu’il ne le ramène chez lui…
Il tenta de se redresser complètement et de s’asseoir alors que sa vision se troubla soudainement. Non, bouger ne semblait pas être la meilleure chose à faire pour le moment… Espérant que l’inconnu n’ait pas remarqué cette petite baisse de tension, il tenta de changer rapidement de sujet.

- J’ai dormi longtemps ? Quelle heure est-il ?...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Lun 26 Mai - 23:39


Jae Sun regardait l'homme allongé sur le canapé. Les yeux irrités par les pleurs de la veille, le corps couvert de sueur, il semblait souffrant. Mais il ne l'était pas, il ne l'avait que trop bien compris. Il était bien pire que ça. Il était un survivant.

Survivant qui ne tarda pas à se redresser sur ses coudes et à porter une main sur son visage. Il avait l'air fiévreux. Le pauvre... Même si les survivants ne se faisaient pas si rares que ça dans ce monde, c'était la première fois que le barista rencontrait une personne si désespérée... Si seule... Si anéantie... Son cœur en avait pris un sacré coup. Il voulait absolument l'aider. Il détestait voir des gens souffrir, et encore plus lorsqu'ils s'obligeaient à jouer les cœurs de pierre pour survivre. En temps normal, il n'aurait pas osé s'approcher de quelqu'un comme ça, il aurait été trop intimidé. Mais là, tout avait été différent. La première image qu'il avait eu de cet inconnu n'était pas celle d'un gros dur. C'était celle d'un homme entre la frontière de la vie et celle de la mort, à demi inconscient dans une mare de son propre sang. Et face à ça, personne ne peut rester sans rien faire. Il ne faisait pas exception.

L'homme prit finalement la parole, sortant le Spirit de ses pensées.

- Je… Ça… Ça peut aller, dit-il en fronçant les sourcils. J’ai juste l’impression que ma tête va exploser d’une seconde à l’autre, ça fait un mal de chien… Il laissa échapper un juron, puis reprit. Mais oui, j’imagine que c’est toujours mieux qu’hier.

Donc, à retenir : il n'allait pas bien, il avait une énorme migraine et son égo était bien plus surdimensionné que Jae Sun ne le craignait. Ce dernier reporta finalement son esprit sur la migraine de son interlocuteur. Plusieurs fois, il avait usé de son pouvoir pour absorber la douleur de l'inconnu. Mais plusieurs heures s'étaient écoulées depuis. Et, malheureusement, il ne semblait pas encore tout à fait guéri.

C'est donc inquiet qu'il regarda l'homme se redresser, avant de se stopper. Cela ne lui échappa pas.

- Doucement, doucement...

Et, comme il s'y attendait, l'inconnu tenta de changer de sujet.

- J’ai dormi longtemps ? Quelle heure est-il ?...

Le barista se redressa un peu, voulant être prêt à le rattraper s'il s'évanouissait. Le voir assis dans cet état ne le rassurait pas du tout.

- Je préfèrerais que vous restiez allongé pour le moment, dit-il de son éternel ton doux et inquiet. Faîtes attention, ne forcez pas trop, vous êtes encore faible... Vous n'avez pas énormément dormi, il n'est que huit heures du matin.

Bon, avant tout, le Spirit devait faire en sorte que l'homme n'ait plus mal. Il posa alors délicatement sa main droite sur son front, puis sa main gauche sur son poignet blessé. Fermant les yeux, il murmura.

- Attendez, ne bougez pas...

Sur ces mots, il absorba la douleur de l'inconnu. Il sentit une énorme brûlure au niveau de ses mains, avant que celle-ci ne remonte jusqu'à ses tempes. C'était douloureux. Très douloureux. Il grimaça légèrement, attendant que cela passe tout doucement. Puis il releva la tête vers son interlocuteur.

- Je confirme, c'est douloureux, dit-il en souriant tristement.

Soudain, il ressentit une forte douleur à l'arrière de son crâne. Surpris, il se laissa tomber à genoux sur le sol. Un gémissement s'échappa de ses lèvres. Lentement, il dirigea une main tremblante vers l'endroit qui lui faisait mal, et y découvrit à tâtons une plaie. Ah oui, c'est vrai, lui aussi était blessé.

- Tiens, j'ai failli oublié ça... murmura-t-il en soupirant.

Sans comprendre pourquoi, il se mit à rire. Il était ébahi, non seulement par cet oubli grotesque de sa part, mais aussi par la robustesse de cet homme. Il était presque entièrement vidé de son sang, et pourtant, il l'avait bien amoché. Ce n'était pas la seule blessure qu'il avait, en plus... Doucement, sa main descendit vers son cou, ou il sentit une autre plaie. C'était celle que l'inconnu lui avait fait avec son poignard. Mais elle ne devait pas être bien grave, puisqu'il n'avait pas mal à cet endroit-là.

Mais tout ce qu'il avait n'était rien comparé à la personne en face de lui. Il releva la tête et le regarda avec ses yeux doux, un sourire amusé étirant le coin de ses lèvres.

- Vous avez vraiment une force surhumaine, dit-il en riant. Malgré le peu de sang que vous aviez encore dans les veines, vous avez réussi à me laisser un joli souvenir à l'arrière du crâne, et un autre sur le cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Hansol [Topp Dogg]
Messages : 150
avatar
Ahn Ri Shin
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Lun 2 Juin - 0:27


Malheureusement pour lui, l’inconnu sembla remarquer son instant de faiblesse, lui intimant gentiment de ne pas forcer avant de se redresser, comme s’il voulait le rattraper au cas où il viendrait à s’effondrer. Ri Shin ne put contenir le tic dédaigneux qui étira la commissure de ses lèvres. Avait-il donc l’air si fébrile ? Cette question, posée à sa conscience torturée, n’eut qu’un vague murmure en guise de réponse. Fébrile ? Oui, il l’était. Il l’était bien plus qu’il n’aurait voulu le paraitre, et cette vérité était autant indéniable qu’évidente.

- Je préfèrerais que vous restiez allongé pour le moment, lui dit-il doucement. Faîtes attention, ne forcez pas trop, vous êtes encore faible... Vous n'avez pas énormément dormi, il n'est que huit heures du matin.

Encore. Encore ce ton doucereux et soucieux qui résonnait à ses oreilles, ce ton à la fois apaisant et chaleureux qui ne voulait disparaître de son esprit. Ce ton qui devenait tellement familier que c’en était insupportable. Et ce qui l’était encore plus était le fait que le mafieux en venait presque à l’apprécier. A l’attendre. Comme si ce ton lui apportait un quelconque réconfort, un secours inespéré. Oui, ce ton était tout bonnement insupportable.
Ri Shin se mordit la lèvre, agacé. Cela lui plaisait donc tellement de lui rappeler ô combien il était faible et indisposé à faire la moindre chose de lui-même ? Il n’avait pas besoin de son avis après tout. Et puis qu’en savait-il, de la posture qu’il devait prendre ? Il était médecin peut-être ?
Malgré ce flot de pensées narquois qui défilait dans sa tête, Ri Shin s’exécuta de mauvaise grâce en s’allongeant nonchalamment sur le dos, affichant un air vexé. Il ne suivait pas ses conseils, détrompez-vous. Sa migraine lui donnait juste le tournis et il lui semblait préférable de s’allonger afin de faire disparaître la sensation de malaise qui montait peu à peu en lui…ou quelque chose comme ça. Comme lui avait dit l’homme, il n’avait pas beaucoup dormi, et la fatigue se faisait inévitablement sentir. Les deux poches obscures qui étaient visibles sous ses yeux ne pouvaient que le démontrer. En plus d’avoir passé une nuit agitée, le Shadow avait passé une nuit très courte. Trop courte.
Délicatement, l’inconnu posa ses mains sur son front et son poignet blessé, avant de fermer les yeux, comme s’il se concentrait.

- Attendez, ne bougez pas...murmura-t-il.

Ri Shin sentit soudainement la vague de douleur qui palpitait en son corps disparaître, comme absorbée par son interlocuteur.

- Je confirme, c'est douloureux, lui dit-il en souriant avec tristesse, comme voulant confirmer ses pensées.

Le mafieux l’avait oublié. Ce n’était pas la première fois que cela se produisait, il lui avait déjà fait ce tour de passe-passe la veille. L’homme avait l’étrange pouvoir d’absorber la douleur des autres. Le stupide pouvoir de faire taire les explosions de rage et de fureur qui tambourinaient sous sa peau même, les gouffres de souffrances qui annihilaient jusqu’à la moindre de ses pensées… Oui, un bien stupide pouvoir que Ri Shin ne pouvait s’empêcher de mépriser. Il ne voulait plus qu’il agisse de la sorte envers lui, qu’il lui soustrayait sa douleur en la lui dérobant…plus jamais il ne voulait que cela se reproduise. Car il n’en pouvait plus. Il n’en pouvait plus de dépendre de lui… Pourquoi continuait-il de le « sauver », toujours et inlassablement ? Pourquoi le Shadow en était si affecté ?... Ri Shin ne voulait pas de sa gentillesse, sa foutue gentillesse qui ne cessait de venir l’aider. Il ne voulait pas de cette chaleur si familière qui faisait disparaître ses doutes et ses tourments. Il l’avait vu en proie de détresse, aux portes de la mort et sombrer dans une folie sourde et furieuse. Il avait vu les parties les plus sales de son être, les faces hideuses qu’il avait toujours essayé de dissimuler mais en vain. Et même s’il ne se souvenait plus d’à quel point il lui avait pu lui paraître pitoyable au cours de cette nuit, le jeune homme était sûr que cela n’avait pas rebuté l’étranger. Il ne l’aurait même jamais amené chez lui si cela avait été le cas. C’est pourquoi, lorsqu’il agissait de façon aussi douce envers lui, il se sentait plus que pitoyable et ne pouvait alors s’empêcher de se détester lui-même. De se détester profondément, lui et son esprit fêlé, lui et ses états d’âmes ridicules. De mépriser sa simple existence.
L’étranger laissa échapper un faible gémissement e tomba à genoux, portant une main à l’arrière de son crâne. Le mafieux le regarda avec appréhension. Etait-ce dû à sa douleur qu’il venait tout juste d’absorber ?...

- Tiens, j'ai failli oublié ça...soupira-t-il dans un murmure avant de se mettre à rire.

Ri Shin fronça un sourcil. Le comique de la situation lui échappait-il ou son interlocuteur était-il simplement en train de péter les plombs, à son tour ? Il suivit le trajet de sa main qui descendait le long de son cou blessé avant de vaguement comprendre ce à quoi avait bien pu penser l’homme.
Ah.
Lui aussi, il l’avait oublié.

- Vous avez vraiment une force surhumaine, lança-t-il en riant. Malgré le peu de sang que vous aviez encore dans les veines, vous avez réussi à me laisser un joli souvenir à l'arrière du crâne, et un autre sur le cou.

