Partagez | .
 

 Serves you right ❖ Lu Byun - fini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♚ Avatar : Kim Hansol [Topp Dogg]
Messages : 150
avatar
Ahn Ri Shin
MessageSujet: Serves you right ❖ Lu Byun - fini    Jeu 28 Aoû - 1:47





Serves you right
with Daesoo Lu Byun

La mer était agitée, cette nuit-là. Très agitée, même. Ri Shin la regardait d’un air absent, voyant sans véritablement les voir les vagues obscures et écumantes qui déferlaient sur le sable humide. Le vent soufflait particulièrement fort, faisant virevolter quelques mèches de ses cheveux aux travers de son visage rendu moite par les embruns marins. Et par le sang, aussi. Le sang, oui. De petites gouttes vermeilles s’écoulaient lentement sur ses joues, glissant à la surface de sa peau glabre, suivant la courbe de son menton, avant de venir s’écraser sur son buste. Un rouge vif et sombre à la fois, écœurant, qui maculait ses vêtements et ses mains, témoignage de la lutte qui venait d’avoir lieu. La lutte et le meurtre. Le très malencontreux meurtre.
Encore une fois, les choses s’étaient passées trop vite. Beaucoup trop vite. Le ton était monté, et il n’avait pu se contrôler. Il n’avait su le faire. Les coups étaient partis avant même qu’il ne puisse le réaliser. La lame dissimulée dans sa manche avait été dégainée presque par automatisme, et avait trouvé sa place, parfaitement logée dans les côtes de l’individu. Oui, tout s’était enchaîné très vite. Fluides, nets, et précis. Rapides et mortels. Comme toujours.
Rapidement, le Shadow reprit ses esprits, posant son regard sur le corps qui gisait à ses pieds, inerte. Bien. Au moins, on pouvait dire que cette affaire était réglée. Cet homme était gênant, de toute façon. Il était trop informé. Trop dangereux. Et trop bavard. Bien trop bavard pour que Ri Shin puisse le permettre. Il voulait le faire chanter en le menaçant de faire tomber son réseau s’il ne le payait pas ? Soit. Mais une fois mort, cela rendait la chose légèrement plus complexe.
Il laissa échapper un sourire dédaigneux avant de passer une main dans ses cheveux, dégageant de la sorte ses yeux sombres et froids. Stupide. Comment avait-il pu imaginer ne serait-ce qu’une seule seconde que son plan marcherait ? C’était de l’inconscience. S’il voulait parler « affaires » avec le mafieux, il devait au moins savoir à quoi se tenir. Et, surtout, ne pas venir les bras ballants en se fiant uniquement sur son franc parler. Non, franchement, venir le voir à cette heure-ci de la nuit, dans un endroit désert pour tenter de le menacer, et ce, sans aucune arme...c’était de l’inconscience. Ou de la connerie. Une véritable connerie, oui. Et les idiots dans son genre, qui parlaient dans le vide afin de meubler inutilement le silence, le Shadow les détestait. Les haïssait, même. Surtout si le terme abordé était l’argent. L’argent. Toujours et encore l’argent. Tous ne semblaient penser qu’à cela. L’argent apportait beaucoup, certes, il avait cru le comprendre. Il offrait le pouvoir et le luxe, mais aussi la déchéance. Une déchéance exécrable, ponctuée de plaisirs faciles et corruptifs. Quelque chose de tordu, sale et addictif. Hideux. Et lui qui avait était victime de cette foutue déchéance, avait payé les frais de cette corruption à ses propres dépens, lui, il ne pouvait la tolérer. Car même si l’argent apportait beaucoup, il ne pouvait lui rendre ce qu’il avait perdu ; son humanité.
Il soupira longuement, regardant la mer déchaînée qui se dressait face à lui. Un cataclysme semblait se réveiller lentement, faisant écho à ses propres pensées. Après cette petite « formalité », il se sentait d’humeur massacrante, comme bien souvent. On l’avait excédé, et, au final, il avait fini par craquer légèrement, ce qui le rendait particulièrement irritable.
Essuyant ses mains ensanglantées sur ses manches avec dédain –il aurait de toute façon tôt fait de brûler ces vêtements afin de dissimuler les preuves- son regard glissa vers le cadavre. Il ne lui restait plus qu’à retirer l’arme qu’il avait très aimablement plongé dans son abdomen, et se débarrasser de l’homme. La chose était vite faite. Il n’avait simplement qu’à le jeter un peu plus loin dans la mer et partir tranquillement. La plage, à cette heure aussi avancée de la nuit était déserte, sans aucun témoin, et propice à la dissimulation de son crime. Le sang qui imbibait le sable partirait très vite, lavé par la marée montante, et le corps, livré à la mer déchaînée, vagabonderait pendant quelques heures entre les vagues, afin de s’échouer au petit matin quelque part, sur la berge, et, avec un peu de chance, se retrouverait coincé plusieurs jours entre des rochers avant que quelqu’un ne le trouve. Le jeune homme s’autorisa un sourire satisfait. C’était un plan simple mais parfait. Heureusement que cet abrutit avait accepté de venir dans un tel endroit afin de régler leur différend. Une ruelle de la capitale aurait pu faire l’affaire, mais rendait la chose plus difficile. Et, il fallait dire qu’il se voyait très mal abandonner le corps dans une benne à ordures. Quoiqu’il l’avait déjà fait, une fois.
Rangeant l’arme sanguinolente dans un pan de sa veste, il fit un pas en direction du cadavre, une petite moue aux lèvres. Bien, maintenant, il ne lui restait plus qu’à le traîner dans la mer, à quelques mètres de la berge.


Dernière édition par Ahn Ri Shin le Dim 21 Sep - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Serves you right ❖ Lu Byun - fini    Jeu 28 Aoû - 20:12

Serves you right



C'était au crépuscule, lorsque le ciel honteux avait décidé de se cacher, que Lu-Byun arriva sur la plage. Ce n'était pas quelqu'un de très poétique et donc ce paysage soi-disant magnifique ne l'intéressait guère. Il était juste venu ici après avoir suivi ses calculs. Si aucunes erreurs ne lui étaient parvenu, un portail devrait se trouver guère loin de sa position actuelle. Il retira ses souliers de façon à ce que les grains de sables ne viennent pas chatouiller ses pieds et profiter tout de même de la situation. Le coucher de soleil n'était franchement pas son admiration première mais il ne pouvait nier le fait que cet événement avait un certain charme assez poétique. Il allongea ses jambes et laissa tomber son buste en arrière pour que celui-ci vienne heurter le sable. Lu-Byun souffla lentement, ce devait pour lui être un des seuls moments depuis de nombreuses années où il pouvait se reposer et simplement penser à rien. Une fois ce temps de relaxation terminé, il faisait nuit claire et le ciel restait encore légèrement orangé. Il sourit et décida de se relever. Il avait noté sur son calepin les coordonnées de l'endroit qu'il désirait trouver.

