Partagez | .
 

 I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Mer 12 Fév - 17:10

I'm so glad to word for you

(feat Byul Eugène)




Jae Sun se dirigeait vers le quartier Sud de Clair Paravel, un sourire radieux aux lèvres, le regard empli de joie et d'excitation. Mais qu'est-ce qui pouvait le rendre aussi heureux et excité? Une chose qui le comblerait sûrement aujourd'hui. Son premier passage à l'orphelinat de Byul Eugène. En effet, il allait pour la première fois faire du chocolat chaud pour les orphelins. Il voulait vraiment rendre heureux ces enfants, et il espérait pouvoir le faire par le biais de ses boissons. Depuis que Eugène lui avait fait cette proposition, il attendait, à la fois patient et excité, ce premier jour. Mais, au fond, il apréhendait aussi un peu. Arriverait-il à satisfaire l'orphelinat, comme il avait su en satisfaire le propriétaire?

Il n'eut guère le temps de réfléchir plus, car il était arrivé devant l'orphelinat. Il resta un instant en face, admirant le bâtiment se dressant en face de lui. C'était grand, beau... Très esthétique. Quelques enfants étaient en train de jouer. Deux garçons, et trois filles. Ils avaient l'air serein, et ils étaient adorables. Ils donnaient au barista l'envie d'avoir des enfants. À voir... Il sortit de sa légère torpeur et avança. Une des petites filles vint vers lui.

- Bonjour monsieur! Comment allez-vous?

Le "monsieur" donna un sacré coup de vieux au barista. Bon, il avait 20 ans, et cette enfant devait avoir entre huit et neuf ans, mais c'était bien la première fois qu'un enfant l'appelait "monsieur".

- Bonjour jeune demoiselle. Je vais très bien, merci. Et vous?

- Très bien, merci! Vous venez adopter l'un de nous?

La réponse avait beau être évidente, Jae Sun ne pût la donner sans hésitation. Il regarda le visage de la petite fille et y décela une lueur d'espoir mélangée à de l'exitation. Dieu, qu'il aimerait lui dire oui, ne serait-ce que pour préserver cette lueur dans son regard! Mais la vérité était hélas tout autre, et il ne pouvait la cacher, malgré la grande peine que cela lui procurait.

- Malheureusement, non. Mais je crois que je vais y réfléchir.

Un voile de déception couvrit le visage de l'enfant, et Jae Sun regrettait déjà ses paroles.

- Oh, dommage... Vous êtes venu pour travailler ici alors?

- Nous pouvons dire ça comme ça...

Il se mit à la hauteur de la jeune fille et chuchota.

- Surtout, ne le dites à personne, mais... Avez-vous déjà goûté du chocolat chaud?

L'intéressée, intriguée, secoua la tête.

- Non, jamais. Est-ce que c'est bon?

- Eh bien vous aurez l'occasion d'y goûter et de répondre vous-même à votre question aujourd'hui, puisque je suis venu en faire. Attention, ne le dites à personne, c'est une surprise.

Son visage s'illumina, et elle retrouva le sourire.

- Oh oui! Promis, je n'en parle à personne! Venez, je vais vous montrer où est grand frère Eugène!

Elle lui prit la main et le fit entrer dans le bâtiment, puis dans un bureau. Eugène était assis et semblait lire des papiers administratifs, ou quelque chose comme ça.

- Grand frère Eugène, le monsieur qui doit faire du chocolat chaud est là!

Jae Sun passa sa main dans ses cheveux, légèrement gêné.

- Bonjour Eugène. Excusez mon léger retard, je n'ai pas vu le temps passer.