Le mafieux baissa aussitôt les yeux, ne pouvant croiser ceux de l’étranger. Il souriait. Il trouvait encore le moyen de sourire en lui disant ça. De lui sourire. Comme à son habitude. Il n’y avait pas une once de colère dans sa voix, pas une seule étincelle d’amertume dans ses yeux. Il n’y avait qu’une douceur qui le dépassait, un amusement sincère et de la gentillesse. Oui, son être entier exaltait la gentillesse. Le Shadow était certain qu’il aurait pu la voir dégouliner de ses pores, recouvrir sa peau diaphane d’une couche étincelante, sucrée et délectable. Mièvre. Mièvre au possible.
Mièvre à en mourir.
Ri Shin serra le poing, son visage se renfrognant. Ça ne pouvait pas continuer de cette façon. Assez. Il en avait assez…

- Arrête. Arrête d’agir comme ça… M’aider, me soigner, me sourire…arrête juste ça…murmura-t-il de façon quasi-inaudible. Lorsque tu fais ça, tu ne peux pas savoir…

« A quel point je peux me sentir misérable… » Termina-t-il intérieurement. C’était exactement ça. Misérable. Il se sentait misérable. La même sensation que celle qui l’avait traversé lorsqu’il avait posé les yeux sur cet homme surgi de nulle part, cet homme vif, robuste, aimable, chaleureux…cet homme si lumineux. Et lorsqu’il se tenait à ses côtés, blême, cadavérique, orgueilleux et chétif, il ne pouvait que se sentir écœurant. Terne. Infâme et détestable.
Mais le pire, le pire de tout, c’était qu’il était touché par son attitude, ses manières chaleureuses qu’il tentait de considérer comme haïssables. Oui, le pire était que le mafieux ne pouvait s’empêcher de l’apprécier. Il ne pouvait s’empêcher, lorsqu’il le regardait, de ressentir une douce chaleur, nostalgique et indescriptible…
Des bribes de souvenirs défilèrent à toute allure dans son esprit, confuses et entrecoupées de vide. La caresse d’une voix basse et familière. La morsure du froid et de la terreur. Du sang. Beaucoup de sang. Une étreinte fraternelle. Des larmes.
Tellement de larmes.
Le jeune homme porta immédiatement une main à son front, bouleversé par la violence des sentiments qui venaient de l’ébranler. C’était étrange. Bien étrange. L’espace d’une fraction de seconde, il avait senti une sensation paradoxale glisser le long de sa nuque, effleurant sa peau pâle. Une sensation indescriptible, alliant désespoir et réconfort. Une sensation qu’il n’arrivait à nommer…
Non. Non. Il ne voulait pas se souvenir. Pas maintenant.
Il eut un blanc de quelques secondes, avant de reporter son attention sur l’homme.

- J’espère que tu te rends compte que tu aurais pu mourir, lâcha-t-il d’un ton désespéré. Dis-moi, tu es stupide ou juste inconscient ?

Ri Shin essayait d’aborder une attitude sarcastique, tentant de reprendre une attitude normale. Quelques instants plutôt, il avait failli craquer, une nouvelle fois, dévoiler ce qu’il avait vraiment sur le cœur. C’était mauvais. Jusqu’à quel point cet homme était-il capable de faire effondrer ses derniers retranchements ?... Cet homme… Le Shadow le dévisagea une seconde, réfléchissant. C’était quoi son nom d’ailleurs ?

- Au fait ! Ton nom, c’est quoi ?lui demanda-t-il avec désinvolture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Mar 10 Juin - 0:45


Jae Sun mit du temps avant de comprendre les réactions de cet homme. Pourquoi s'était-il vexé lorsqu'il lui avait conseillé de se rallonger ? Pourquoi baissait-il la tête lorsqu'il souriait ? Pourquoi avait-il l'impression qu'il l'agaçait et le mettait mal à l'aise ? Les paroles presque inaudibles de son interlocuteur répondirent plus ou moins à ses questions.

- Arrête. Arrête d’agir comme ça... M’aider, me soigner, me sourire... Arrête juste ça... Lorsque tu fais ça, tu ne peux pas savoir...

Il n'avait pas terminé sa phrase, mais le Spirit avait compris le message principal, à savoir : arrête. Son visage fut quelque peu assombrit par un voile de tristesse qui se déposa sur ses yeux, lui donnant presque un air de mélancolie.

- Oui, je comprends... Excusez-moi... dit-il avec un sourire triste.

Il se releva, arborant toujours son air triste, et se dirigea vers la fenêtre du salon. Doucement, il vint poser sa main contre la vitre, ce qui créa un peu de buée sur celle-ci à cause du contraste de température. Il regardait le paysage quelque peu nuageux qui s'offrait à sa vue, sans parler, sans sourire, sans regarder la personne derrière lui, même si l'envie ne lui manquait pas.

Hélase barista ne pût s'empêcher de sourire face à la vitre en entendant les paroles sarcastiques du Shadow. La question ne l'étonnait pas le moins du monde.

- Je pense que je ne suis ni l'un, ni l'autre, dit-il, toujours face à la fenêtre. Une personne stupide agit sans savoir pourquoi, et une personne inconsciente agit sans connaître les conséquences de ses actes... Pour un fou, je suppose que ce serait la parfaite combinaison des deux... Or, je suis tout le contraire. Je ne fait jamais rien sans raison, et j'étais parfaitement conscient des risques que je prenais. Il se tourna un instant vers lui, et dit d'une voix mélangeant douceur et mélancolie. Mais bon... Lorsque notre vie ne vaut absolument rien, autant faire en sorte qu'elle puisse servir à quelqu'un...

Il se mit de nouveau face à la vitre, pensif. On lui disait souvent qu'il se sous-estimait trop. Pour lui, c'était faux. Il ne faisait que voir la réalité en face. On n'avait pas eu besoin de son existence avant qu'il n'atterrisse à Eliora, pourquoi cela aurait-il changé ?

L'inconnu lui demanda ensuite son prénom. C'était une question à laquelle il était habitué à répondre de manière plutôt directe. Et le réflexe était trop présent pour qu'il y réfléchisse sur le coup.

- Je m'appelle Jae Sun. Lim Jae Sun. Et vous ?

Se rappelant finalement que l'homme n'aurait peut-être pas envie de lui répondre, il reprit la parole.

- Je ne vous oblige pas à me répondre, ne vous inquiétez pas. Il marqua une pause, puis continua. Depuis que vous êtes réveillé, vous semblez avoir retrouvé votre masque. Vous ne voulez pas que je vous soigne, ni que je vous aide... J'ai la désagréable impression de vous mettre mal à l'aise, alors que ce n'est pas du tout voulu.

Tandis qu'il parlait, son regard se faisait plus lointain, plus profond. Il ne faisait plus vraiment attention au paysage qu'il apercevait par la fenêtre, son esprit étant trop occupé à refaire défiler les images de la veille devant ses yeux. Tout était si clair dans sa mémoire. Il se rappelait de chaque détail. Sa marche dans le noir. Puis le cri. Les bruits de pas. Puis celui de quelqu'un qui tombait. La mare de sang. Les manières brutales de l'inconnu. Les paroles envenimées. Son poignard sur son propre cou. Le couteau brisé. Sa question. Puis le soudain changement de comportement de cet homme. La peur. La douleur. Les larmes, encore et encore. Son inquiétude. Son étreinte. Ses paroles douces pour le rassurer. Tout. Absolument tout était là, en train de défiler devant ses yeux qui commençaient à s'embuer de larmes.

- Pourtant, vous m'aviez dit le contraire hier, continua-t-il d'un ton plus triste. Je me sens mal dès que je pense à ce qu'il s'est passé cette nuit. Ce que vous m'avez dit ne cesse de résonner dans ma tête... Sa voix semblait être sur le point de se briser. Vous aviez peur... Vous ne vouliez plus être seul... Vous aviez besoin que quelqu'un vous aide...

Il s'arrêta un court instant. Il le devait, s'il ne voulait pas se mettre à pleurer. Immédiatement, il sécha ses larmes naissantes et inspira une grande bouffée d'air pour se calmer. Puis il se retourna vers le Shadow, avant de reprendre la parole, son visage et sa voix ayant retrouvé leur douceur habituelle.

- Écoutez, je ne vais vous forcer à rien. Je ne parlerai à personne de ce qu'il s'est passé, ça je peux vous l'assurer. Si vous voulez que je vous aide, je serai là pour vous. Si vous voulez au contraire que tout soit oublié, je ferai comme si je ne vous avais jamais trouvé hier. Mais si vous avez besoin de moi un jour, vous saurez que vous pouvez me retrouver ici.

Soudain, la fatigue le gagna. Il se sentit lourd, épuisé, vidé de ses forces. Lui non plus n'avait pas dormi beaucoup, et pas très bien de surcroît. Il avait besoin d'un bon café. Ne laissant alors pas à son interlocuteur le temps de lui répondre, il se dirigea vers la cuisine, qui communiquait avec le salon.

- Je crois que je vais me faire un café, je me sens un peu fatigué, je n'ai pas très bien dormi non plus... Voulez-vous manger ou boire quelque chose ? dit-il à l'intention de la personne restée sur le canapé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Hansol [Topp Dogg]
Messages : 150
avatar
Ahn Ri Shin
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Mar 10 Juin - 19:20



L’étranger sembla comprendre le message empli de désespoir que Ri Shin lui lançait. Stop. Il n’en pouvait plus. Les choses ne devaient pas se passer de cette façon. Du moins il ne le voulait pas. Pas si cela devait creuser un peu plus l’écart qui les séparait, le fossé qui devenait inévitablement un ravin. Un gouffre dans lequel il se sentait aspiré, un abime glacial et obscur, démesuré, témoignage de son âme souillée et décharnée.

- Oui, je comprends... Excusez-moi...

L’air triste qu’il abordait ne lui échappa pas, et il eut la surprise de sentir sa poitrine se serrer. Quelle était-ce cette réaction ? Pourquoi semblait-il si peiné ?... Encore une fois, ce n’était pas non plus ce qu’il voulait. Absolument pas. Cette expression mélancolique sur son visage, ses traits imprégnés d’un chagrin évident, ses yeux attristés, tout cela, il ne voulait pas les voir. Il ne voulait pas voir ses sentiments dans son regard. Il ne le voulait pas. Et, plus que tout, il ne les comprenait pas.
L’homme se releva avant de se diriger vers la fenêtre, posant sa main contre la vitre et regardant au dehors. Le mafieux ne le quitta pas des yeux, soucieux. Son sourire avait disparu. Complètement. Il ne lisait sur son visage qu’un voile de tristesse, fin et opaque, lui dissimulant son habituel air joyeux. Ri Shin déglutit. Ce brutal changement d’attitude était-il de sa faute ? Etait-ce de sa faute s’il ne lui souriait plus, à présent ? L’avait-il blessé avec ses paroles ? L’avait-il attristé ?... Ses yeux sombres, empreints d’un léger remord, se posèrent sur le dos de l’inconnu, comme voulant sonder son âme qui venait subitement de perdre ses couleurs. Il ne voulait pas que ses propos aient un tel impact sur lui. Il ne voulait pas qu’il se renferme de cette façon. Vraiment pas… Car, malgré lui, il voulait voir ce sourire qu’il qualifiait de si « mièvre ». Il voulait le voir, au final. Il voulait tellement l’apercevoir étirer le coin de ses lèvres livides…
L’étranger l’écouta encore une fois siffler ses paroles désagréables, avant de lui répondre sans pour autant lui faire face, toujours tourné vers la fenêtre.

- Je pense que je ne suis ni l'un, ni l'autre. Une personne stupide agit sans savoir pourquoi, et une personne inconsciente agit sans connaître les conséquences de leurs actes... Pour un fou, ce serait la parfaite combinaison des deux... Or, je suis tout le contraire. Je ne fait jamais rien sans raison, et j'étais parfaitement conscient des risques que je prenais, lui dit-il avant de soudainement lui refaire face. Mais bon... Lorsque notre vie ne vaut absolument rien, autant faire en sorte qu'elle puisse servir à quelqu'un...

Ses mots percutèrent de plein fouet le Shadow. Il ne s’attendait pas à cela, loin de là. Il s’attendait à une réponse légère, une réponse qui aurait contrecarré sa question, simplement, d’une façon bien commode. Mais pas à une réponse si sérieuse, si douloureuse et si indifférente à la fois, prononcée d’un ton inexplicablement doux et triste. Et pas à des yeux transcrivant une émotion qui lui devenait si indéchiffrable… Pensait-il réellement que sa vie ne « valait absolument rien » ? Se permettait-il de penser cela ? De lui dire de tels mots, à lui, lui qu’il avait trouvé aux portes de la mort et tout fait pour le résonner ?...non, il ne pouvait pas le faire.
L’homme se détourna une nouvelle fois, lui présentant à nouveau son dos, l’air pensif.

- Je m'appelle Jae Sun. Lim Jae Sun. Et vous ?lui répondit-il presque par automatisme avant de se rectifier. Je ne vous oblige pas à me répondre, ne vous inquiétez pas.