La douce brise faisait trembler ses mèches de cheveux brunes qui venaient péniblement lui fouetter le visage alors qu'il essayait simplement de visualiser où le portail se cachait dans la longue étendu d'eau salé. Il n'était pas accessible à pied malheureusement pour le chercheur. Il décida après une mûre décision bien réfléchis d'y aller à la nage. Sa fortune lui tendait les bras si il était le seul être-vivant à avoir remarqué le portail inversé comme il se plaisait à l'appeler. Il devrait être ouvert en permanence et au lieu de faire le trajet Terre-Eliora, il faisait celui inverse Eliora-Terre. Mais il ne devait surtout pas révéler son existence potentielle pour l'instant. Le mieux était qu'il puisse l'examiner et tente d'en recréer un dans son garage, sa petite grotte à lui. Si il détenait ce secret, tout le monde se l'arracherait, il serait riche, célèbre et pourrait retrouver son anthropo plus facilement. Car bien sûre l'argent y joue et en tant que simple étudiant, fils de paysans décédés, on ne peut pas dire que Lu-Byun possédait une grande collection d'or.

Se dirigeant près d'une petite crique sur le coin gauche de la plage, il commença à se dévêtir. Il avait prévu à emmener un maillot de bain au cas ou et on peut dire qu'il avait encore une fois pensé très intelligemment. Il coinça ses habits plutôt simple sous un rocher, un peu en surélévation de sorte à ce que les senteur marines ne viennent pas imbiber son slim noir et sa chemise à carreau d'odeurs désagréables. Il s'élança dans la mer de façon moyennement gracieuse et rencontra l'eau qui venait doucement caresser tout le long de son torse avec une finesse exquise. Ses bras la repoussait d'une puissance juste parfaite ce qui lui permettait de se projeter en avant accélérant sa vitesse. Il pouvait atteindre son objectif bien plus facilement. Il arriva après plus d'une demi-heure de nage là où il pensait que se trouvait le portail soit son potentiel futur gain d'argent. Il avait réussi à s'assurer de sa position grâce à un petit gps waterproof qui indiquait en continue sa latitude et sa longitude. Il vérifia plusieurs fois ses calculs et il était au bon emplacement.

Après avoir pris une grande et longue inspiration il plongea sous l'eau faisant de long battements bien réguliers pour  pénétrer plus en profondeur et se rapprocher du fruit de ses calculs. Il ne vit rien de spécialement anormal ce qu'il trouva  bien décevant. Toutes ses recherches menaient à rien. Il appuya avec ses pieds contre le fond sableux de l'eau pour se propulser et sortir sa tête de l'eau. Il plaqua ses cheveux en arrières et pencha la tête en fermant les yeux. Il se revisionnait les souvenirs de ses expériences. C'est impossible qu'il ait pu échouer. Il grimaça et obstiné, refusant de s'être tromper retourna dans les profondeurs de la mer.

Ce cirque dura plus de deux heures, la persévérance de Lu-Byun était vraiment impressionnante. Il n'abandonna uniquement quand sa peau légèrement pâle commença à adopter une couleur bleuté. Il ne laissait pas tomber habituellement mais quand sa santé était en jeu, il n’exagérait pas non plus. Disons qu'il n'était pas inconscient. Il se rapprocha donc du bord, là où il avait soigneusement caché ses vêtements mais lorsqu’il voulait sortir de l'eau, il vit deux hommes à quelques mètres de lui. Discrétion étant de mise, il se rapprocha doucement, se cachant avec un rocher dans les tons gris. Ses yeux s'arrondirent lorsqu'il assista en premières loges à un meurtre  des plus sanglants. Il laissa l'eau envahir sa bouche de façon à ce qu'aucun bruit de surprise ne puisse témoigner de sa présence. Il savait qu'être témoin de ce genre de choses n'était pas une chose dont on pouvait se vanter pour la simple et bonne raison que les meurtriers vous retrouvez toujours, mettant à feu et à sang le peu de chose qu'il reste de votre corps meurtri par la lassitude de la vie. Lu-Byun cligna des yeux de plusieurs fois, de façon à réaliser qu'il n'était pas dans un de ses rêves étrange et qu'il n'allait pas se voir à la place de la personne assassiné. Ce n'est pas que ce genre de tour du subconscient lui arrive régulièrement mais il l'avait déjà vécu une fois et n'avait pas envie de revivre cette expérience d'ailleurs. Il voyait doucement le sang rougeâtre de la victime non identifié couler sur le sable lui donnant une texture et une couleur étrange.  Il trouva ça assez fascinant et impressionnant la façon dont il restait si calme. Ses gestes étaient habituel et on pouvait voir qu'il était lasse de la quotidienneté de la chose. Lu-Byun était incapable d'en détacher son regard, oubliant même que la température de son corps avait baissé de quelques degrés.


Designed by ClipClap © for Never Utopia| Tout droit réservé


Dernière édition par Daesoo Lu-Byun le Dim 14 Sep - 20:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
♚ Avatar : Kim Hansol [Topp Dogg]
Messages : 150
avatar
Ahn Ri Shin
MessageSujet: Re: Serves you right ❖ Lu Byun - fini    Ven 29 Aoû - 17:48