Dernière édition par Lim Jae Sun le Lun 1 Sep - 18:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Lee Joon
Messages : 162
avatar
Byul Eugène
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Mer 12 Fév - 20:00

Eugène attendait dès aujourd'hui l'arrivée de son ami qui devait se montrer pour préparer de délicieux chocolats chaud pour les enfants de son orphelinat. L'ancien sans-abri adorait ses petits bambins, il les aimait tellement qu'il demandait à ce qu'ils l'appellent non pas M. Byul mais grand-frère. Il n'était pas de ce genre de directeur horrible qui exploitait les enfants, qui les tuait au travail à force de les faire faire toutes sortes de corvées. Non, il n'était pas comme eux. Eugène voulait le bonheur des orphelins, ils ne devaient manquer de rien et recevoir de l'amour régulièrement alors quoi de mieux qu'un grand frère pour s'occuper de ces joyeux gamins. Le jeune homme avait, en tout, vingt-six enfants à la charges dont seize filles et dix garçons. Il ne comprenait pas pourquoi autant d'enfants se faisaient abandonner, pour la plupart dès la naissance. Le directeur n'avait pas beaucoup de personnel, il en cherchait même mais cela ne le dérangeait en rien de faire à manger pour eux ou de les soigner mais heureusement qu'un jeune homme avait été embauché en tant qu'infirmier sinon Eugène ne s'en serait pas sorti tout seul, il n'était pas vraiment doué en ce qui concernait les soins médicaux mais il faisait de son mieux. Les enfants avaient été bien élevés dès leur plus jeune âge par Eugène lui-même, il n'avait donc aucun problème avec eux, ils étaient tous très respectueux, polis et surtout adorable. Comment ne pas craquer devant ces bouille et décider d'en adopter un ? Enfin il ne cédait pas ses précieux bambins à la garde de n'importe qui, il préférait toujours faire passer des épreuves aux futurs parents pour s'assurer que les enfants ne manqueront de rien et seront heureux dans leur nouvelle famille.

L'heure défilait et il n'y avait toujours aucune trace du barista, pourtant le directeur ne s'impatientait pas mais il finit par allumer son haut-parleur pour annoncer quelques choses aux orphelins.

« Les enfants, j'ai une surprise pour vous. Rendez-vous tous au réfectoire dans cinq minutes. »

Ce n'est qu'après qu'il ait dit cela qu'il se replongea dans ses papiers avant de voir entrer dans son bureau la charmante petite Mary accompagnée de Jae Sun, le barista qui devait préparer pour les enfants des chocolats chauds. Un sourire apparut sur le visage d'Eugène, il allait enfin pouvoir faire plaisir aux petits orphelins bien qu'il les gâtait assez souvent déjà mais pour lui rien n'était trop beau pour ces petits protégés.
Le directeur se leva de son fauteuil venant déposer un baiser sur la joue de la petite avant de lui ébouriffer ses cheveux. Mary avait été trouvée devant l'orphelin lorsqu'elle était toute jeune, personne d'autre ne se trouvait avec elle et cette petite fut la première à être entrée dans l'orphelinat que tenait Eugène. Il était devenu son grand frère, son chasseur de monstre, son prince enfin des choses comme ça. Même si elle adorait son grand-frère, elle désirait trouver une famille mais personne ne venait la choisir elle alors chaque fois que quelqu'un passait la grille de l'établissement elle se jetait sur lui pour demander si la personne allait adopter l'un deux en espérant fortement que ce soit elle que l'homme ou la femme décide de choisir en vain. Il lui arrivait même qu'elle demande à Eugène pourquoi il ne l'adoptait pas : « Grand-frère Eugène, pourquoi tu veux pas être mon papa ? » lui demandait-elle un soir avant d'aller se coucher. « Je suis comme ton papa, non ? Si j'avais une maison à moi crois-moi je vous aurais déjà adopté tous. » lui répondait-il en la berçant.

« Merci Mary, vas rejoindre tes amis, le monsieur va arriver bientôt avec les chocolats. » Lui dit-il avant d'embrasser une nouvelle fois son front.

La petite quitta la pièce laissant seul les deux jeunes hommes. Eugène offrit un léger sourire au plus jeune avant de s'asseoir sur son bureau.