Jae Sun…

- Depuis que vous êtes réveillé, vous semblez avoir retrouvé votre masque, reprit-il après une courte pause. Vous ne voulez pas que je vous soigne, ni que je vous aide... J'ai la désagréable impression de vous mettre mal à l'aise, alors que ce n'est pas du tout voulu.

Ri Shin se redressa légèrement, l’écoutant parler en silence, avant de se stopper.
Son masque…
Il aurait voulu ne pas comprendre. Ne pas savoir. Ignorer, oublier ce qu’il venait de dire. Il aurait voulu croire que l’homme, non, que Jae Sun se trompait. Qu’il ne mentionnait cela que par méprise, sautait trop hâtivement aux conclusions. Que ce qu’il disait n’avait pas de sens, que c’était insensé. Illogique. Pourquoi aurait-il dû porter un masque ?...pourquoi…
Soudainement, il se sentit fébrile.
Il essayait de se mentir. Encore une fois, le mafieux tentait de se cacher les yeux, de fuir les évidences, la vérité. De se conforter dans un mensonge chaotique. Un mensonge qui lui aurait fait office de vérité, un mensonge qui rien ni personne ne pouvait faire tomber. Et pourtant…Ri Shin ne pouvait plus se mentir. Il ne pouvait plus lui mentir, feindre des choses qu’il remarquait aussitôt. Un masque. Oui, il revêtait un masque. Il lui mentait. Il se mentait à lui-même. Il mentait à tout le monde, se faisant passer pour ce qu’il n’était pas, se montrant plus fort et plus arrogant qu’il ne l’était. Et sous ce masque, ce masque d’obsidienne, froid et malsain, duquel suintaient des ténèbres tangibles, il asphyxiait. Il se tuait, lentement, à petit feu, jouant un rôle qu’il ne lui convenait pas. Jouant un rôle qu’il n’aimait pas. La comédie et la réalité se mélangeaient, se fondaient ensemble au point où lui-même était incapable de savoir où s’arrêtait l’une et commençait l’autre. Il aurait voulu le faire tomber, briser en mille morceaux, mais il ne pouvait pas. Il ne pouvait pas céder à la tentation, se montrer sous son vrai visage. Son un visage qu’il ignorait lui-même. Il ne voulait pas revenir à ce qu’il était, du moins ce qu’il avait été. Il en avait peur. Bien trop peur.
Son interlocuteur reprit la parole, sur un ton encore plus affligé.

- Pourtant, vous m'aviez dit le contraire hier. Je me sens mal dès que je pense à ce qu'il s'est passé cette nuit. Ce que vous m'avez dit ne cesse de résonner dans ma tête...

Ne pas se souvenir…

- Vous aviez peur... Vous ne vouliez plus être seul... Vous aviez besoin que quelqu'un vous aide...continua-t-il d’une voix tremblante comme semblant prête à se briser à tout moment.

Ri Shin resta interdit. Non, il ne voulait pas se souvenir de cette nuit. Il ne voulait pas se rappeler à quel point il avait pu être misérable, à quel point sa raison lui avait échappée. Il ne voulait pas savoir. Il ne voulait rien savoir. Rien, rien, rien.
Pourtant, les paroles de Jae Sun résonnaient dans sa tête. La peur. La peur de la solitude, de l’obscurité ambiante. La peur d’être perdu sans savoir quel chemin prendre. Celle de devenir fou. Perdre le contrôle, n’être guidé que par des instincts primitifs. Des instincts tellement vils…
Inévitablement, la lueur se fit dans son esprit. Les parties manquantes du puzzle s’assemblaient peu à peu, comblant les parcelles d’ombres qui dissimulaient la vérité. Les souvenirs revenaient, vivaces, douloureux et impitoyables. Il se souvenait. Et il ne le voulait pas.
La brûlure de la souffrance qui remontait goulûment le long de son bras, la tempête qui avait ravagé son esprit vide, animé d’une folie furieuse, une silhouette qu’il n’attendait plus, des yeux, des yeux plus doux qu’il n’en avait jamais vu, du sang visqueux qui collait à ses vêtements, une atroce odeur de fer, une lame étincelante, de la douleur, toujours et encore à n’en plus finir, une gorge, la lueur blafarde de la lune, du sang à nouveau, des mots, de la douceur, insupportable, de la souffrance, de la peine, des larmes, des larmes intarissables, une chaleur bienfaitrice, la peur immuable de la solitude, de la vie, une étreinte bienveillante, des paroles rassurantes, des larmes. Une si douce chaleur… Tout se mélangeait dans sa tête avec acharnement, d’une manière si violente qu’il aurait cru en devenir fou.
Le jeune homme s’en souvenait réellement, à présent. Il ne s’en souvenait que trop bien. Tout était là, tout. Les images défilaient en boucle dans sa tête, les sensations l’ébranlaient inexorablement, mélange ambigu de douceur et de tristesse, nostalgique et insaisissable. Sans qu’il ne puisse s’en empêcher, des larmes perlèrent au coin de ses yeux sombres. C’était douloureux. Encore une fois tellement douloureux. Il avait mal, il souffrait. Mais cette souffrance était tellement douce… Il porta fébrilement une main à sa gorge, comme s’il suffoquait. Cette douleur qui le prenait subitement n’était pas due à une blessure, mais bien à une cicatrice. Ses plaies qui jusqu’à-là étaient ouvertes, le saignant à blanc, venaient subitement de se refermer. Et cette cicatrisation, cet indescriptible sentiment de réconfort, lui arrachait des larmes qu’il ne pouvait retenir.
Jae Sun qui s’était tu un petit moment reporta son attention sur lui, se détournant de la fenêtre.

- Écoutez, je ne vais vous forcer à rien. Je ne parlerai à personne de ce qu'il s'est passé, ça je peux vous l'assurer. Si vous voulez que je vous aide, je serai là pour vous. Si vous voulez au contraire que tout soit oublié, je ferai comme si je ne vous avais jamais trouvé hier. Mais si vous avez besoin de moi un jour, vous saurez que vous pouvez me retrouver ici.

Le mafieux ouvrit la bouche, incapable de formuler le moindre son. Il voulait tellement mettre des mots sur ce qu’il ressentait…

- Je crois que je vais me faire un café, je me sens un peu fatigué, je n'ai pas très bien dormi non plus... Voulez-vous manger ou boire quelque chose ?lui demanda-t-il tout en gagnant la cuisine.

Ri Shin fixa le sol en silence, essuyant ses yeux humides. Qu’était-ce donc cela ?... Pourquoi était-il incapable de s’exprimer convenablement ? Pourquoi ne trouvait-il pas les mots face à Jae Sun ? Pourquoi celui-ci semblait si blessé par son attitude réfractaire ? Pourquoi était-il si conciliant envers lui ? Si gentil…
Soufflant avec peine, le Shadow se redressa, prenant appui sur le dossier du canapé. Il se sentait encore bien fébrile… Mais visiblement, il n’était pas le seul. Et il n’avait pas le droit de s’en plaindre. Les yeux boursoufflés et le visage rougi pas l’embarra, il alla rejoindre son interlocuteur, s’adossant au mur à ses côtés. Il y avait tellement de choses qui lui passaient par l’esprit, tellement de mots qui lui venaient sur le bout des lèvres, confus et incertains. Pour la première fois, Ri Shin cherchait ses mots. Il cherchait de vrais mots, sincères, sérieux, et non débités mécaniquement pour cacher ses véritables pensées…

- Je…je ne peux pas m’empêcher de me comparer aux autres, souffla-t-il avec difficulté. C’est malsain et ridicule, je le sais très bien, mais je ne peux pas m’en empêcher. Et lorsque je te vois agir de cette façon envers moi…je me sens tellement méprisable…

Il passa une main dans ses cheveux avant de se mordre la lèvre, gêné. Puis il baissa les yeux, fuyant le regard de l’homme et reprit :

- Je ne sais plus où j’en suis, ni comment je devrai agir. Surtout après les évènements d’hier…j’ai tellement honte…murmura-t-il. Je ne veux pas qu’on me voit dans cet état-là, quand je suis si faible… Mais…

Il n’acheva pas sa phrase, des picotements se faisant sentir sous ses paupières. Encore ?... Ses yeux se firent humides, alors qu’il portait une main à son visage pour tenter de les cacher, laissant échapper un rire embarrassé.

- Mon dieu, je me transforme en une véritable madeleine…tellement pitoyable…ironisa-t-il au milieu de ses larmes.

Ri Shin s’arrêta un instant, tentant de reprendre le contrôle sur ses émotions. Ça n’allait pas. Vraiment pas, non. Pourquoi devait-il se sentir si frustré ? Pourquoi Jae Sun était-il obligé de le voir dans ses moments de faiblesse incompréhensibles ?
Pourquoi, dans ces moments ci, ressentait-il l’extrême besoin de réconfort ?
Essuyant ses yeux larmoyants, il tenta de reprendre là où il s’était arrêté.

- Mais je ne veux pas oublier. Et je ne veux pas que tu oublies non plus… Je…il se stoppa, regardant cette fois-ci l’homme dans les yeux, comme y cherchant du secours. J’ai peur, oui. Je ne veux pas être seul, Jae Sun…

Jae Sun. Il le prononçait enfin. Le nom de cette personne qui le faisait complètement déchanter, qui mettait son âme à nue juste avec des mots. Juste avec des phrases murmurées avec douceur et gentillesse, des phrases débordantes de chaleur et de compréhension qui rendaient Ri Shin vulnérable. Il s’en rendait compte, à présent. Il se rendait compte qu’il était sensible à cette gentillesse donnée gratuitement. Cette bienveillance qui lui était tant inconnue…il était faible face à elle, perdait tout son self-control. Il se dévoilait entièrement, à un point tel qu’il en venait à se demander s’il était réellement ce jeune homme fébrile et blessé qui ne pouvait enchaîner quelques mots sans se mettre à pleurer.
Embarrassé à en mourir, le Shadow se détourna de lui, regardant ailleurs.

- Ri Shin…Ahn Ri Shin, prononça-t-il avec difficulté en réponse à sa question précédente. Et je veux bien un c…

Un café. Oui, c’est ce qu’il s’apprêtait à dire, comme à chaque fois qu’on lui demandait ce qu’il voulait. Et, à vrai dire, il trouvait cette boisson répugnante. Totalement. Il n’aimait pas cette amertume qui lui restait collée sur la langue, cette couleur écœurante et ses arômes si singuliers. Mais cela correspondait tout à fait à l’image qu’il tentait de se donner. Un faux air d’adulte qu’il essayait de prendre.
Il se souvint de ce que lui avait dit précédemment son interlocuteur ; qu’il portait un masque et que cela le rendait mal à l’aise, et décida donc de se montrer un tant soit peu sincère.

- Je veux bien du lait chaud, s’il te plait…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Mar 8 Juil - 18:17


Une fois dans la cuisine, Jae Sun fut pris d’un étrange vertige. Surpris, il s’agrippa au plan de travail pour se retenir de tomber. Ses paupières s’alourdissaient, sa vue se troublait, ses membres semblaient pouvoir céder à la fatigue à n’importe quel moment. Oui, la fatigue. Il était épuisé, et il avait mal. Très mal. La douleur qui lui brûlait l’arrière du crâne se propageait lentement dans son corps, épuisant peu à peu le peu de force qu’il lui restait. Il ne lui fallut que peu de temps pour comprendre ce qu’il se passait. La frontière était franchie. Il avait dépassé de loin les limites qu’il s’était promis de respecter, par prudence, mais surtout par amour pour sa famille. Il avait beau être robuste, il savait que les conséquences pouvaient être très graves s’il abusait de son pouvoir. Mais toutes ces restrictions, toute cette prudence, tout cela, il l’avait oublié en rencontrant cet homme. Lorsqu’il l’avait vu allongé à même le sol, pâle, inconscient, baignant dans son propre sang, seule une phrase avait traversé son esprit : « Sauve-le. ». Il avait absorbé sa douleur une fois sur place, puis plusieurs fois dans la nuit en le veillant, et enfin, une fois ce matin. La fois de trop. Et il en payait les conséquences en ce moment même.