Le jeune homme soupira. Quelle plaie de devoir s’occuper d’affaires telles que celle-ci. Dire qu’à cette heure-là, il aurait déjà dû être rentré chez lui, bien au chaud et confortablement installé dans un fauteuil à lire les rapports de la journée… Mais non, il devait encore se coltiner quelque chose. Et quelque chose de particulièrement lassant.
Il murmura un faible juron, se penchant sur le corps, passant ses mains sous ses épaules afin de le traîner du mieux qu’il le pouvait sur le sable humide. Ri Shin, malgré lui, n’était pas très robuste, et jura un peu plus fort lorsqu’il se rendit compte que se débarrasser de l’individu n’était pas une mince affaire. Il n’était pas vraiment un poids plume, si on pouvait le dire de cette manière, et le déplacer semblait plus difficile que prévu. Evidemment. Les choses ne pouvaient jamais être aussi simples qu’il ne le voudrait. Jamais, non. Comme si lui rendre la vie encore plus compliquée qu’elle ne l’était déjà était indispensable.
Faisant plusieurs pas à reculons en direction de la mer agitée, le mafieux traîna à sa suite le cadavre, celui-ci dessinant une longue traînée écarlate et poisseuse sur le sable spongieux. Heureusement, dans quelques minutes, les vagues auraient tôt fait d’envahir tout le banc de sable encore visible, dissimulant les preuves. Entrant un premier pied dans l’eau glacée, il esquissa une faible grimace. A cette heure-ci, sa température ne devait certainement pas dépasser les dizaines de degrés, chose qu’il n’apprécia qu’à moitié. Le jeune n’aimait pas vraiment la plage, ni la mer, d’ailleurs, mais encore moins l’eau froide. Et il fallait bien dire que le temps n’arrangeait en rien cela. Le vent glacial continuait de souffler avec fureur, résonnant dans ses tympans et faisant danser des mèches de cheveux devant ses yeux, gênant sa vue. Cette nuit, les éléments semblaient bien déchaînés…
Le Shadow continua encore sur quelques mètres, jusqu’à ce que l’eau lui arrive légèrement au-dessus de la taille. Cela devait amplement suffire et puis il était déjà assez bien trempé comme cela. Déplacer cet homme dans une eau aussi agitée lui coutait beaucoup d’effort, et qu’il ait les épaules ou la taille émergée, à quelques mètres près, cela ne changeait pas grand-chose. C’est donc en poussant un soupir de soulagement que Ri Shin lâcha son lourd fardeau, celui-ci coulant lentement. A cet endroit, le niveau n’était pas bien profond, mais il ne pouvait faire plus. Sans embarcation, il ne pouvait pas le décharger plus loin. Mais cela ferait malgré tout l’affaire. Le corps remonterait bien vite à la surface, dérivant au gré de la marée montante, ce qui lui laissait largement le temps de partir en toute sérénité.
Se dirigeant vers la plage avec flegme, il passa une main dans ses cheveux humides, les tirant vers l’arrière, dégageant de la sorte ses yeux obscurs. Ses vêtements étaient complètement détrempés, collant à sa peau et dégageant une forte odeur iodée, acre et désagréable, gorgés de sel. A coups sûrs, la première chose qu’il ferait lorsqu’il rentrerait serait de prendre une bonne douche, de se changer, et de se débarrasser de ses habits. De toute façon, entre le sang et l’eau de mer, ils étaient complètements foutus et inutilisables.
Une fois arrivé sur le sable sec, il frissonna. Le vent semblait souffler de plus en plus fort, glacial, lui donnant la chair de poule. A ce train-là, s’il ne rentrait pas vite, trempé comme il était, il risquait fort de tomber malade, ce qui, pour lui, risquait d’être compromettant. Dans tous les cas, Ri Shin ne devait pas s’attarder plus longtemps. Autant pour sa santé que pour sa sécurité. Certes, le corps serait retrouvé d’ici peu, et très vide identifié comme meurtre, mais en aucun cas il n’était capable d’être le suspect numéro un. Ses antécédents étaient connus, tout comme sa réputation, mais personne ne pouvait mettre de visage sur sa personne. Et c’était pour le mieux.
Jetant un dernier regard à la mer déchaînée, il se détourna, s’apprêtant à quitter la plage. Il n’allait pas revenir ici avant un petit bout de temps, ça, il en était plus que certains.
Les bras croisés contre son torse, le mafieux tentait tant bien que mal de se protéger du froid, faisant de grandes enjambées dans le sable, ne s’attardant pas plus. Son regard ténébreux se posa un instant sur les rochers qui émergeaient de la mer sur sa droite, scrutant l’obscurité ambiante. Et, alors qu’il s’apprêtait à tourner la tête et reporter son attention face à lui, celle-ci fut attirée par une forme étrange. Effectivement, au milieu des roches, il lui sembla apercevoir une masse sombre et incertaine se découper du paysage. Plissant légèrement les yeux, comme s’il voulait tenter de percer la pénombre, il se rapprocha d’un pas rapide vers l’endroit « suspect ». A cet instant, il lui sembla effectivement percevoir un faible mouvement dans sa direction. Son cœur loupa alors un battement. Il y avait quelqu’un, là-bas, au milieu des rochers. Quelqu’un qui l’avait vu. Quelqu’un qui l’avait vu tuer l’autre homme. Un témoin. Il y avait un témoin.
S’arrêtant à quelques pas de la silhouette, qu’il pouvait très vaguement distinguer dans le décor marin, il sortit d’un geste vif l’arme de son manteau. Il lui fallait régler ce problème, et vite. Très vite.

- Montre-toi ou c’est moi qui viens te chercher et t’étriper au passage, lui lança-t-il d’un ton menaçant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Serves you right ❖ Lu Byun - fini    Lun 1 Sep - 5:40