« N'était-elle pas adorable ? » lui demanda-t-il. « Ne t'en fait pas, ce n'est pas grave au moins tu es là c'est le principal. Je vais te montrer la cuisine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Dim 2 Mar - 14:26


- Merci Mary, vas rejoindre tes amis, le monsieur va arriver bientôt avec les chocolats.

La petite fille nommée Mary sortit, non sans offrir à Jae Sun un grand sourire, auquel celui-ci répondit en faisant un clin d’œil et en posant son index devant sa bouche, lui faisant signe de ne pas parler de leur secret à ses amis. Elle ferma la porte, laissant les deux hommes seuls. Le plus âgé sourit au barista.

- N'était-elle pas adorable ?

Le plus jeune sourit.

- Oui, c'est un adorable petit ange. Je suis heureux qu'elle ne soit pas toute seule dans les rues. Heureusement qu'elle a trouvé un bon grand frère.

Il était toujours un peu gêné à cause du léger retard. Mais Eugène l'avait sûrement compris, car il le rassura tout de suite.

- Ne t'en fais pas, ce n'est pas grave au moins tu es là c'est le principal.

Jae Sun soupira discrètement de soulagement. Ouf ! Eugène ne lui en voulait pas !

Le Fantasy lui proposa ensuite d'aller dans les cuisines. Le barista acquiesça et le suivit. Sur le chemin, il fit au directeur une confession.

- Vous savez, tout à l'heure, cette jeune fille... Mary, c'est ça ? Donc, Mary m'a demandé si j'étais venu adopter l'un d'entre eux. La réponse était malheureusement évidente. Mais, au fond, je dois admettre que cette idée m'a déjà traversé l'esprit. J'ai beau être encore célibataire, j'adorerais avoir un enfant. Bon, je suis encore assez jeune, il faudra que j'attende peut-être encore un peu. Mais... Pensez-vous que je pourrais être un bon père ?

Les mots étaient venus tous seuls, comme s'il s'était déjà préparé depuis longtemps pour en parler. Et pourtant, il n'avait fallu que quelques secondes pour que cette idée finisse de mûrir au fond de son cœur. Ce n'était pas la première fois qu'il y pensait, mais là, tout avait à nouveau refait surface. Cependant, il appréhendait un peu sa capacité à élever un enfant et avait besoin d'un avis externe.
Enfin, ils arrivèrent aux cuisines. L'endroit était éclairé et assez chaleureux. Il se sentit tout de suite bien.
Jae Sun avait apporté un sac à dos avec lui. Dedans se trouvait plein de tablettes de chocolat différentes. Eh oui, pas de chocolat en poudre avec notre petit barista, car s'il y avait bien une chose qu'il détestait, c'était de faire des boissons avec des produits bas-de-gamme pré-moulus. Avec lui, jamais de poudre de cacao ou de café. Il achetait ses grains de café et les faisait cuire lui-même. Mais n'étant pas un chocolatier (soyons raisonnables, nous ne sommes pas dans « Charlie et la Chocolaterie »), il achetait des tablettes de chocolats, toujours de la meilleure qualité possible.
Cette fois-ci, le barista en avait acheté de plusieurs genres, car il avait oublié un point important avec Eugène : les allergies.

- Au fait, j'ai apporté différents genres de tablettes de chocolats, car j'ai omis de vous demander un détail la dernière fois. Certains enfants seraient-ils allergiques aux arachides ou autres substances ?