Alors qu’il tentait de retrouver son équilibre, le barista entendit du bruit. Figé, il tendit l’oreille. L’inconnu s’était levé du canapé, et ses pas indiquaient qu’il se dirigeait vers la cuisine. Immédiatement, il se redressa, mit de l’eau à chauffer, et commença à moudre des grains de cafés cuits, tranquillement, comme si ne rien était, faisant de son mieux pour cacher son précédent vertige. Il ne releva les yeux vers lui que lorsqu’il s’adossa contre le mur à côté de lui. Il semblait chercher ses mots. Ne voulant pas le gêner, il se remit donc à sa tâche.

- Je… Je ne peux pas m’empêcher de me comparer aux autres, l’entendit-il souffler difficilement. C’est malsain et ridicule, je le sais très bien, mais je ne peux pas m’en empêcher. Et lorsque je te vois agir de cette façon envers moi… Je me sens tellement méprisable…

Le Spirit se stoppa net, puis retourna sa tête vers lui. Méprisable ? Il ne ressentait pas du tout l’envie de le mépriser. Pour lui, il était impossible de mépriser quelqu’un qui jouait un rôle qui ne lui convenait pas, pas pour vivre, mais pour survivre.

- Je ne sais plus où j’en suis, ni comment je devrai agir. Surtout après les évènements d’hier… J’ai tellement honte… murmura-t-il. Je ne veux pas qu’on me voit dans cet état-là, quand je suis si faible… Mais…

Il ne continua pas tout de suite sa phrase. Quelques perles salées se remirent à couler le long de ses joues. Il tenta de les cacher en laissant échapper un rire embarrassé.

- Mon dieu, je me transforme en une véritable madeleine… Tellement pitoyable… dit-il avec ironie au milieu de ses larmes.

Jae Sun se sentait désolé pour lui. Il lâcha la manivelle de son moulin et posa ses mains sur le plan de travail, les yeux emplis de tristesse. L’homme se décida à terminer sa phrase.

- Mais je ne veux pas oublier. Et je ne veux pas que tu oublies non plus… Je… Il se stoppa, le regardant dans les yeux, comme pour y chercher du secours. J’ai peur, oui. Je ne veux pas être seul, Jae Sun…

Jae Sun… C’était la première fois qu’il prononçait son prénom. Une fois de plus, les paroles ce cet inconnu touchèrent le barista. Une fois de plus, il ressentait un élan de tendresse à son égard. Il voulait vraiment l’aider…

Son interlocuteur semblait embarrassé à en mourir. Il se détourna de lui et regarda ailleurs.

- Ri Shin… Ahn Ri Shin, prononça-t-il avec difficulté. Et je veux bien un c… Il se stoppa, semblant réfléchir à ce qu’il allait répondre, puis rectifia. Je veux bien du lait chaud, s’il te plait…

A nouveau, le Spirit ressenti cet élan de tendresse. Cette fois, il céda. Il s’approcha lentement de lui, puis posa avec douceur sa main sur sa joue, afin de pouvoir le regarder dans les yeux.

- Ne cache pas tes larmes, Ri Shin, dit-il avec douceur. N’en aie pas honte. Au contraire, si tu ressens l’envie de pleurer, pleure un bon coup, cela ne pourra que te soulager.

Il ne se rendait pas compte qu'il était en train de le tutoyer. Il souriait à nouveau, un sourire doux, tendre, aussi lumineux que son regard de biche, qui le caractérisait tant.

- Je sais que tu as du mal à montrer ton vrai visage, et je te comprends. Mais sache qu’ici, tu peux te montrer tel que tu es. Je ne te jugerai pas, et tout ce qui se sera passé ne quittera pas ces quatre murs.

Sa douceur s’empara une nouvelle fois de son être, et, sans vraiment réfléchir, il le serra dans ses bras. La fraîcheur du corps de Ri Shin le fit frissonner. Il avait l’impression qu’il était gelé. Sa main frotta instinctivement son dos en un mouvement circulaire, tentant de le réchauffer du mieux qu’il pouvait.

- N’aie pas peur. Je n’oublierai rien, si c’est ce que tu souhaites. Je ne te laisserai pas seul, ne t’inquiète pas…

Il se décida enfin à le relâcher, et, en signe de protection, déposa un doux baiser sur son front. Puis il retourna à son plan de travail et lui fit un grand sourire.

- Retourne sur le canapé, je vais arriver avec ton lait chaud.

Mais à ce moment précis, un cri se fit entendre. Cela venait de dehors. Perplexe, il regarda par la fenêtre face à lui. D’ici, on pouvait voir la mare de sang dans laquelle il avait trouvé Ri Shin hier. Plusieurs gardes, dont un évanoui, l’entouraient.

- Ah… Les gardes ont trouvé la mare de sang…

Il ne savait pas pourquoi, mais quelque chose lui disait que ce n’était pas bon signe…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Hansol [Topp Dogg]
Messages : 150
avatar
Ahn Ri Shin
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Mer 9 Juil - 2:43


Jae Sun s’affairait déjà dans la cuisine lorsqu’il vint à ses côtés, et l’écouta parler quelques instants avant de se figer. Le Shadow sentit qu’il leva les yeux vers lui et tenta de l’ignorer, se sentant alors bien plus embarrassé. Jamais, et ce devant n’importe qui, il ne s’était montré sous ce jour-ci. Sûrement car lui-même n’avait jamais soupçonné son existence jusqu’à lors. Mais en cet instant, devant cet homme si tranquille, les vannes s’ouvraient pour libérer ce trop plein d’émotions contradictoires, si intense qu’il avait lui-même fini par l’étouffer. Et les émotions qu’il ressentait à présent étaient indéfinissables. Des émotions brutes, indescriptibles, qui l’assaillaient sans répit, ne faisant qu’accroître l’afflux de larmes. Quelque chose de tellement doux et âpre à la fois, douloureux et réconfortant…
Lorsqu’il s’arrêta de parler, sa gorge était encore nouée par tout l’émoi qu’il ressentait, et quelques larmes naissantes demeuraient encore au coin de ses yeux sombres, les faisant briller d’un éclat attristé. Non, définitivement, il ne se reconnaissait pas. Absolument pas… Il avait l’impression d’être une personne qui lui était totalement étrangère, peut-être même plus que l’homme qui se tenait à ses côtés. Celui-ci qui, jusque-là n’avait cessé de le regarder avec tristesse, s’approcha lentement de lui, posant l’une de ses mains sur sa joue et l’obligeant de la sorte à croiser son regard. Ri Shin eut un léger frisson, comme électrisé, surpris par l’apaisante chaleur qui se dégageait de sa paume.
Bien plus embarrassé qu’il ne l’était avant, et ce notamment dû au subit rapprochement de Jae Sun, le mafieux fut tenté de reculer légèrement et de baisser les yeux, afin de stopper le contact visuel qui s’était installé entre eux. Il était certain d’avoir les paupières boursoufflées et écarlates, creusées par les larmes qui n’avaient cessé d’affluer sur son visage depuis la veille. Ri Shin voulu s’éloigner de lui, mais les paroles qui lui adressa l’en dissuada.

- Ne cache pas tes larmes, Ri Shin, dit-il doucement. N’en aie pas honte. Au contraire, si tu ressens l’envie de pleurer, pleure un bon coup, cela ne pourra que te soulager.

Face à ces mots, prononcés avec une tendresse dont il n’arrivait même plus à mesurer l’étendue, le Shadow du se mordre violemment la lèvre pour ne pas pleurer une nouvelle fois. Entendre son nom sortir de sa bouche le frappa bien plus qu’il ne se l’imaginait. Il sonnait d’une si étrange façon…d’une façon bien plus calme qu’il en avait l’habitude, bien plus douce… A l’encontre de ce dont il avait l’habitude, il ne l’avait pas entendu crier ou cracher comme une insulte, acerbe et méprisante, mais bien formulé avec gentillesse et bienveillance. Comme tout ce qu’il avait pu lui dire, pensa-t-il alors.
Ne plus cacher ses larmes, pleurer, ne pas avoir honte… Il ne pouvait pas. Il ne pouvait pas se permettre de se montrer encore plus faible qu’il ne l’était déjà. Car ses larmes étaient les témoins de sa propre faiblesse. Elles en étaient, inévitablement, les preuves. Et n’auraient sûrement jamais eues lieu d’être s’il avait été aussi fort qu’il voulait le prétendre. Il ne pouvait s’empêcher de les haïr, de se haïr, de par le sentiment de candeur qu’il transmettait malgré lui. Il les détestait tellement qu’il aurait été prêt à s’arracher de lui-même ses globes oculaires afin de les faire cesser. Et il les détestait d’autant plus que l’envie de les laisser s’écouler sur ses joues glabres était plus qu’omniprésente… Que cela soit avec ses paroles ou ses actions, tout ce qui se rapportait à son interlocuteur lui donnait l’irrépressible envie de pleurer. Pourquoi, il n’en savait rien. Mais c’était un fait indéniable.
Jae Sun lui décrocha un nouveau sourire, celui-ci reflétant une tendresse telle qu’il ne pouvait même pas se l’imaginer. N’avait-il donc pas de fin à son attitude si chaleureuse ?...

- Je sais que tu as du mal à montrer ton vrai visage, et je te comprends. Mais sache qu’ici, tu peux te montrer tel que tu es. Je ne te jugerai pas, et tout ce qui se sera passé ne quittera pas ces quatre murs, le rassura-t-il.

Ri Shin n’avait pas noté le soudain tutoiement qu’il venait enfin d’utiliser, mais cela ne le dérangea pas, loin de là. Le fossé qui les séparait semblait se rétrécir un peu plus, le rapprochant d’avantage de l’autre homme. La distance s’atténuait doucement, et, de ce fait, il avait l’impression de sentir d’avantage d’amicalité de sa part.
Jae Sun voyait en lui avec une limpidité déconcertante, cernant ses propres faiblesses bien avant que lui-même ne le puisse. S’agissait-il réellement de son véritable visage ? Oui, peut-être. Peut-être que c’était le cas. Un visage qu’il ne connaissait pas, et qu’il ne pouvait montrer à personne d’autre que lui. Absolument personne d’autre. Cette facette de sa personnalité torturée, ses yeux sombres emplis de larmes désespérées et sa voix chavirant sous le poids de l’émotion, personne d’autre que lui ne les avait vu. Et personne d’autre que lui n’était autorisé à les voir. Car personne d’autre ne pouvait l’accepter de cette façon, dans cet état de disgrâce absolu. Et car personne d’autre que lui ne lui avait jamais murmuré ses mots qu’il désirait si ardemment entendre : « je ne te jugerai pas ». Car, plus que tout, c’est ce dont il avait besoin d’entendre. Ce dont il avait toujours eu besoin. Une once de chaleur, et du réconfort. De la confiance et de la compassion. Toutes ces choses qu’on lui avait interdites.
Sans prévenir, il étreignit le mafieux, ce qui le surprit énormément. D’ordinaire, si quiconque se serait permis de le toucher de la sorte, aussi familièrement, il ne se serait pas gêné une seule seconde pour le rejeter et l’envoyer « gentiment » paître. Mais lorsqu’il s’agissait de lui…les choses semblaient prendre une dimension totalement différente. Ri Shi n’avait pas envie de le rejeter, loin de là, mais il ne savait vraiment comment réagir, d’autant plus qu’il avait été pris de cours. La chaleur qui se dégageait du corps de l’homme le fit à nouveau sursauter, comme créant sur sa peau glacée de petites étincelles. De toute sa vie, jamais il n’avait perçu le contact corporel de façon si bienfaitrice et chaleureuse. Jamais, non. Les mouvements circulaires que dessina Jae Sun dans son dos l’apaisèrent un peu plus, lui permettant de faire évacuer toute la tension qu’avaient accumulée ses membres. Définitivement, le contact de cette personne lui était bien chaleureuse…

- N’aie pas peur. Je n’oublierai rien, si c’est ce que tu souhaites. Je ne te laisserai pas seul, ne t’inquiète pas…lui murmura-t-il avant de briser son étreinte et de déposer sur son front un baiser, comme en signe de protection.