Serves you right



Lu-Byun était toujours immergé, ses cheveux noirs plaquaient contre son crâne, quelques gouttes doux tombaient sur son front de temps en temps. Il avait si peur que l'autre le remarque. Il observait toujours caché et apeuré, tapis derrière son rocher, se protégeant d'une mort futur. Il voyait l'homme allongeait sur le sable, le liquide rouge avait teint sa tenue entière. Le meurtrier s'était enfin décidé à pousser le corps lourd pour qu'il glisse dans l'eau. Le sang avait tâché l'eau si pure habituellement. Il s'était même étalé se rapprochant dangereusement de la cachette du Shadow. Celui-ci ne se remettait d'ailleurs pas de ce qu'il venait de voir. Un homme avait été tué sous ses yeux. Et de sang froid en plus, il aurait souhaité ne pas être aussi obstiné, il aurait voulu ne pas se trouver à cet endroit maintenant. Ce n'est pas parce qu'il était traumatisé par le fait que quelqu'un soit tué. Il se fichait un peu du malheureux qui se faisait emporté par le courant. Il avait juste peur pour lui. Il ne voulait pas mourir, surtout pas avant d'avoir fait souffrir ce fameux anthropo qu'il hait plus que tout. Son souffle qu'il essayait bêtement de contrôler était en train de s’accélérer tout comme les battements de son cœurs. Il paniquait de plus en plus craignant tellement que sa vie s'arrête aujourd'hui. Il savait que l'homme allait le remarquer et il fallait absolument qu'il établisse un rapide plan pour s'en sortir. Surtout que le criminel se rapprocher de lui. Il avait du remarquer l'ombre de Lu-Byun ondulant avec  grâce sur l'eau. Il ne passait pas inaperçu comme il le voulait et malgré sa peur incontrôlable, il effectua un plan pour s'en sortir. Il profita du fait que le tueur soit occuper à vérifier que l'astrophysicien était bien présent pour glissa sa petite main sur le rocher à sa droite. C'était là qu'il avait caché ses vêtements. Il tapota les poches de son jean et en sortit aisément son portable. Il n'avait pas de temps et il devait faire vite. L'autre était en train de trouver sa cachette. Lu-Byun rentra son code pin. Par chance il avait désactivé tout bruit et il évita de se faire repérer plus rapidement. Les mains un peu tremblantes, de froid et de panique, il appuya sur le bouton caméra. Il s'enfonça un peu dans l'eau et tendit son bras de sorte à capturer en vidéo la scène. Malgré la nuit sombre, il y avait assez de lumière pour y voir. C'était sans doutes grâce à la pleine lune. On voyait le corps flottant dans l'eau, transporté par les vagues. Lu-Byun s'était bien concentré pour ne pas laisser s'échapper son téléphone, c'était sa seule chance de rester en vie. Son cœur se serra quand il entendit l'homme parler, énervé, agaçé et blasé :

«Montre-toi ou c’est moi qui viens te chercher et t’étriper au passage»

Il leva discrètement son bras pour que le visage de son interlocuteur soit capturé en vidéo. D'un rapide mouvement de doigts, il envoya la vidéo à un ami avec un message le suppliant d'envoyer ça à la police. Il poussa un grand soupir une fois le message envoyé. Il afficha un sourire sur son visage et se releva, les bras en l'air, montrant fièrement son mobile. L'autre le regardait intrigué, il était un peu curieux et surpris de voir un sourire sur le visage du garçon qu'il avait menacé. C'est vrai que c'était loin d'être anodin comme réaction. Lu-Byun prit une bien grande inspiration avant d'éclairer la lanterne du tueur toujours surpris et légèrement amusé.

- J'ai tous capturé en vidéo, je sais de source sûre qu'elle sera envoyé à la police. Ils te retrouveront.

Le brun sortit un peu de l'eau exposant toujours aussi fièrement son sauveteur. Il se sentait invulnérable, enfin pas encore, il devait d'abord ajouter une petite précision.

- Je sais que ça ne m'assure rien, tu pourrais me tuer pour le plaisir. Il sourit à ses mots, il ne pensait pas vraiment que tuer un inconnu soit une partie de plaisir mais pour certains ça pouvait l'être. Il ne connaissait pas les goûts et les pensées de tous. Je peux toujours supprimer le message. Il pressa sur le bouton pour verrouiller le téléphone. Mais tu as besoin de moi pour le code. Si je meurs le message sera livré à la police.

Il sourit et se baissa le temps d'attraper ses vêtements. Son regard fixait toujours le criminel qui avait l'air légèrement déconcerté. Lu-Byun profita de ce laps de temps pour enfiler son t-shirt et son slim. Il n'avait pas le temps de se sécher et autant dire que ce n'était pas vraiment sa préoccupation première. Il s'était vêtu simplement car mourir de fois aurait vraiment été ironique et idiot. Il n'avait vraiment pas envie d'avoir une pneumonie. Surtout que malgré la menace pesant sur lui, il se délecta de l'abus de pouvoir qu'il avait sur le mystérieux individu. Le brun n'était pas quelqu'un d'idiot et il ne se laisserait pas faire aussi facilement.


Designed by ClipClap © for Never Utopia| Tout droit réservé


Dernière édition par Daesoo Lu-Byun le Dim 14 Sep - 20:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
♚ Avatar : Kim Hansol [Topp Dogg]
Messages : 150
avatar
Ahn Ri Shin
MessageSujet: Re: Serves you right ❖ Lu Byun - fini    Sam 6 Sep - 23:37