C'était un petit détail, mais quand même très important. Une simple trace de substance pouvait provoquer l'activation d'une allergie. Et celle qu'il redoutait le plus, c'était bien celle aux arachides, qu'il considérait comme une des plus dangereuses en cas de forte consommation. Il devait prendre ses précautions pour ne pas nuire à la santé des orphelins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Lee Joon
Messages : 162
avatar
Byul Eugène
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Ven 7 Mar - 6:36

Jae Sun était adorable, mais Eugène détestait lorsque quelqu'un le vouvoyait et le petit ne faisait pas exception à la règle. Entrant dans la cuisine de l'établissement pour orphelins, le propriétaire déposa une douce main dans les cheveux de son ami avant de les ébouriffer affectueusement, au même moment il lui demanda de ne plus le vouvoyer, il ajouta même qu'il détestait cela. Il n'était pas vieux alors pourquoi prendre tant de formalité avec sa personne alors que les deux hommes étaient comme des amis. Puis il s'accouda contre le plan de travail écoutant la confession de Jae Sun, il trouva cela touchant et ne pu résister à l'envie de prendre le jeune homme dans ses bras. Il voulait que sa petite Mary trouve le bonheur, qu'elle ait une vraie famille et pas seulement un grand-frère qui doit s'occuper de beaucoup d'enfant mais devoir se séparer d'elle, ou de n'importe qui d'autre, lui faisait mal au cœur. Il ne voulait cependant pas jouer les égoïstes et la garder ici alors si son ami barista voulait l'adopter il ne l'empêcherait pas de plus il pourrait la voir de temps en temps, ce serait mieux que de la confier à un couple d'inconnu.

« Être célibataire ne veut pas dire qu'on ne peut pas s'occuper d'un enfant, regarde moi je suis encore célibataire, irrésistible au passage, et je m'occupe d'une trentaines de bambins. » Lui dit-il avec un léger sourire aux lèvres. « Tu es quelqu'un d'adorable, de gentil et Mary à l'air de t'aimer beaucoup déjà. Je ne vois pas pourquoi tu ne serais pas un bon père. Si tu veux adopter sache que l'enfant qui t'aura pour père aura beaucoup de change de t'avoir et pareil pour la personne qui partagera ta vie. Tu n'as pas à t'inquiéter, tu es quelqu'un de bien. »

Eugène ne voyait vraiment pas comment Jae Sun pourrait ne pas être un bon père, il sait faire de bonnes boissons et sûrement cuisiner. Pas bien riche mais au moins l'enfant ne manquerait de rien avec lui, le propriétaire de l'orphelinat en était sûr et certain. En tout cas, il pourrait venir ici tant qu'il le désirerait, il serait toujours le bienvenu. Les enfants avaient l'air de l'apprécier, avec ses deux bonnes petites joues d'écureuil il était la parfaite peluche humaine. Le jeune homme posa son regard sur le sac que Jae Sun posait sur la table, il en sorti différentes tablettes de chocolats. Eugène aurait voulu toutes les goûter mais non tout était pour les enfants il ne voulait pas leur enlever le pain de la bouche, c'était rare que les orphelins puissent avoir des boissons comme celles-ci. Même s'il ne manquaient quasi de rien, Eugène ne pouvait pas se permettre de leur offrir de tels choses faites par ses soins, il ne savait pas comment préparer un chocolat chaud et avant de mettre les pieds dans le café du jeune homme, jamais il n'avait goûté cette boisson pourtant si bonne les jours où il faisait froid. Le barista le ramena sur terre en lui posa une question très intelligente. Est-ce qu'un des enfants était allergique aux arachides ? Mh, il lui semblait que non mais après mûres réflexion il se rappela l'un des dossier qu'il avait fait sur un petit garçon, oui lui était effectivement allergiques à cela.

« Un seul, il s'appelle Yogeun, il est allergique aux arachides mais par contre il adore le chocolat. » Lui avoua le propriétaire de l'orphelinat.

Heureusement pour lui aucun des orphelins présents dans se refuge n'étaient allergiques aux chocolats. Ils pouvaient tous profiter de ce petit moment tous ensemble à la cafétéria. Peut-être organiserait-il un jeu avec Jae Sun pour les occuper, il n'avait pas pensé à cela avant ce moment précis. Comment allait-il arriver à les occuper ? Il leur lisait des histoires tout les soirs alors il fallait quelque chose qui sorte de l'ordinaire et qu'ils n'aient pas le loisir de voir tout les jours. C'est alors qu'une idée germa dans l'esprit de Eugène.