Ces paroles, accompagnées de ce dernier geste, troublèrent particulièrement le jeune homme. Le toucher de ses lèvres fraîches ne lui était pas inconnu et, même si cette partie restait encore un peu trouble dans sa tête, il était presque certain que son interlocuteur avait déjà fait quelque chose de similaire la vieille. L’espace d’une seconde, il resta pétrifié par cet élan de douceur qu’il venait de ressentir. Si jamais on lui avait dit que des êtres tels que cette personne existait en ce monde, il en aurait sûrement ri. Un rire dédaigneux et méprisant, reflétant tout le mépris qu’il aurait ressenti. Les anges n’existaient malheureusement pas sur terre, de la même façon que les miracles n’existaient pas. Et pourtant, en cet instant, il en prenait parfaitement conscience. Si, tout cela existait, il en avait la preuve vivante devant lui.
Jae Sun lui fit à nouveau un grand sourire avant de retourner à son plan de travail.

- Retourne sur le canapé, je vais arriver avec ton lait chaud.

Ri Shin s’apprêtait à lui répondre, lorsqu’un cri se fit entendre au dehors. Le mafieux n’eut même pas le temps de poser la question que, déjà, son interlocuteur lui répondait, soucieux.

- Ah… Les gardes ont trouvé la mare de sang…

Le Shadow resta un instant interdit, avant de se reprendre. Effectivement, il avait perdu une bonne quantité de sang et ce suffisamment pour provoquer l’effroi. Les signaux douloureux que lui envoyaient son corps ne pouvaient le démentir. Il s’approcha à son tour de la fenêtre, regardant ce qui se tramait à l’extérieur. Des gendarmes. Des gendarmes partout.
Reculant afin d’éviter que quelqu’un ne l’aperçoive, il regarda Jae Sun, avant de déglutir. Bien qu’il ne l’avait que sous-entendu dans ses propos, la veille, sa nature ne devait certainement pas échapper à l’autre homme. Et bien que celui-ci n’ait rien mentionné, soit par tact ou par retenue, il devait bien se douter que Ri Shin n’était pas inconnu de ce genre de personnes… Son réseau mafieux qui couvrait une bonne partie d’Eliora était plus que souvent mis à rude épreuve, étant recherché et traqué par les stupides « forces de l’ordre » qui tentaient de le mettre à jour et de le démanteler. De toute évidence, la meilleure solution était de partir. Mais le mafieux n’en trouvait ni le courage ni la force. Il ne voulait pas qu’on le retrouve chez Jae Sun, d’autant plus que cela risquerait de lui créer des problèmes, et pas seulement qu’à lui, mais d’un certain côté, il ne voulait pas le quitter. Pas maintenant. Et pas aussi rapidement…
Perdu, il ferma les yeux, tentant de mettre de l’ordre dans ses idées. Il avait l’impression que plus il réfléchissait, plus sa tête le faisait souffrir… C’est pourquoi, lorsqu’il rouvrit enfin les yeux, tout ce dont il se sentit capable de faire fut de s’approcher du dos de l’homme qui lui faisait face, avant de poser son front contre l’une de ses épaules, et, après une hésitation plus que marquée, il s’autorisa à passer ses bras fébriles autour de son torse, tremblant légèrement. Peut-être qu’il en demandait trop, sans aucun doute, mais en cet instant, déboussolé, il ressentait un extrême besoin de réconfort. Il avait besoin de ressentir cette si douce chaleur…tel un enfant, il avait bêtement envie de se faire consoler, une fois de plus.

- Promets le moi…promets-moi que tu ne me laisseras pas seul, murmura-t-il plus faiblement qu’il ne l’avait jamais fait. Et que tu ne me jugeras pas…que tu ne le feras jamais, peu importe ce qu’il arrive. Promets le moi…

Ri Shin resserra un peu plus son étreinte, le souffle court. Ce n’était pas bon. Lentement mais sûrement, il se sentait succomber… Il succombait doucement et bien perfidement.

- Juste un instant…est-ce qu’on peut rester comme cela, rien qu’un instant ?...lui demanda-t-il.

Sa voix tremblait dans sa gorge. En cet instant, Le Shadow était soulagé que Jae Sun ne puisse voir son visage. Au bord des larmes, pour la énième fois, il était certain d’être plus écœurant que jamais.

- S’il te plaît…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Sam 30 Aoû - 2:04


Jae Sun était inquiet. Très inquiet. La situation était vraiment critique. La mare de sang avait une forme circulaire presque parfaite, mais elle s'étirait vers l'angle de la rue qui menait à l'immeuble dans lequel il vivait. Ils allaient probablement le fouiller en premier. Et s'ils tombaient sur Ri Shin...
Dans la tête du barista, les paroles de Ri Shin refaisaient surface... « Je pourrai te tuer sans le moindre remord! »... « Aider quelqu'un comme moi ne t'apportera que des ennuis. »... « À ton avis, combien de gens seraient heureux de me voir crever ? Combien, hein ?! »... « J'en ai tué, des gens. J'en ai tué une bonne dizaine même. Des déchets comme moi, mais aussi des gens biens. Des gens comme toi, naïfs et doux, qui n'auraient jamais dû tomber sur un salaud dans mon genre. »... « Des gens meurent, tous les jours. Des gens meurent de la plus horrible des façons à cause des types comme moi. »... Un flash se fit dans l'esprit du Spirit. Ri Shin... Était-il le fameux mafieux que même la Reine Rubis ne pouvait ignorer ?
À ce moment précis, un sentiment fit surface au fond de son cœur. L'envie de ne pas obéir au règles et de faire comme bon lui semble. Car, malgré le masque faisant office de visage officiel du mafieux, il connaissait la véritable personnalité du dernier, et savait que la prison à vie ou la peine de mort n'était pas la meilleure des choses à lui faire. Car s'il avait commis tant de délits, tant de crimes, ce n'est que pour une seule et simple raison : parce qu'il voulait vivre. Et ôter la vie à quelqu'un qui voulait en profiter, ça, Jae Sun ne pouvait pas le supporter.
Les secondes s'écoulaient dangereusement. Les gardes allaient bientôt commencer les recherches. Le barista ferma les yeux et réfléchit. Il fallait faire quelque chose... Mais quoi ? Il était perdu. Les gardes ne devaient pas trouver Ri Shin. Il ne voulait pas qu'il parte tout de suite, mais comment le cacher ici ? Que faire ?
Que faire que faire que faire que faire que faire...
Alors que cette question résonnait inlassablement dans sa tête, le Spirit sentit quelque chose se poser sur son épaule. Il ouvrit les yeux, surpris, avant de se rendre compte qu'il s'agissait de la tête du Shadow. Et sa surprise fut plus grande lorsque deux bras vinrent entourer son corps au niveau de sa poitrine. Le rose lui monta immédiatement aux joues. Il ne savait pas Ri Shin capable de ce genre de chose. Mais alors qu'il allait lui demander ce qui n'allait pas, un murmure le stoppa dans son élan.

- Promets-le-moi… Promets-moi que tu ne me laisseras pas seul, murmura-t-il si faiblement que Jae Sun peina à l'entendre. Et que tu ne me jugeras pas… Que tu ne le feras jamais, peu importe ce qu’il arrive. Promets-le-moi…

En entendant ces mots, le visage surpris du barista se radoucit immédiatement. Il était vraiment ému par la manière dont se comportait son interlocuteur. Pendant un instant, il repensa au frère jumeau qu'il aurait dû avoir, mais qui n'avait pas survécu lors de l'accouchement. Au fond de son cœur, il y avait donc toujours eu une place vide. Et, il ne savait pas pourquoi, Ri Shin était en train de combler cette place.
Lorsque l'étreinte du Shadow se resserra, les mains du Spirit vinrent se poser sur les bras qui l'entouraient. Il ne voulait pas les retirer, mais les garder contre lui. Le garder contre lui.

- Juste un instant… Est-ce qu’on peut rester comme cela, rien qu’un instant ?... lui demanda Ri Shin avec une voix tremblante.

Jae Sun avait la gorge serrée par l'émotion. Il était tellement adorable...

- S’il te plaît…

Un sourire doux se dessina sur le visage du barista. Lentement, l'une de ses mains alla se perdre dans la chevelure décolorée du Shadow pour la caresser avec douceur, tandis que l'autre traça du pouce des petits cercles sur l'une des mains qui reposait sur son corps.

- Oui, bien sûr... murmura-t-il d'une voix douce et maternelle, le même ton qu'il prenait avec sa fille adoptive lorsqu'elle avait besoin d'être réconfortée.

Quelques secondes passèrent, durant lesquelles le barista entremêla ses doigts à celles de la main qu'il caressait, en continuant de caresser de son autre main les cheveux de Ri Shin. Finalement, il se décida à répondre à la demande du jeune homme.

- Ri Shin... chuchota-t-il avec tendresse.

Il pencha légèrement la tête sur le côté pour pouvoir la poser contre celle du Shadow, non sans continuer ses caresses dans sa chevelure.

- Je t'en fais la promesse... Jamais je ne te laisserai seul, et jamais je ne te jugerai, peut importe ce qu'il pourra arriver... continua-t-il de chuchoter sur le même ton.

Doucement, il ferma les yeux, laissant une larme d'émotion s'en échapper involontairement.

- Mais, s'il te plaît, promets-moi que tu feras attention à toi... Et que tu resteras en vie... C'est mon seul souhait...

La larme coula lentement sur sa joue, avant de tomber de son menton. Elle atterrit innocemment sur les doigts liés de Jae Sun et de Ri Shin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Hansol [Topp Dogg]
Messages : 150
avatar
Ahn Ri Shin
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Lun 1 Sep - 2:38


Ri Shin ne savait pas ce qu’il attendait. Il ne savait pas, non. Sa tête était douloureuse, remplie de questions qui ne trouvaient pas de réponses, comme si souvent, et paradoxalement tellement vide, le rendant incapable de réfléchir. Il restait juste là, debout, serrant du plus qu’il le pouvait le corps de l’autre homme contre le sien. Les battements de son cœur, paniqués et confus, résonnaient sourdement dans ses oreilles alors que son corps, fébrile, tremblait faiblement. Le Shadow ne savait plus quoi faire. Il attendait. Il attendait simplement. Que quelque chose se passe, ou que quelque chose se termine, qu’en savait-il, après tout, mais il attendait.
Le jeune homme ne réagit pas immédiatement lorsque le Shadow l’étreignit, mais ne le repoussa pas, ce qui rassura celui-ci. En cet instant, le rejet était la dernière chose dont il semblait avoir besoin. Il avait juste besoin de s’accrocher à quelque chose, de se poser, l’espace de quelques secondes seulement, silencieusement, tentant de maîtriser des émotions qui manquaient à nouveau de l’étouffer. Il avait simplement besoin de réconfort. De chaleur humaine. De sa chaleur, celle qui lui devenait à présent si familière et réconfortante. La seule qui semblait atteindre son corps glacial, calmer la tempête qui battait furieusement dans son corps, ses veines même.
Et lorsqu’il sentit Jae Sun poser ses mains sur ses avant-bras, les gardant fermement contre sa poitrine, sa gorge se serra. Ce n’était pas possible. Incompréhensible. Quelqu’un tel que lui ne pouvait définitivement pas exister…quelqu’un qui acceptait sa présence, ses côtés les plus tordus, les plus sordides et les plus sales...de la même façon qu’il acceptait sa personnalité la plus triste, la plus accablée et pitoyable. Tout. Il semblait absolument tout accepter, ce qui, peu à peu, faisant tomber son masque en mille morceaux. L’obsidienne qui recouvrait son être, son cœur et son esprit se brisait soudainement, plus friable et plus vulnérable qu’elle ne l’avait jamais été auparavant, et avant tout, plus qu’elle ne l’avait jamais été avec quiconque.
Doucement, il sentit une des mains du jeune homme remonter jusqu’à sa chevelure, la caressant amicalement, alors que l’autre traçait de petits cercles sur la peau glacée de la sienne. Ri Shin tressaillit légèrement, comme à nouveau électrisé par cet infime contact. Il avait honte, quelque part. Honte de profiter de sa gentillesse de la sorte, honte de se faire réconforter comme un petit enfant, dévoilant ses peurs et ses faiblesses. Il avait honte, oui. Tellement honte… Mais d’un autre côté, il était tellement ému, tellement heureux… Heureux de pouvoir ressentir une telle chaleur, heureux de se faire accepter…heureux que quelqu’un lui autorisait à montrer ce visage qu’il n’arrivait lui-même plus à accepter.