Ri Shin aperçu plus clairement la silhouette qui se tenait dissimulée parmi les roches, sa vision s’adaptant un peu plus à l’obscurité ambiante. Une silhouette masculine, visiblement. Cette découverte lui arracha un tic nerveux à la commissure de ses lèvres livides. Les hommes étaient toujours plus tenaces que les femmes et les enfants, chose quelque peu agaçante. Le mafieux été éreinté, à cette heure plus que tardive, las d’avoir traîné le corps de sa stupide victime à la mer. Il n’avait jamais eu réellement de bonnes conditions physiques, après tout. C’était plutôt même l’inverse. Il était assez chétif, fébrile et fluet. Mais, il avait une chose que les autres n’avaient pas. Il avait l’avantage d’être bestial, réagissant et n’agissant que par instinct, seulement contrôlé par la fureur sanguinaire qui rugissait en lui. Faible, peut-être, mais incontrôlable, sûrement. La frénésie qui le prenait lorsqu’il violentait quelqu’un montait crescendo, incapable à stopper et, contrairement aux autres, à tous ces foutus autres, si détestables et immondes, Ri Shin, lui, n’avait pas peur de ses salir les mains. Il n’avait peur de rien, non. Pas même de la mort. Et cela, cette simple raison, le rendait sûrement plus dangereux que tout autre. Il était fou, et s’abandonnait dans un plaisir macabre à cette folie. Alors homme, femme ou enfant, s’il le fallait, il n’hésitait pas à se débarrasser de tous ceux qui se trouvaient sur son chemin, les balayer, comme il le ferait pour d’innombrables ordures.
Méfiant, l’arme toujours à la main, il regardait la personne s’agiter faiblement. Si jamais elle tentait de prendre la fuite, sans la moindre hésitation, il la tuerait. Le mafieux n’aimait pas les témoins, car ceux-ci pouvaient se montrer…très problématiques. Certes, il fallait plus qu’un simple témoignage pour le mettre derrière les barreaux –et encore, il était certain que la très chère Reine Rubis se ferait un plaisir de l’exécuter elle-même si elle pouvait le tenir- mais il n’empêchait pas que leurs présences lui soient particulièrement néfastes. Il avait, durant déjà quatre années, entretenu un anonymat des plus complet, et ce n’était certainement pas un quelconque individu, surgit de nulle part, qui allait faire voler en éclat tout le travail assidu qu’il avait mis en place afin d’y parvenir. Rien ni personne ne l’arrêterait.
Définitivement personne.
Le Shadow fut légèrement déconcerté dès qu’il vit l’homme se redresser, le bras en l’air, dévoilant enfin son visage. Celui-ci était illuminé d’un étrange sourire, qui n’inspira rien de bien au mafieux. Quel genre de personne se mettait à sourire dans une situation telle que celle-ci ? Franchement, sur quel idiot était-il encore tombé…
Remarquant son désarroi, l’étranger expliqua la situation, désignant le portable qu’il tenait dans sa main levée. Ainsi donc, il avait filmé la scène qu’il venait de se dérouler, rendant son visage visible ? Celui-ci serra la mâchoire, regardant l’inconnu exhiber fièrement son téléphone. Il se sentait en position de force, cela crevait les yeux. Bien, visiblement, il l’avait sous-estimé. Cette personne était bien loin d’être un de ces crétins dont il avait l’habitude de tomber. Il l’écouta parler en silence, son regard obscur posé sur lui, le regardant avec méfiance et frustration mêlée. Le livrer à la police ? N’était-ce pas une sorte de chantage ?
Ri Shin resta plusieurs secondes interdit, le fil de ses pensées se stoppant net. Il l’avait pris la main dans le sac, n’est-ce pas ? Et il avait une preuve irréfutable. Soit. Soit, sur ce coup, ce n’était pas mal joué. Pas mal joué du tout. Mais cela n’était pas suffisant. Car rien ni personne ne l’arrêterait, il se l’était promis.
Un horrible rictus apparut sur ses lèvres pincées, dévoilant son amusement. Amusant, oui, cela le devenait. Cela devenait de plus en plus amusant. Un faible ricanement s’éleva de sa gorge, d’abord imperceptible, puis de plus en plus fort, se muant en un rire sinistre. Le livrer à la police ? Supprimer le message ? Lui épargner la vie ? Visiblement, tous les moyens étaient bons pour s’assurer la survie. C’était pitoyable.
Il s’arrêta de rire, se calmant peu à peu, passant une main dans ses cheveux moites, avant de refixer son attention sur l’homme. Rire lui faisait le plus grand bien, dissipant peu à peu la pression accumulée sur ses épaules. Trop de chose se passaient dans la même soirée, à croire que le destin –ou n’importe quelle autre connerie- avait une dent contre lui. Ne se départissant pas de son petit sourire en coin, il s’approcha furtivement de l’étranger, se plaçant face à lui, une étrange lueur vrillant dans ses yeux perçants. Un éclat bestial.

- Ils me retrouveront ? Avec une vidéo ? Avec ton témoignage ?lui demanda-t-il sur un ton narquois. Cela peut aider, c’est vrai. Mais laisse-moi te le dire, cela ne suffira pas.

Quel imbécile. Un imbécile utopiste, sincèrement. S’il n’avait fallu que de cela pour démanteler tout un réseau mafieux, son réseau, Ri Shin ne se tiendrait certainement pas devant lui à l’heure actuelle. Les choses n’étaient pas aussi simples. Les choses n’étaient jamais aussi simples. Jamais.
Regardant la lame de son couteau d’un air songeur, la lueur de la lune se reflétant sinistrement sur la surface polie, il continua.

- Tu as un nom, une identité à fournir, peut-être ? Si tu connais le visage d’un meurtrier sans connaître ni son nom, ni des informations relatives à sa vie, cela ne sert à rien, ricana-t-il. Et s’ils veulent tant me retrouver avec cet unique renseignement, ils auront bon remuer ciel et terre, pour essayer. Mais je ne leur garantis rien.

D’un geste vif, il donna un coup sec sur sa main, envoyant valser le portable quelques mètres plus loin, sur le sable. S’il voulait l’impressionner, il en faudrait plus. Bien plus.
Plaçant le poignard sous sa gorge, il esquissa un petit sourire.

- Je m’en cogne, de ta vidéo à la con. Personne ne me mettra la main dessus aussi facilement, ça tu peux me le croire. Alors tu as intérêt à trouver mieux que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Serves you right ❖ Lu Byun - fini    Dim 7 Sep - 6:18

Serves you right



Il vit le tueur le fixer dans les yeux. Ceux-ci dégageaient un éclat de folie. Il n’était en cet instinct comme inhumain ce qui fit reculer un peu Lu-Byun. Il rigola doucement, il était inquiétant. Il semblait si fou, comme si il avait l’esprit ailleurs. En ce moment ses seuls pensées devaient se résumer: à tuer pour tuer car tuer. Il ne comprenait pas ce raisonnement même si le sien était tout aussi simple. Le même mais remplaçons le mot tuer par celui “vengeance” et nous avons l’était d’esprit du jeune homme. Il avait beau avoir un peu peur, il ne le montrait pas. Depuis petit il excellait dans le création d’un masque pour cacher ce qu’il ressentait. C’était bien utile des fois, comme celle-ci d’ailleurs. Il savait bien que le psychotique ne s’attendrissait pas alors jouer la carte du garçon sûre de lui serait bien plus déstabilisant pour l’autre. Ce comportement n’étant sûrement pas celui qu’il doit affronter habituellement. Il déballa une théorie assez intéressante comme quoi la police ne pourrait retrouver sa trace. Le Shadow savait que l’autre n’avait pas totalement tort mais il pouvait tout de même sentir un peu de panique de la part de l’individu. Il croyait vraiment en lui cette fois, malgré sa peur ambiante, il était certain que la police arriverait tout de même à le traquer et le tuer. Puis, si ils ne le faisaient pas ses amis le feraient et il avait confiance en eux. Enfin, quoi qu’il fasse, il savait que le criminel allait mourir tôt ou tard. Maintenant, la préoccupation qui devenait sa priorité était de trouver un moyen de s’en sortir vivant. L’autre continua son monologue mais le jeune brun ne l’écoutait pas vraiment. Il s’enfonçait dans sa folie et il avait bien compris où il voulait en venir. Il préférer profiter du temps gagner pour établir une stratégie bien utile. Le chantage et la flatterie étaient à éliminer puisqu’il semblait être trop têtu pour ce genre de chose. Tandis qu’il réfléchissait, Lu-Byun nota que le monologue du taré avait fini. En colère et d’un geste rapide, il frappa la main de celui-ci, le sacré portable s’échouant sur le sable légèrement plus loin. Il le regarda d’un air un peu triste, ce n’était qu’un objet mais en ce moment il aurait été bien utile pour établir une autre stratégie. Il pouvait donc éliminer l’utilisation du portable dans son plan de survie. Le blond semblait vraiment déterminé ce qui était assez déconcertant. Il était sois vraiment stupide de ne même pas craindre la police sois complètement aveuglé par sa soif de tuer. Mais on pouvait dire que le brun n’avait pas spécialement d’étudier la psychologie de son potentiel futur meurtrier. Ses pensées cogitaient mais il avait du mal à trouver une solution vraiment fonctionnel à son problème. En attendant il devait gagner du temps, tout était une question de temps.
Ouch”. S’exclama-t-il donc faussement agacé et ironiquement de façon à faire comprendre à son interlocuteur qu’il se fichait un peu de sa sois-disante détermination. Il gagnait un peu de temps et énervait de plus en plus son adversaire. Il savait de lui même, et il l’avait bien appris, les meurtres guidé par les émotions sont beaucoup moins efficace et ont plus de chance de connaître l’échec. Si il arrivait à rendre le gars fou de rage, il pourrait s’en sortir plus facilement. C’était une simple logique totalement infaillible. De plus, il avait vu que l’homme en face de lui n’était pas une personne très calme, dommage pour un meurtrier. Il était frêle et chétif mais bouillonnant avec une rage dévastatrice. Mais cette colère et ce manque de self-control pouvait être clairement un atout pour Lu-Byun. C’était une chose qu’il avait et pas l’autre. Il savait ce calmer, rester froid même si la situation n’était pas vraiment adaptée. Grâce à ça, il avait réussi à cacher un peu sa peur. Il reprit, tentant toujours de laisser le temps s’écouler avec plus de rapidité.