« Dis, est-ce que tu voudras bien faire un petit spectacle de marionnette avec moi après le chocolat pour les occuper un peu ? » Lui demanda-t-il en espérant qu'il ne refuse pas sa demande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Mar 11 Mar - 13:25


Le petit barista était ému, extrêmement touché par les paroles de son aîné. Il savait qu'Eugène était un chic type, mais il venait tout juste de comprendre à quel point. Il se sentait heureux, non seulement d'être assez compétent pour adopter un enfant, mais en plus d'avoir un tel ami qui puisse penser autant de bien de lui.
Durant ses années de collège, il n'avait cessé de se sous-estimer, pensant que les moqueries de ses camarades étaient entièrement fondées. Il pensait qu'il était une erreur de la nature, qu'il ne méritait pas de vivre, et avait même une fois tenté de mettre fin à ses jours. Mais ça n'avait pas marché, puisque ses parents l'avaient sauvé juste à temps. Il était en quatrième à ce moment-là, et même si son désespoir s'était envolé depuis, une blessure était toujours restée au fond de son âme.
Et cette blessure, Eugène venait de réussir à la guérir un peu plus.
Trop ému pour faire quoi que ce soit d'autre sur le coup, il ne réussit qu'à répondre à l'étreinte de son ami en murmurant un « Merci... » avec une voix tremblante, tentant malgré tout de retenir ses émotions.

Après s'être calmé et avoir pris ses précautions avec les allergies des enfants, il choisit les tablettes de chocolat n'ayant pas de traces d'arachides. Remarquant le regard gourmand d'Eugène fixé sur les tablettes de chocolat restantes sur la table, Jae Sun ne pût s'empêcher de rire.

- Tu peux prendre les autres tablettes de chocolat, si tu veux. Je ne vais pas les utiliser, et je serai incapable de les manger tout seul une fois chez moi.

Sur ces mots, il se mit à préparer les ingrédients, avec sa concentration habituelle.
En plein milieu de sa tâche, Eugène proposa un jeu pour distraire les enfants.

- Dis, est-ce que tu voudras bien faire un petit spectacle de marionnettes avec moi après le chocolat pour les occuper un peu ?

Le visage du barista s'éclaircit. Depuis combien de temps n'avait-il pas vu ou fait des spectacles de marionnettes ? Sa dernière fois remontait à ses huit ans. Il avait joué l'histoire de la princesse Raiponce pour distraire la petite fille d'une amie de ses parents dont il devait s'occuper toute l'après-midi. En repensant à cette histoire, un sourire étira ses lèvres.

- Bien sûr, avec grand plaisir, Eugène. Tu sais déjà ce que tu veux leur jouer ?

Il se rappela soudain de la fois où son aîné lui avait raconté qu'il avait réussi à échapper à une troupe de gardes grâce à une poêle à frire. Oui, Jae Sun était au courant des "pratiques" de son ami, mais cela lui importait peu. Ce jour-là, il avait bien ri. Il n'avait jamais considéré les poêles à frire comme des armes capable de terrasser une dizaine de gardes. Mais l'histoire d'Eugène avait changé la vision qu'il avait de cet ustensile.

- Tu as l'habitude de leur raconter des histoires d' "Eugène, le héros armé d'une poêle à frire" ?


Dernière édition par Lim Jae Sun le Jeu 10 Avr - 18:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Lee Joon
Messages : 162
avatar
Byul Eugène
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Mer 19 Mar - 18:07