- Oui, bien sûr...l’entendit-il murmurer d’une voix si douce qu’elle lui provoqua de légers frissons.

Jae Sun se tût, entremêlant ses doigts dans les siens, tout en continuant de caresser doucement ses cheveux. Le mafieux ne bougeait pas, silencieux. Il était tout simplement incapable de dire ou de faire quelque chose. Et peut-être qu’il ne le voulait pas. Il se sentait si bien… Et il avait tellement peur que le moindre mot ou geste brise cet instant de réconfort. Cet instant qu’il demandait tant à avoir…qui lui était si chaleureux…

- Ri Shin...l’entendit-il chuchoter tendrement avant qu’il ne sente sa tête s’accoler à la sienne. Je t'en fais la promesse... Jamais je ne te laisserai seul, et jamais je ne te jugerai, peut importe ce qu'il pourra arriver...

Le Shadow se mordit vivement la lèvre, s’interdisant de pleurer. Le jeune homme venait de le lui promettre. Il venait de lui promettre ce qu’il avait toujours voulu entendre. Ce qu’il avait toujours attendu… Un abri contre la solitude, et une oreille attentive, inespérée, qui l’écoutait sans émettre de jugement. Il venait de lui promettre qu’il ne le laisserait pas seul, qu’il ne le serait plus, abandonné aux ténèbres qui noyaient son esprit, accablé par la folie grandissante. Il venait de lui promettre que, peu importe ce qu’il pouvait arriver, il ne le laisserait pas seul. Car Ri Shin, lui, n’en pouvait plus. Il n’en pouvait plus, non. Il se sentait si seul, bien trop seul pour pouvoir affronter quoique ce soit. Tout comme il avait peur. Tellement peur…peur de lui-même, de ce qu’il était à son encontre, de ce qu’il devenait et ce qu’il deviendrait certainement. Il avait si peur… Si peur de se retrouver seul face à lui-même, se méprisant et se maudissant un peu plus au fur et à mesure du temps passé. Et, malgré lui, il avait si peur du rejet. Il avait peur de la haine. Il avait peur de tout ce qu’il attisait irrépressiblement.
Jae Sun s’arrêta une nouvelle fois, avant de reprendre doucement :

- Mais, s'il te plaît, promets-moi que tu feras attention à toi... Et que tu resteras en vie... C'est mon seul souhait...

Un sentiment indescriptible montait en lui, lui serrant le cœur et la gorge. Lui promettre qu’il ferait attention à lui ? Qu’il resterait en vie ? Le jeune homme se préoccupait-il réellement de tout cela ?...
Il sentit alors quelque chose de froid glisser le long de ses doigts, entrelacés à ceux de Jae Sun. De l’eau…à moins qu’il ne s’agissait de larmes. Ri Shin aurait voulu lever la tête pour le voir et se détacher de lui, mais il ne le voulait pas. Il ne le voulait absolument pas. Le front posé contre son épaule, le torse collé à son dos, il s’imprégnait doucement de sa chaleur, chaleur qui lui était si indescriptiblement bienveillante. Si seulement il avait pu rester comme cela pour l’éternité…
Mais le temps tournait, et malheureusement bien trop vite. Il savait qu’il ne lui fallait pas s’attarder de trop, même si l’idée de quitter cet endroit lui était détestable. Il ne voulait pas partir, retourner là-bas, dehors, à déambuler dans les rues, retourner à son quotidien si sanglant et exécrable. Il ne voulait plus revenir à ce qu’il était, reporter le masque qui avait toujours dissimulé son véritable visage aux yeux de tous, revêtir la peau d’un si sombre personnage. Redevenir froid, névrosé, maladif et fou. Redevenir la personne qu’il connaissait et détestait plus que quiconque. Lui-même.
L’appartement n’allait certainement pas tarder à être fouillé, et le mafieux ne pouvait se permettre de se faire attraper, d’autant plus que cela était susceptible de créer de gros problèmes à l’autre jeune homme. Non, il ne lui fallait pas traîner.
A regret, et avec douleur, il desserra lentement son étreinte, ses doigts glissants entre ceux de Jae Sun. Il ne voulait pas partir. Il ne voulait définitivement pas partir. Ne pas avoir à s’éloigner de cette personne qui, malgré lui, lui était incroyablement chaleureuse. Cette personne si tendre… Bien trop tendre, même.
Il passa une main sur son visage, essuyant ses yeux rougis. Il devait avoir une tête si pitoyable, en cet instant… Non, il devait être pitoyable. Tout simplement. Il se décala de quelques pas, de sorte à être placé à côté de lui, ses prunelles sombres se posant dans les siennes. Dieu, qu’avait-il fait pour mériter de rencontrer un être tel que lui, condensé de douceur et gentillesse ?...

- C’est une promesse, alors, murmura-t-il doucement, en baissant les yeux. Et je te promets que je ferai bien attention à moi, alors ne t’inquiète pas pour ça, Jae Sun.

Reposant son regard sur lui, il esquissa un bref sourire. C’était un petit sourire, un pauvre sourire, même, mais un sourire quand même.
Subitement, il prenait peu à peu compte de l’attitude qu’il avait envers Jae Sun depuis la vieille, se comportant comme il ne l’avait jamais fait avec personne d’autres. Il cherchait le contact, la chaleur, et la gentillesse qu’il pouvait lui apporter, comme si son être ne réclamait que cette présence. Oui, il se comportait définitivement de façon bien étrange envers lui. Mais, paradoxalement, il avait l’impression d’en avoir si besoin…
Légèrement gêné par ce constat qu’il venait de se faire à lui-même, il passa une main dans ses cheveux, faisant une petite moue. Pourquoi devait-il partir d’ici ?... Il se sentait tellement bien. Tellement bien lorsqu’il se trouvait à ses côtés, oui…

- Je…je crois que je ne devrais pas tarder à partir. Si…s’ils me trouvent ici, chez toi, tu risques d’avoir de sérieux problèmes…et je ne veux pas t’en créer d’avantage…chuchota-t-il d’un ton peiné.

Partir. Il devait partir, oui. Sa tête le lui criait, le lui hurlait, même, mais son cœur ne semblait pas être de cet avis. Si seulement il n’avait pas à quitter le jeune homme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Jeu 4 Sep - 22:22



Les yeux fermés, Jae Sun profitait de ce moment si doux et apaisant entre lui et Ri Shin. Comment aurait-il pu imaginer, en le rencontrant, qu'il se retrouverait entouré de ses bras quelques heures plus tard ? Lorsqu'il l'avait vu hier, il avait d'abord été froid, menaçant et hautain. Mais il avait fallu peu de temps pour comprendre qu'il ne s'agissait que d'un masque. Un masque de ténèbres qui cachait une âme brisée d'enfant.
Peu à peu, quelques larmes commençaient à couler le long de ses joues, tombant une à une sur les doits entrelacés des deux hommes. Ri Shin était en train de le faire fondre. Il était tellement adorable... Comment ne pas craquer pour un tel visage d'ange, et pour une personnalité aussi touchante ? Il faisait tout pour le garder contre lui, resserrant légèrement son emprise sur ses doigts. Mon Dieu, si seulement ce moment ne pouvait jamais s'arrêter...
Mais la réalité lui revint bien vite... Les gardes n'allaient pas tarder à arriver. S'ils le retrouvaient, le mafieux allait probablement avoir de gros ennuis. À contrecœur, il le laissa se détacher de lui. Il était toujours en larmes. Il était toujours ému, mais un autre sentiment fit surface. De la peur. Oui, il avait peur pour le mafieux. Il avait peur qu'il se fasse attrapé, et qu'il finisse devant la Reine Rubis. Lorsque le Shadow fut à ses côtés, le barista le regarda avec des yeux doux, incroyablement doux, mais aussi très tristes.

- C’est une promesse, alors, murmura-t-il doucement, les yeux baissés. Et je te promets que je ferai bien attention à moi, alors ne t’inquiète pas pour ça, Jae Sun.

Et là, quelque chose d'incroyable arriva. Quelque chose que même le Spirit ne s'attendait pas du tout à voir. Ri Shin sourit. Il fit un tout petit sourire, tout doux et tout timide, qui réchauffa instantanément le petit cœur sensible de Jae Sun. Ce dernier y répondit, faisant un sourire tendre et maternel, probablement l'un des plus beaux qu'il n'ait jamais fait.
Le mafieux finit par passer une main dans ses cheveux en faisant une moue que Jae Sun trouva adorable.

- Je… Je crois que je ne devrais pas tarder à partir, chuchota-t-il d’un ton peiné. Si… S’ils me trouvent ici, chez toi, tu risques d’avoir de sérieux problèmes… Et je ne veux pas t’en créer d’avantage…

Toujours les larmes aux yeux, il ne pût cependant s'empêcher de rire en entendant le dernier mot. Il caressa un instant la joue du Shadow, puis prit la parole.

- Le "d'avantage" est en trop, dit-il en riant. Tu ne m'as posé aucun problème, Ri Shin. Mais... Un voile de tristesse couvrit son visage. Mais s'ils te trouvent ici, tu risques d'avoir énormément de problèmes. La Reine Rubis te traque depuis trop longtemps, et elle se ferait probablement un plaisir de te punir de la plus atroce des manières. Et ça, je ne pourrai pas le supporter... Il s'arrêta un instant pour tenter de maîtriser sa voix tremblante, puis releva les yeux vers lui. Laisse-moi te donner quelque chose avant.

Il alla dans le fond de la cuisine, ouvrit l'un des tiroirs, y attrapa un objet et revint vers le Shadow.

- Tiens, prends ceci avec toi, dit-il en prenant sa main et en y déposant l'objet.

Il s'agissait d'un canif rouge, semblable à celui qu'il avait cassé hier. La lame était propre et parfaitement aiguisée. Jamais il ne l'avait utilisé. Il l'avait reçu en cadeau un jour, et depuis, cette "arme" somnolait dans ce tiroir, presque oublié du reste du monde. Il venait seulement de s'en rappeler.

- Je te fais confiance, Ri Shin... dit-il en refermant avec douceur les doigts du mafieux sur le canif.

Mais une chose l'inquiétait toujours. Si ça douleur revenait pendant sa fuite ? Cela risquait de le ralentir... Il devait prendre ses précautions. Une nouvelle fois, il posa ses mains sur le front et le poignet blessé de son interlocuteur et ferma les yeux.

- Attends, ne bouge pas...

À nouveau, il se concentra sur le poignet et le front de Ri Shin, absorbant toute la douleur nécessaire pour qu'il n'ait plus du tout mal. Malheureusement, tout ne se passa pas exactement comme prévu. À mesure qu'il absorbait sa douleur, ses forces l'abandonnaient, sa peau pâlissait, ses lèvres devenaient bleues, et ses paupières s'alourdissaient. Son corps n'avait plus d'énergie, et usait donc sa force vitale pour apaiser la souffrance du mafieux.
Mourir pour sauver s'il le fallait...
Une fois la douleur totalement disparue, Jae Sun vacilla. Il dût s'agripper à l'épaule de Ri Shin pour ne pas tomber sur le sol. Il était épuisé, il avait mal, il voyait flou, et, plus que tout, il était très affaibli. Tout en tentant de retrouver son souffle, il enfouit sa tête dans le cou du Shadow et s'agrippa à sa chemise. Ne pas s'écrouler... Il ne devait pas s'écrouler... Non, il ne devait pas... Il fallait tenir encore un peu.
Juste un peu...