- Je sais..Il prit une grande inspiration pour toujours gagner du temps. Que quoi qu’il arrive, tu seras mort tôt ou tard. Que la police te retrouve ou la personne à qui j’ai envoyé la vidéo. Tu es condamné. Tues moi, vas-y, il ne te reste plus beaucoup de temps de toute façon et tu le sais bien.

Durant cette phrase, il avait continuer de réfléchir. Il savait qu’il avait un avantage psychologique et était en train d’examiner si il pouvait en avoir un physique. L’autre était petit et faible et franchement pas d’une grande force physique mais il était aussi habile et très rapide. C’était une évidence, sinon comme pouvait-il faire le métier de tueur? Parce que bien sûre c’était évident que c’était son travail. Il avait cette rage et cette lassitude lorsqu’il tuait quelqu’un. C’était impressionnant et plutôt fascinant qu’inquiétant. Il exécutait ses gestes comme si il était une machine à tuer et c’est pour ça que Lu-Byun savait qu’il avait cet avantage grâce à son calme. Il devait aimer la normalité en tant qu’habitué du crime et le comportement aussi incroyable de l’étudiant allait avec obligation l’intriguer et le perturber. Il vit le regard de l’homme s’assombrir tandis qu’il tenait son couteau pressé contre la gorge du fils de paysans. Il continuait à déverser son flot de parole sans se soucier de la menace trônant au niveau de sa nuque.

- Tu es un homme mort...et ton avenir consiste à la fuite pour ta survie mais on sait tous les deux que tu finiras dans un cercueil dans à peine quelques semaines.

Il prit son courage à demain et profita du fait que l’autre buvait ses paroles pour lui donner un grand coup dans le votre avec force. Il faisait pas mal de course et on pouvait dire que le garçon aux cheveux couleur ébène avait une grande force. L’autre eu un petit sursaut, sûrement surpris et Lu-Byun saisit le couteau, tirant de toute ses forces ,tel un chien jouant à la corde à nœud, pour l’avoir ce qu’il finit par réussir. L’arme glissa entre ses doigts pour que le manche finisse dans la pomme de sa main. Lui ne se contenta pas simplement de pointer l’arme sur la gorge du type. Non, il écorcha assez profondément le bras du garçon, une manière de dire qu’il était capable de meurtre.


Designed by ClipClap © for Never Utopia| Tout droit réservé


Dernière édition par Daesoo Lu-Byun le Dim 14 Sep - 20:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
♚ Avatar : Kim Hansol [Topp Dogg]
Messages : 150
avatar
Ahn Ri Shin
MessageSujet: Re: Serves you right ❖ Lu Byun - fini    Dim 14 Sep - 16:54