Eugène était quelqu'un de sincère et jamais il ne mentirait là dessus à son ami, il le savait capable de s'occuper d'un enfant, il n'était peut-être pas riche mais il rendrait très heureux Mary qui désirait tant une petite famille avec qui vivre une enfance normale comme tout les autres gamins de son âge. Posant sa mains contre la tête de Jae Sun, le directeur de l'orphelinat lui souriait avant d'ébouriffer ses cheveux, il en était certain Mary serait plus qu'heureuse avec lui. Il ferait un excellent père, il n'en doutait pas une seule seconde. Et toujours adossé contre la table, Eugène observait son ami avant de reporter son regard sur les plaquettes de chocolats qui n'avaient pas été ouvertes, du gaspillage si le cadet ne les mangeait pas ou s'il ne les utilisait pas pour sa préparation de boisson chaude, cependant Eugène n'osait pas lui demander s'il pouvait les garder ici, il ne voulait pas forcer son ami à les lui céder par simple désir de sa part ce serait purement égoïste venant de l'ancien orphelin. Il afficha cependant un large sourire lorsqu'il entendit le barista dire qu'il pouvait garder les plaquettes de chocolat car ce dernier n'arriverait pas à les manger seul. D'un geste purement affectueux, Eugène offrit un baiser sur la joue de Jae Sun comme pour le remercie pour tout ce qu'il avait fait pour lui.

« Tu en mangeras avec moi, ce n'est pas amusant de goinfrer de chocolat seul. » Lui dit-il avant de s'asseoir sur la table derrière lui vide.

Eugène voulait faire plaisir aux petits orphelins voilà pourquoi il avait proposé à Jae Sun de l'aider à monter un petit théâtre de marionnette improvisé, celui-ci était naturellement d'accord ce qui soulageait le propriétaire de l'orphelinat car jouer avec des marionnettes lors que nous sommes seul est quelque peu ennuyant. Il avait déjà une petite idée de ce qu'il voulait jouer comme histoire et ce que venait ajouter Jae Sun à sa propre question l'amusait, il riait  à ses dires avant de secouer très légèrement de la tête. En réalité ce que disait le barista n'était pas tout à fait faux. Eugène avait bien dans l'idée de raconter ses aventures car les petits raffolaient d'histoires de ce genre, ils prenaient souvent leur grand-frère pour un super héro ou un prince caché, cela l'amusait et le faisait sourire. Mais jamais il ne mentionnerait l'usage d'une poêle à frire comme arme, cela est, certes , un objet très efficace pour frapper mais cela n'était pas très héroïque, il changeait souvent son ustensile de cuisine au profit d'une épée de chevalier.

« La poêle à frire est devenue épée ! Jamais je ne leur dirais que je me suis défendu avec une poêle. » dit-il en riant légèrement.

Un jour alors qu'Eugène s'était rendu comme à son habitude au café de son ami, il avait décidé de lui conter ses merveilleuses, ou plutôt étranges pour ne pas dire drôle et folles, aventures accompagné de son ustensile de cuisine qu'il avait attrapé au coin d'une rue. Le jeune barista ne s'était jamais remit de cette histoire et s'amusait à taquiner l'élorien avec cela, heureusement que ce dernier ne se vexait pas si facilement.

« Alors, veux-tu bien me montrer comment tu fais tes merveilleux chocolats chauds je te prie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Mer 19 Mar - 21:34


Décidément, Jae Sun était vraiment touché par l'affection que lui portait cet ami. En plus d'apporter un peu de couleurs dans sa vie si tranquille, il savait trouver les mots et les gestes qu'il lui fallait pour reprendre confiance en lui. C'était vraiment un homme formidable, et le barista se demandait pourquoi il était toujours célibataire. Si lui-même avait été une fille, il serait sûrement déjà à ses pieds depuis longtemps.
Et puis, depuis qu'Eugène l'avait rassuré quant à sa capacité à s'occuper d'un enfant, il se sentait déterminé à en adopter un. Et l'enfant qu'il voulait adopter, c'était la petite Mary. Il le savait, son cœur le savait. Il était prêt à tout donner pour revoir le visage éclairer de joie et d'espoir de cette jeune fille, comme lorsqu'elle était venue le saluer. Et puis, elle semblait déjà l'apprécier. Pour lui, c'était clair. Il voulait être son père.
Ah, si on lui avait dit que la journée se passerait comme ça, il aurait sûrement éclaté de rire ! Mais, bon, rien n'est impossible dans la vie. Et surtout à Eliora.