- Ri... Ri Shin... E-Est-ce que tu peux... M'aider... À aller jusqu'au canapé... S'il te plaît... murmura-t-il avec énormément de mal.

Plus le temps passait, et plus il avait du mal à garder les yeux ouverts.
Non, pitié... Pas tout de suite... Pas tout de suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Hansol [Topp Dogg]
Messages : 150
avatar
Ahn Ri Shin
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Dim 7 Sep - 18:57


La réalité le rattrapait déjà bien vite. Il ne pouvait pas rester. Il ne pouvait pas, non. Cela lui était impossible. Pire que cela, même. Interdit. Celui lui était interdit, oui. Il n’avait pas le droit d’imposer sa présence au jeune homme, de la même façon qu’il n’avait pas le droit de lui attirer le moindre problème. Jae Sun en avait déjà bien assez fait comme cela. Il en avait déjà bien trop fait. Beaucoup trop. Non pas que d’abuser de la gentillesse des autres lui posaient de quelconques problèmes, cela faisait partie de sa nature, après tout, mais lui poser des problèmes, à lui, à cet homme si doux et conciliant, cet homme qui l’avait aidé sans le juger…il en aurait été malade. Si la moindre chose lui arrivait par sa propre faute, jamais il n’aurait pu se le pardonner. Jamais.
A ses derniers mots, Jae Sun se mit à rire doucement, avant de tendre sa main en direction du visage du mafieux, caressant sa joue du bout des doigts. Ri Shin fut électrisé par la douceur de ce contact, sursautant très sensiblement. Il n’avait vraiment pas l’habitude du contact, si ce n’était qu’il le refusait en bloc, mais celui-ci…sa chaleur, ses manières, il ne pouvait les ignorer. Il ne pouvait les rejeter, simplement. Car il les cherchait en boucle, inlassablement, irrépressiblement… Ce contact, aussi infime était-il, lui était plus bénéfique qu’aucun autre. Lui était plus cher, qu’aucun autre.

- Le "d'avantage" est en trop. Tu ne m'as posé aucun problème, Ri Shin. Mais... il s’arrêta quelques instants, son visage s’obscurcissant. Mais s'ils te trouvent ici, tu risques d'avoir énormément de problèmes. La Reine Rubis te traque depuis trop longtemps, et elle se ferait probablement un plaisir de te punir de la plus atroce des manières. Et ça, je ne pourrai pas le supporter...dit-il en s’arrêtant une nouvelle fois, levant les yeux vers lui. Laisse-moi te donner quelque chose avant.

Il plissa un œil, perplexe. Jae Sun était au courant de cela ? Etrange… Mais oui, il était quasi certain que si elle mettait la main sur lui, il ne lui serait pas donné cher de sa peau. Ironique. Comme quoi, même les « gentils » pouvaient parfois se montrer cruels. Après tout, il fallait bien que quelqu’un s’occupe d’éliminer les déchets dans son genre…
Ri Shin le vit partir dans le fond de la cuisine, farfouillant dans des tiroirs, avant de revenir vers lui, tenant quelque chose entre ses mains.

- Tiens, prends ceci avec toi, lui dit-il en prenant l’une de ses mains et y glissant l’objet qu’il tenait entre les siennes.

Le Shadow baissa les yeux, découvrant ce dont il s’agissait. Un petit canif rouge, très proche du sien, que son interlocuteur avait cassé la veille. Malgré lui et presque par automatisme, son regard monta le long de la lame, remarquant qu’elle était dans un très bon état, quasiment neuve. Non, ce n’était même pas quasiment. Elle était neuve.
Il ne comprit pas réellement le sens de ce cadeau, s’il s’agissait d’une sorte de compensation pour avoir brisé son ancien canif ou un moyen de lui montrer qu’il était sincère, refusant de le laisser vulnérable devant une quelconque menace. Ou peut-être qu’il s’agissait des deux.

- Je te fais confiance, Ri Shin...murmura-t-il en refermant ses doigts pâles sur le petit couteau.

Le mafieux déglutit, la gorge nouée. Il lui faisait confiance ? Il lui faisait donc réellement confiance ?... Il voulut le regarder dans les yeux, lui répondre qu’il le pouvait, sincèrement, mais il n’en trouva pas la force. Ses yeux étaient encore humides et rouges, bien loin de ceux qu’il arborait habituellement, secs, obscurs et froids, et il savait que si son regard se perdait une nouvelle fois dans le sien, il éclaterait en sanglot. Il le savait, sans pouvoir réellement l’affirmer. Mais il ne voulait pas pleurer une nouvelle fois, pas encore, non. Car, s’il le faisait, il ne trouverait certainement plus la force de le quitter. C’était déjà si difficile, rien que maintenant…
Jae Sun eut alors un air soucieux, puis porta soudainement ses mains au poignet et au front de Ri Shin, avant de fermer les yeux. Celui-ci ne comprit que trop tard ce qu’il comptait faire, trop lent à réagir.

- Ne fais-
- Attends, ne bouge pas...

Mais déjà le jeune homme s’exécutait, faisant aussi taire la douleur qui palpitait sous la peau du Shadow, la réduisant à néant. Cette fois-ci, il ne ressentait plus rien, comme si celle-ci venait de se volatiliser, laissant place à une douce chaleur, familière et réconfortante. Jae Sun l’avait fait taire, une fois de plus.
Mais à quel prix…
Soudainement, il le vit vaciller avant qu’il ne s’agrippe à son épaule, épuisé. Son visage était d’une pâleur cadavérique, inquiétant, et ses lèvres bleues, comme s’il eut attrapé froid. Le mafieux savait que son étrange pouvoir en était la cause, qu’il aspirait sa douleur pour l’encaisser lui-même, la faire disparaître en l’étouffant dans son corps. Contre lui, il sentit sa poitrine se soulever difficilement, comme cherchant de l’air, alors qu’il enfouissait son visage cireux dans le creux de son épaule, ses mains s’agrippant à sa chemise. Il était affaibli. Bien trop affaibli.

- Ri... Ri Shin... E-Est-ce que tu peux... M'aider... À aller jusqu'au canapé... S'il te plaît...lui demanda-t-il avec difficulté, semblant lutter pour garder les yeux ouverts.

Le Shadow crispa la mâchoire, se faisant violence pour réfléchir normalement. Le sentir là, dans ses bras, son visage enfoui dans son épaule, faible et impuissant, comme un petit animal sans défenses…était étrange. Vraiment étrange, oui…
Encore une fois, il s’agissait de sa faute. De sa propre et unique faute. De la sienne. Seulement de la sienne. Il causait trop de problèmes au jeune homme, profitait de sa gentillesse plus qu’il ne l’aurait dû. Lui prenait tant de chose… Et tout cela, cette sensation d’être un être parasite, inutile et sale, cette sensation lui faisait mal. Terriblement mal.
Pris d’un subit élan d’un sentiment qu’il n’aurait pu définir, il s’autorisa à passer une main dans ses cheveux, les caressant doucement, de la même façon qu’il l’avait fait quelques secondes pour lui. Il aurait tellement voulu le garder dans ses bras, juste contre lui…mais il ne pouvait pas. Il n’avait pas le droit.

- Bien sûr, chuchota-t-il faiblement, glissant l’une de ses mains dans son dos, pour le soutenir.

Doucement, il le guida vers le canapé, prenant soin à ce qu’il ne butte pas contre quelque chose, avant de l’y installer délicatement. Les rôles, d’une certaine façon, semblaient s’inverser. Et étrangement, il ne trouvait pas cela désagréable. S’occuper de Jae Sun qui, en cet instant, ressemblait à un petit oisillon fébrile…était tout sauf désagréable. S’il l’avait pu, il aurait aimé pouvoir rester à ses côtés jusqu’à ce qu’il se sente mieux. Mais il ne pouvait pas. Encore une fois, comme trop souvent, il ne pouvait pas. Il ne pouvait pas. Et c’était tout simplement injuste.
Il s’agenouilla auprès de lui, au pied du canapé, inquiet. Il aurait tellement voulu faire plus pour lui. Mais il était si impuissant…si inutile.
Ecartant quelques mèches de son front blafard, Ri Shin le regarda quelques instants, attendri et soucieux à la fois.

- Je t’avais dit d’arrêter de faire ça, Jae Sun… je refuse que tu le fasses, tu comprends ? Je ne veux pas que tu fasses ce genre de choses si les conséquences sont telles…

Il s’arrêta de parler, sa gorge se nouant à nouveau. C’était de sa faute. De sa faute…

- Je suis désolé…à cause de moi…murmura-t-il fiévreusement avant de se stopper, tentant de garder son calme. Je…je suis totalement inutile…excuse moi, je t'en prie...

Il se redressa doucement, avant de se pencher au-dessus du jeune homme, ses yeux sombres le fixant avec attention. Il avait vraiment un visage d’ange, collant parfaitement à sa personnalité. Mais celui-ci était si blême… Meurtri et captivé, il caressa timidement sa joue froide du bout des doigts, hésitant. Puis, se penchant un peu plus vers son visage pâle, il déposa ses lèvres glaciales contre son front, n’étant qu’à moitié conscient de son geste. En cet instant, il était incapable d’exprimer la moindre chose avec des mots.
A regret, il se redressa, son regard s’obscurcissant d’avantage.

- Je ne peux vraiment pas rester…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Mar 16 Sep - 7:16


Jae Sun n'en pouvait plus. La douleur qu'il avait absorbé était en train de le ravager de l'intérieur. Il avait l'impression de suffoquer, de perdre sa chaleur humaine... Et il fut encore plus choqué lorsqu'il remarqua que la peau de Ri Shin semblait chaude comparée à la sienne. Mais malgré tout, il n'arrivait pas à regretter son acte. Même s'il était épuisé et affaibli. Même s'il avait de plus en plus de mal à tenir sur ses jambes.
Même s'il avait failli se tuer...
Soudain, le barista sentit l'une des mains du mafieux remonter vers sa chevelure brune, avant de la caresser doucement. Il sentait sa peau en contact avec son cuir chevelu, ses doigts qui s'emmêlaient lentement dans ses cheveux décoiffés. Et cela l'apaisait énormément. Il se sentait déjà un peu mieux.

- Bien sûr, chuchota faiblement le Shadow.

L’une de ses mains glissa dans son dos pour le soutenir, et il l'emmena jusqu'au salon. Le Spirit luttait pour ne pas s'effondrer dans ses bras. Il devait tenir.
Avec grande surprise, ils arrivèrent au salon sans percuter quoique ce soit. Ri Shin l'installa alors délicatement sur le canapé. Jae Sun soupira de soulagement lorsqu'il fut entièrement allongé. Cette position était si confortable. Fermant un instant les yeux, il profita du confort de ce canapé qui semblait bien plus douillet que d'habitude. C'était relaxant. Vraiment relaxant.
Lorsqu'il rouvrit les yeux, son regard se posa sur le mafieux. Ce dernier écarta quelques mèches de son front. Malgré sa vue troublée, il remarqua son visage à la fois attendri et soucieux.

- Je t’avais dit d’arrêter de faire ça, Jae Sun… je refuse que tu le fasses, tu comprends ? Je ne veux pas que tu fasses ce genre de choses si les conséquences sont telles…

Le barista fit un faible sourire triste. Il était en train de lui demander la lune. Il ne pouvait pas s'empêcher de le faire, et encore moins avec lui. C'était presque impossible pour lui d'arrêter.
Lorsque le mafieux baissa les yeux, le Spirit prit un air soucieux. Qu'avait-il  donc ?

- Je suis désolé… murmura-t-il fiévreusement. À cause de moi… Il se stoppa un instant, puis reprit. Je… Je suis totalement inutile… Excuse-moi, je t'en prie...

Jae Sun sentit les larmes lui monter une nouvelle fois aux yeux. Il n'aimait pas le voir dans cet état. Pas du tout.

- Ri... Ri Shin...