L’homme face à lui ne semblait nullement déconcerté, du moins ne laissait-il rien paraître, ce qui agaça légèrement le mafieux. S’il détestait bien une chose, une chose qui s’élevait au-dessus de toutes les autres, innombrables, c’était qu’on lui tienne tête. Qu’on soutienne son regard sans ciller, impassible et froid. Qu’on puisse garder son self-control, réprimer ses émotions face à lui. Il détestait cela, oui. Il le haïssait. Et tout simplement car il était incapable de le faire. Il ne le pouvait pas. Faire taire le flot de rage et de fureur qui grondait sourdement en lui, ravaler la rancœur qui lui brûlait les lèvres, manquant d’éclater en l’espace de quelques secondes, dissimuler l’éclat assassin et fou qui dansait au fond de ses prunelles obscures…il ne le pouvait pas. Il ne le pouvait définitivement pas, non. Peut-être parce qu’il était malade. Complétement malade, oui.
Et cela ne datait pas d’hier.
Le petit bruit que l’autre prononça alors, feintant l’agacement et rempli d’ironie, décrocha un tic à la commissure des lèvres de Ri Shin. Cela ne se résumait-il pas à se foutre quelque peu ouvertement de sa gueule ? …Si, il en avait l’impression. La désagréable impression. Son poing se referma un peu plus sur le manche de l’arme, ses phalanges blanchissant sous la pression. Dieu qu’il crevait d’envie de lui trancher la gorge d’un coup net et précis…oui, cette envie était quasiment irrésistible. Il ne supportait pas son air suffisant, la façon avec laquelle il le dévisageait, calmement, son regard… Tout. Visiblement, tout l’énervait chez lui.
Comme si la lame que pointait le Shadow sous sa gorge n’avait pas d’importance, l’inconnu continua de parler d’un ton calme, duquel perçait une note de provocation. Oui, lui dire qu’il était de toute façon condamné à mourir comme un chien, cela ne semblait s’élever qu’à de la provocation. Le pousser à bout. Ri Shin le savait bien. Parfaitement, même. Mais, malgré cela, il ne pouvait l’ignorer. Oui, provocation ou non, le mafieux n’avait jamais été capable de passer au-dessus de tout cela. Parce qu’il ne pouvait pas. Parce qu’il en était totalement incapable. Simplement.
Plus l’autre parlait et plus il sentait une fureur sourde monter en lui. C’était faux. Complètement faux. Jamais il n’aurait à craindre de la sorte pour sa survie. Car il était le bourreau. Il tuait, inspirait la crainte et massacrait. De sa main, il créait le chaos. Il annihilait la chaleur, éteignait la lumière et abrégeait la vie. De sa main seule. Car il n’était pas une victime. Car il n’en était plus une. Et qu’il ne le serait plus jamais. Car il était devenu le bourreau. Le bourreau, oui. Celui qui ne craignait rien, celui qui ne tremblait pas. Jamais. Et devant quiconque. Alors toutes ces paroles, tous ces mots lui crachant qu’il ne méritait que la fuite et la mort, tout cela le mettait hors de lui. Plus jamais. Définitivement plus jamais. Et plus que tout, pas maintenant. Car il était encore bien trop tôt pour que cela ne cesse. Bien trop tôt, oui. La soif de carnage qui palpitait en ses veines ne pouvait se stopper en si bon cours de route. Il avait encore trop de chose à faire, trop de chose à détruire. Trop de gens à faire payer.
Concentré sur les paroles de son interlocuteur, le mafieux ne vit pas le coup arriver, pour sa plus grande horreur. Vivement, l’homme le frappa en plein ventre, lui laissant échapper un souffle ténu, la respiration coupée. Profitant de la surprise du Shadow, l’étranger tira violemment sur son arme, la faisant glisser dans sa propre main, avant d’entailler profondément le bras de Ri Shin. Celui-ci pesta, des étincelles de douleur remontant le long de son bras meurtri, le sel présent dans ses vêtements trempés brûlant la plaie. Ce n’était pas son jour. Vraiment pas, non. Déjà un cadavre sur les bras, mais en plus un individu coriace, n’ayant absolument rien à voir à tous ceux qu’il avait pu croiser sur son chemin, pitoyables et chétifs.
Serrant les dents, le mafieux tenta de se ressaisir. Ses habits, poisseux par le sang et l’eau salée, collaient à sa peau d’albâtre, rendant ses mouvements pénibles et confus. C’était mauvais. Très mauvais. Il n’était pas capable de tenir le coup contre cet homme s’il continuait de lui mettre des bâtons dans les roues. Et pourquoi avait-il du tomber sur lui ?... A croire qu’il comptait lui faire passer un mauvais moment.
Cette pensée lui arracha un sourire mauvais. Hors de question que cela se passe de cette façon.
Il laissa échapper un soufflement dédaigneux, baissant la tête, portant une main à ses côtes douloureuses. Ce connard lui avait fait mal. Vraiment. Et le froid, qui s’infiltrait d’une façon bien malsaine dans ses vêtements, ne faisait qu’empirer la chose. Il avait froid, il était énervé, et son corps était quelque peu amoché. La parfaite combinaison pour le mettre hors de lui. Oui, il était furieux, à présent. Mais cette colère, cette fureur qui tambourinait sous sa peau pâle, se muait lentement en folie. Il perdait le fil. Encore une fois.
Lorsqu’il releva la tête afin de dévisager l’inconnu, la lueur de lucidité qui brillait faiblement dans ses yeux sombre s’estompait à vue d’œil.

- Mon dieu, mais quel connard…cracha-t-il en ricanant.

Il se redressa un peu plus, inspectant son bras blessé à la lueur de la lune. Ses vêtements étaient déchirés, laissant entrevoir sa peau sur laquelle suintait une ligne écarlate. L’entaille était assez profonde, mais aucuns muscles ou os ne semblaient avoir été touchés. Et c’était pour le mieux.

- Tu veux savoir ?reprit-il en reportant son attention sur lui, un étrange sourire aux lèvres. Je suis celui qui déciderai de si je dois mourir ou non, où, mais surtout quand. Et, en aucun cas, je ne mourrai de sitôt. Pigé ?

Son regard glissa sur l’arme qu’il tenait toujours en main, arme qui lui appartenait.

- C’est encore beaucoup trop tôt pour que tout cela se termine. Il me reste tellement de chose à faire…souffla-t-il un peu plus bas, comme s’il se parlait à lui-même. Alors si tu comptes sur ces misérables « forces de l’ordre » totalement bonnes à rien pour m’arrêter, sache que je vivrai encore très longtemps, ajouta-t-il en appuyant fortement sur le « très ».

Effectivement, il était encore beaucoup trop tôt pour lui d’être arrêté. Il devait encore tuer bien plus de gens…bien plus de personnes exécrables qui avaient fait de son monde un cauchemar vivant, forgés son être de façon si tordue, immonde. Oui, tous ceux qui l’avaient rendu si monstrueux devaient payer. Jusqu’aux derniers. Tous ceux qui l’avaient rendu si misérable, pitoyable, abandonné aux mains de la folie et du désespoir, tous ceux-là devaient mourir de sa main. Tous. Alors non, peu importe ce qu’il pouvait se passer, il ne mourrait pas.

- Mais, si tu désires tant me voir dans un cercueil, je t’en prie, fais toi plaisir, minauda-t-il avec un sourire provocateur, désignant d’un bref mouvement de tête le couteau toujours dans sa main. C’est facile, tu sais. Un coup bien placé, et tout se termine soudainement. Et c’est bien plus radical que de devoir se fier aveuglément à la « loi »…

Le ton de sa voix était devenu plus grave, révélant la rancœur qui le parcourait en cet instant. La loi ne servait à rien, non. Strictement à rien. La loi était aveugle, sourde. Impénétrable. La loi ne rendait pas justice. Elle était inutile.

- Vas-y, tue moi. Je t’attends.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Serves you right ❖ Lu Byun - fini    Dim 14 Sep - 20:40

Serves you right



Au fur et à mesure que le brun débitait ses paroles, il pouvait facilement sentir la rage grandir et prendre des proportions indéfinissables vis à vis de son interlocuteur. C’était plutôt agréable pour lui, ce qu’il avait pensé s’était avéré bien réel et le fou réagissait comme il l’avait prédit. Il devenait encore plus instable qu’il ne l’était déjà. Il était incapable de contrôler ses émotions, ça Lu-Byun pouvait le sentir. On pouvait dire que c’est un art qui n’est pas accessible à tout le monde mais, ce construire un masque et une autre personnalité, se cachait derrière les apparences était comme une seconde nature pour lui. Encore une fois cette caractéristique lui avait été bien utile car maintenant il était le maître. Il avait l’arme en main, celle-ci ayant servis plus tôt à sûrement assassiné sauvagement et violemment l’homme qui gisait dorénavant dans l’eau.