Eugène regardait avec gourmandise les tablettes de chocolat. Jae Sun les lui avait finalement offert, mais il lui avait proposé de les manger ensemble. Le Spirit ne pût s'empêcher de sourire.

- C'est gentil, Eugène, merci beaucoup. Comme ça, nous verrons s'il est possible de finir à deux vingt tablettes de chocolat ! dit-il en riant. Mais j'en laisserai une ou deux de côté pour te faire un chocolat chaud encore meilleur que d'habitude.

Après tout, il n'avait que ça pour le remercier : ses boissons chaudes. Parfois, il s'en voulait énormément de ne pas pouvoir faire davantage pour lui. Il avait honte, et se demandait même de temps en temps s'il méritait vraiment cette amitié. Mais il n'osait pas en parler, et ne le ferait probablement jamais de son plein gré.

Le barista trouvait l'idée du spectacle excellente. Sur le coup, il s'était imaginé Eugène en train de raconter avec les marionnettes ses aventures aussi fabuleuses qu'amusantes. C'est vrai que les chevaliers ou princes se défendant avec une poêle à frire ne couraient pas les rues. Mais Eugène le fit rapidement revenir sur terre en lui expliquant que pour des raisons évidentes, il remplaçait la poêle par une épée dans ses histoires.

- Oh, c'est dommage. Même si cela peut d'abord sembler idiot, je trouve que c'est plutôt intelligent, et, ma foi, assez pratique. Les poêles à frire sont sûrement plus simples à trouver que les épées. Et l'arme de dernière minute est le fruit de l'instinct de survie des gens. Il soupira. Enfin, ce sont des enfants. Il est vrai que l'épée doit avoir davantage de valeur à leurs yeux.

Et puis, pourquoi pas, après tout ?

Bon, les tablettes étaient triées, et les ingrédients étaient prêts. Il fallait donc se mettre à la tâche. Eugène reprit la parole à ce moment-là.

- Alors, veux-tu bien me montrer comment tu fais tes merveilleux chocolats chauds je te prie ?

Jae Sun eut alors une excellente idée. Pourquoi son ami ne pourrait-il pas faire plus que regarder ?

- J'ai une bien meilleure idée. Et si tu m'aidais à les faire ? Tu pourras apprendre plus vite comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Lee Joon
Messages : 162
avatar
Byul Eugène
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Mer 26 Mar - 1:25

Eugène trouvait que Jae Sun était tout simplement adorable, ses joues potelées comme celles d'un hamster pourraient faire craquer n'importe qui, le directeur avait presque envie de les lui dévorer tant son visage était adorable à regarder. Son caractère était tout aussi délicieux que sa bouille, une bouille que l'on a envie de couvrir de baisers, de protéger surtout. Eugène avait envie de protéger le jeune homme, il n'allait pas se dire qu'il était bon par nature car ce n'était pas vrai mais il y avait quelque chose chez Jae Sun qui poussait l'orphelin à être plus courtois et gentil qu'avec d'autres hormis les enfants bien entendu. Il fixait une tablette de chocolat que son ami venait de lui offrir généreusement avant de l'ouvrir et en casser un morceau pour l'approcher de la bouche de ce dernier, vingt tablettes à deux cela serait difficile de tout avaler mais même s'ils n'étaient pas pressés pour les déguster autant commencer tout de suite. Eugène ne perdait pas son sourire et le gardait en toutes circonstances.

« Ouvre la bouche, fais aaaah. » Lui demanda-t-il en avançant le morceau de chocolat.