Il n'eut guère la force de dire quoique ce soit d'autre.
Ri Shin se redressa légèrement et se pencha sur lui en le fixant avec attention. Mais le barista n'arrivait plus à voir correctement. Derrière ses paupières mi-closes, sa vue devenait de plus en plus floue. Ce n'est que lorsqu'il sentit le bout de ses doigts sur sa joue qu'il réagit vraiment. Cherchant du bout des doigts le bras du mafieux, il descendit jusqu'à son poignet, puis sa main, à laquelle il lia à nouveau la sienne, livide et glacée. Il le sentit s'approcher petit à petit, encore, jusqu'à ce que ses lèvres viennent se poser sur son front. Il ouvrit d'avantage les yeux, surprit. Avait-il rêvé, ou Ri Shin venait-il vraiment de déposer un baiser sur le haut de son crâne ?
Alors que cette question troublait son esprit, il sentit le Shadow se relever. Il devait avoir dit quelque chose, mais il ne l'avait pas entendu. Il n'entendait plus rien. Mais il savait ce qu'il se passait. Ri Shin devait partir.
Le cœur serré, ses doigts s'agrippèrent à ceux du mafieux.

- Ri Shin... Attends... J'aimerais... Te dire une dernière chose...

Sa voix était faible, mais il persista. Il voulait lui dire ce qu'il avait sur le cœur.
Faisant un sourire aussi grand que son état pouvait le permettre, il continua.

- Tu... Tu n'as pas besoin de t'excuser, tu sais... Il n'y a aucune raison à cela... Car tu n'es pas inutile... Ta seule présence m'aide à me sentir un peu mieux...

Et il était sincère. Il se sentait plus apaisé lorsqu'il était à ses côtés.

- Tous... Tous ces mots que tu as utilisé pour te décrire... continua-t-il après une courte pause. Sans âme... Tordu... Déchet... Salaud... Méprisable... Pitoyable... Inutile... Et j'en passe... À mes yeux, tu n'es pas tout ça... Et jamais tu ne le seras...

Plus le Spirit parlait, plus sa fatigue devenait évidente. Oui, il était fatigué. Mais il s'accrochait.

- Tu m'as prouvé que la Reine Rubis pouvait avoir tort... Normalement, en tant que serviteur, je devrais te livrer aux gardes... Car tu es bien le mafieux qu'elle recherche, n'est-ce pas ?...

Cela lui paraissait si évident maintenant... Tout collait parfaitement. Mais, dans un sens, il s'en fichait. Il se fichait bien de ce que pouvait être le Shadow.

- Mais je ne peux pas le faire... Non, je ne peux pas... Et je ne veux pas non plus... Faire une telle chose est impossible pour moi... Je l'ai rejoint pour sauver des vies, et non pour en détruire... Il faut accepter les choses si elles ont une justification... Tout acte ou personne en a une... Et tu ne fais pas exception à la règle...

Il avait de plus en plus de mal à retenir sa main. Ses propres doigts tremblaient, trop faibles pour vouloir lui obéir correctement.

- Alors, s'il te plaît, cesse de dire toutes ces immondices sur toi... Je suis heureux d'avoir pu te rencontrer, te connaître, te comprendre et t'aider... Tu m'as prouvé que derrière ce masque, tu as une âme... Une âme sensible et brisée, qui ne demande qu'une chose, ne plus être seule... Une âme qui me montre à quel point tu peux être adorable...

Une larme coula sur sa joue. Puis une deuxième. Une troisième. Une dizaine. Elles coulaient toutes seules, dansant sur son visage livide, avant de s'échouer sur le tissu du canapé. Il ne voulait pas qu'il parte. Mais le sort en avait décidé autrement. Une dernière fois, son visage doux esquissa un sourire d'ange. Il ne voyait presque plus rien, et ne pouvait plus entendre quoique ce soit.

- Sauve-toi, Ri Shin... Et prend bien soin de toi... Tu n'as plus à avoir peur, maintenant... Viens me voir quand tu veux... Je serai toujours là pour toi...

Cette fois, il ne voyait rien d'autre qu'un gouffre noir, des ténèbres qui le plongeaient peu à peu dans une douce torpeur. Alourdies par la fatigue, ses paupières se fermèrent lentement.

- Toujours... eut-il le temps de murmurer avec une voix frêle, si faible qu'elle était presque inaudible.

Et il sombra. Sa main relâcha lentement celle de Ri Shin, avant de s'écrouler, manquant de percuter le sol. Il s'était endormi. Son visage reposait maintenant sur son côté droit, plus détendu et apaisé que jamais. Car il n'avait pas besoin de craindre son cauchemar. Cette fois, ce serait un repos sans rêves.
Alors que le sommeil aspirait ses pensées, une phrase de Shakespeare lui revint.
" Car celui qui, aujourd'hui, versera son sang avec moi, sera mon frère... "
C'était ce qu'il s'était passé avec le mafieux. Il l'avait aidé, avait fait couler un peu de son propre sang... Et maintenant, ce jeune homme avait dans son cœur la place qu'il pensait ne jamais pouvoir remplir...
Lentement, une dernière perle salée coula sur sa joue pour venir s'échouer sur ses lèvres.
Ri Shin... Mon frère... Frère de cœur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Hansol [Topp Dogg]
Messages : 150
avatar
Ahn Ri Shin
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   Dim 21 Sep - 18:23


Jae Sun était encore plus pâle qu’il ne l’avait jamais vu, les yeux mi-clos et incroyablement affaibli. En cet instant, il avait l’air d’un ange auquel on avait brisé les ailes. Un soleil, quelque chose de si rayonnant qui ne brillait plus. Qui n’en avait plus la force… Et cela, tout cela, par son unique faute.
Faiblement, il sentit la main du jeune homme, aussi douce que de la soie et aussi froide que de la glace, descendre le long de son bras avant de s’entremêler à la sienne. Et alors que le Shadow se reculait, lentement, il resserra un peu plus son étreinte, l’obligeant à rester encore quelques secondes à ses côtés.

- Ri Shin... Attends... J'aimerais... Te dire une dernière chose...murmura-t-il d’un ton inaudible.

Ri Shin se retourna vers lui, regardant tristement le faible sourire qu’il tentait d’esquisser. Qu’est-ce qu’il pouvait se détester pour l’avoir mis dans cet état…oui, il se haïssait à un point inimaginable…

- Tu... Tu n'as pas besoin de t'excuser, tu sais... Il n'y a aucune raison à cela... Car tu n'es pas inutile... Ta seule présence m'aide à me sentir un peu mieux... Tous... Tous ces mots que tu as utilisé pour te décrire...dit-il avant de faire une légère pause. Sans âme... Tordu... Déchet... Salaud... Méprisable... Pitoyable... Inutile... Et j'en passe... À mes yeux, tu n'es pas tout ça... Et jamais tu ne le seras...

Le jeune homme baissa la tête d’un air sombre. Comment pouvait-il continuer de penser de cette façon ? Il était tout cela. Il l’était, oui. Et bien qu’il tentait de se persuader du contraire, il ne pouvait lutter contre. Il était si détestable…violent, fou et misérable. Fou. Complètement. C’était inscrit dans ses gènes, dans son corps. Il était comme cela. Sans échappatoire possible, sans sortie de secours. Et même si Jae Sun pensait le contraire, même si lui le voyait sous un jour que personne d’autre ne connaissait, la réalité ne pouvait être altérée. Non pas qu’il ne le voulait, loin de là. Il le voulait vraiment. Tellement…il voulait y croire, il voulait devenir quelqu’un de meilleur. Quelqu’un de mieux. Mais hélas…

- Tu m'as prouvé que la Reine Rubis pouvait avoir tort... Normalement, en tant que serviteur, je devrais te livrer aux gardes... Car tu es bien le mafieux qu'elle recherche, n'est-ce pas ?...

Le jeune homme dévia son regard, honteux. Alors c’était ainsi. Jae Sun était bien un des partisans de le Reine Rubis. Une de ces « bonnes personnes ». Quelqu’un qui n’avait rien à faire avec lui. Quelqu’un qui avait deviné ce qu’il était réellement…
Il ne lui répondit pas, laissant un bref silence planer entre eux deux. A quoi cela aurait-il pu servir, après tout ? Il ne pouvait nier ce fait qui était plus qu’indéniable. Il était bien cette personne, oui. Il était ce personnage monstrueux.

- Mais je ne peux pas le faire... Non, je ne peux pas... Et je ne veux pas non plus... Faire une telle chose est impossible pour moi... Je l'ai rejoint pour sauver des vies, et non pour en détruire... Il faut accepter les choses si elles ont une justification... Tout acte ou personne en a une... Et tu ne fais pas exception à la règle...murmura-t-il, sa voix devenant de plus en plus faible.

Ri Shin releva ses yeux vers lui, le regardant avec étonnement et douceur mêlé. Pensait-il vraiment qu’il avait une justification ?... Certes, plusieurs choses lui avaient échappé la veille, notamment une brève et mouvementé explication de ses actes désespérées. Mais était-ce réellement une justification ?... Il lui avait donné une réponse, peut-être une raison, mais était-elle si juste que cela ?...il ne savait pas. Il ne savait pas, non. Tout comme il ne savait pas s’il méritait réellement d’être épargné. Après tout, peut-être devait-il réellement se laisser attraper ?... Non. Non, pas aujourd’hui, ni maintenant. Car si cela venait à arriver, Jae Sun serait impliqué…
Dans sa main, il sentait ses doigts trembler de plus en plus, ce qui l’inquiéta d’avantage.

- Alors, s'il te plaît, cesse de dire toutes ces immondices sur toi... Je suis heureux d'avoir pu te rencontrer, te connaître, te comprendre et t'aider... Tu m'as prouvé que derrière ce masque, tu as une âme... Une âme sensible et brisée, qui ne demande qu'une chose, ne plus être seule... Une âme qui me montre à quel point tu peux être adorable...

Il se mordit la lèvre, l’écoutant en silence. Une âme…en avait-il vraiment une ?... Etait-il réellement adorable ? Etait-ce, d’une quelconque façon, ce qu’il était ?...ce qu’il pouvait être…était-ce lui ? Etait-ce vraiment une part de lui, aussi infime était-elle ?...
Des larmes perlèrent du coin des yeux du jeune homme, sans qu’il ne puisse faire quoi que ce soit pour les arrêter. Ruisselant avec abondance sur son visage d’ange, le mafieux s’autorisa à les essuyer du bout des doigts, cette vision lui meurtrissant le cœur. Il pleurait. Un ange pleurait et ce, par sa faute…

- Sauve-toi, Ri Shin... Et prend bien soin de toi... Tu n'as plus à avoir peur, maintenant... Viens me voir quand tu veux... Je serai toujours là pour toi... Toujours...murmura-t-il avant que ses yeux ne se ferment doucement.

Sa main se relâcha, tombant mollement au sol. Le Shadow le regarda une dernière fois, plus qu’ému et le cœur au bord des lèvres, détaillant son visage endormi. Comme il lui semblait chétif et faible… Doucement, il essuya les dernières larmes qui glissaient le long de ses joues cireuses, avant de saisir doucement sa main et de la reposer sur le canapé, à côté de sa tête.
Sa gorge se serra alors qu’il recula d’un pas, caressant une dernière fois sa peau d’albâtre.

- Oui, on se reverra, petit ange, prononça-t-il d’une façon inaudible, à peine plus fort qu’un murmure.

Il lui jeta un dernier regard avant de s’éloigner un peu plus, les yeux humides. Puis, il quitta l’appartement, d’un air sombre et impénétrable. A partir d’ici, les choses continuaient de la même façon qu’elles l’avaient toujours fait.
Définitivement, ils se reverraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Stay alive, that's my only request (feat Ahn Ri Shin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)
» Dominican boatpeople resorted to cannibalism to stay alive
» i'm a survivor. stay alive is my speciality - stefan
» Master Of Horror : Their Corpses Need A Slipknot To Stay Alive [V1.0]
» NEWSLETTER #V23 ► now and again we try just to stay alive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neverland Reborn :: Eliora World :: Airan :: Cair Paravel :: Habitations-