Le Shadow trouvait justement que ce meurtre manquait d’originalité. Toute sa vie il avait étudié de nombreuses façon de procéder et il pouvait clairement dire que le meurtre au couteau n’avait rien de vraiment exceptionnel. Il aurait par exemple été plus vraiment impressionnant de brûler vif la victime. Le feu, le consumant, la douleur aurait été insupportable ainsi que ses cris. Tandis qu’il pensait l’autre déversait sa rage et son incontrôlable folie par un flot de parole. Lu-Byun n’y accorda qu’une légère attention, ce n’était pas très agréable d’entendre un taré piailler tentant d’évacuer ce qu’il pensait. C’était pathétique et totalement irréfléchis. Malgré le fait qu’il ne pouvait s’empêcher d’éprouver de l’admiration pour le criminel, il trouvait ses réflexions et ses actions vraiment grotesque.

L’homme continua de crier, plus à lui même, pour revendiquer le fait que son heure n’était pas venu. Il pouvait bien comprendre cette réaction. C’était au final une tentative pour se persuader qu’il n’avait rien à craindre, qu’il était immortel et qu’il n’allait pas mourir sous les coups incessants qu’allait éventuellement lui infliger l’autre. Il avait peur, il ne voulait pas se l’avouer mais Lu-Byun le savait bien, l’homme craignait la mort. Il ne voulait pas finir comme le cadavre qui traînait là-bas. Il ne souhaitait pas mourir avant d’avoir fini son travail. Il effectuait sûrement une vengeance acharné, c’était tout ce qu’ils avaient en tête les criminels. Ils étaient tous assoiffé de haine tout comme Lu-Byun mais lui au moins savait se contenir. Lui au moins il avait établit un plan. Lui au moins ne pouvait pas faillir. Mais lui par contre était incapable de le tuer, car lui n’était pas un criminel.

Car oui, cet évènement lui avait fait réaliser une chose: Il ne savait plus si il serait capable de tuer. Quand il avait vu la lame argentée s’enfonçait dans la chair du cadavre, il avait ressentis un certain dégoût. Il avait eu peur, il n’aimait pas ça. Il n’avait pas éprouvé ce plaisir jouissif et interdit que les autres pouvaient éprouvé. Il en était incapable. Est-ce qu’au final sa vie avait été basé sur une erreur? Le jour J est-ce que le jeune homme serait vraiment capable d’agir, de le faire souffrir, de le torturer. Il ne savait plus, il était totalement resté dans cet idée que la vengeance était sa raison de vivre qu’il n’avait même pas vérifié si il était vraiment capable de torturer ses semblables. Mais maintenant que la question se posait il ne savait plus, il était totalement perdu. Le blond lui disait de le tuer et la tournure de sa vie dépendait de cet instant. Si il n’y arrivait pas, il savait que le sens de sa vie n’avait plus de raison d’être mais si il plantait ce couteau, la vie d’un homme, même le pire des mafieux aurait été retiré par sa faute. Il avait du mal à le concevoir. Tout était trop facile. Tout était trop réel.

L’autre continuait à crier continuellement. “ Tues moi, vas-y “ clamait-il, les yeux rempli de colère, de peine et de folie. Il voulait le déstabiliser et il y arrivait car Lu-Byun n’osait pas agir, il craignait de n’être qu’un faible et c’est pour ça qu’en ce moment précis il éprouvait une certaine admiration pour le fou. Lui au moins était capable d’enfoncer le couteau, il avait la force et le courage. Même si on pouvait lire sa démence dans son regard, il était capable d'ôter la vie d’un humain sans en souffrir après. L’étudiant lui ne le pouvait pas, du moins il en avait peur. Tout était trop facile de toutes façon. Ce n’était pas comme ça qu’il voyait les choses. La mort, c’était faible et basique. La souffrance était bien plus intéressante. C’était d’ailleurs la phrase qui définissait le mieux son état d’esprit. Tandis qu’il cherchait son cher meurtrier, il continuait sans cesse de se cultiver dans toutes les tortures pouvant exister. Il s’était pris de passion pour ce domaine. Il n’en avait pas beaucoup, il n’avait que celle là à vrai dire. Pour lui, rien d’autre n’avait d’importance que la vengeance, la souffrance et la torture. Tout cela pouvait paraître vraiment restreint mais avec cette philosophie il arrivait à tenir debout et sans aucunes difficultés, on ne pouvait donc dire qu’il y avait un problème quel qu’il soit. De toutes façon, personne ne pouvait rien dire vu que personne ne connaissaient les véritables pensées et la vrai mentalité du jeune. Il portait toujours ce masque qu’il ne lâchait jamais. Heureusement pour lui, dans ce jeu il ne s’était pas perdu. Il ne s’était jamais imaginé être celui qu’il n’était pas. Il était lui...Lu-Byun le pauvre orphelin paysan qui vit de vengeance..et rien d’autre que lui. Tandis qu’il réfléchissait, il finit par se concentrer à nouveau sur la situation pesant ainsi le pour et le contre pour savoir si oui ou non il aurait la force et si il devait tuer le criminel. Puis comme l’avait dit le blond; ce n’était pas son heure. Lu-Byun tourna le couteau, le gardant dans sa main mais le plaçant du côté non tranchant, il fixa ensuite l’autre.

- C’est bien trop facile. Rigola-t-il. Je trouve l’idée de la mort trop basique. Je partirai, nos routes se recroiseront sans doutes, là je saurais réagir, crois-moi. Tu garderas de moi la blessure sur ton bras. Comme tu l’as dis, “ce n’est pas ton heure”...pas encore. Il sourit reprenant son air naturel et blasé comme si tout ce qui venait de se passer était parfaitement ordinaire. On pouvait dire sans le regretter que dans cette situation, “tel est pris qui croyait prendre”.



Designed by ClipClap © for Never Utopia| Tout droit réservé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Serves you right ❖ Lu Byun - fini    

Revenir en haut Aller en bas
 

Serves you right ❖ Lu Byun - fini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neverland Reborn :: Et chez nous sur terre... :: Archives :: Cimetière des RPs-