Eugène fit passer le morceau entre les lèvres de Jae Sun gardant son sourire craquant sur ses propres lèvres avant de s'étirer légèrement. Pour le remercier le barista lui offrait toujours des boissons chaudes délicieuses, cela lui convenait parfaitement après tout il pouvait se régaler gratuitement du talent de son ami comme cela. Du moment qu'il ne décidait pas de le payer tout allait bien car il ne voulait pas ruiner son ami qui n'était déjà pas bien riche. Cela lui faisait plaisir de l'aider et s'en fichait royalement de ne rien recevoir en retour, entre amis il fallait se soutenir plus moralement que financièrement mais Eugène était habitué à faire les deux. Lorsque Jae Sun dit que parler de la poêle à frire dans ses histoires n'étaient pas une mauvaise idée, le directeur haussa les épaules avant de continuer :

« Tu as sûrement raison, et si aujourd'hui nous rajoutions la poêle à frire ? Peut-être que tu as raison et qu'ils adoreront enfin je l'espère bien car ce n'est pas commun pour un héro. »

Cette discussion sur l'histoire du spectacle terminée, Eugène s'était empressé de demander à son ami s'il pouvait bien commencer à faire les chocolats chauds pour lui montrer mais celui-ci proposa autre chose, qu'Eugène l'aide pour qu'il apprenne par la même occasion. Ce n'était pas du tout une mauvaise idée. Il acquiesça alors avant de sortir un nouveau carré de chocolat qu'il plaça entre ses dents en laissant dépasser un bon morceau, il croqua dedans avant de laisser l'autre bout retomber dans sa main et le déposer entre les lèvres de Jae Sun. Eugène s'attachait un peu trop à lui, il l'aimait beaucoup, peut-être un peu trop même mais il ne s'était jamais posé la question de ses sentiments ou peut-être une fois mais pas plus. Mais il est vrai que le directeur aimerait l'avoir pour lui, toujours, à le protéger, le faire sourire et lui rendre la vie beaucoup plus facile.

« Tu es une perle, Jae. La personne la plus adorable que j'ai pu rencontrer dans toute ma vie hormis les orphelins, rassure moi tu es heureux ? Parce que si tu as besoin de quoi que ce soit je subviendrais à tout tes besoins. » Lui dit-il tout naturellement en sortant toutes les tasses disponibles dans la cuisine, il y en avait trente en tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Mer 26 Mar - 13:23


Jae Sun ne fut guère étonné quand il vit Eugène ouvrir l'une des tablettes et en casser un morceau. Il ne pouvait que se dire qu'il était encore plus gourmand que lui. Quelle fut donc sa surprise lorsqu'il remarqua que c'était vers ses lèvres que l'aîné amenait le morceau de chocolat. Ce geste fit rosir quelque peu ses joues et battre son cœur un peu plus vite. Mais même si la situation pouvait paraître plutôt gênante pour certains, le barista, lui, en était presque heureux. Si bien que lorsqu'Eugène lui demanda d'ouvrir la bouche, il obéit et le laissa déposer le morceau de chocolat entre ses lèvres. Quand ses doigts les effleurèrent, il ne put s'empêcher de vouloir plus que ses doigts contre sa bouche. À cette pensée, le Spirit se gifla mentalement et redescendit sur terre. Il fit un petit sourire, à la fois timide et mignon, et remercia son aîné, qui n'avait pas perdu un seul instant son sourire à damner un saint.

Finalement, Eugène avait décidé de rajouter la poêle à frire dans son spectacle de marionnette, mais il appréhendait un peu la réaction des enfants. Jae Sun était peiné pour lui. Il s'en voulait d'avoir un peu trop insisté là-dessus, surtout que son but n'était pas de le pousser à raconter la réalité. Mais il eut à nouveau une idée qui pouvait régler le problème.

- Et si... Et si, au lieu de faire une histoire héroïque, nous faisions une histoire drôle, tout simplement ? Il suffirait de prendre une de tes nombreuses histoires de vol et de remplacer ton nom par un autre. Comme ça, les enfants en riront sans savoir que c'est toi.

Idée un peu trop simple, peut-être, mais pour que son aîné garde sa fierté auprès des enfants, c'était probablement la meilleure solution possible.

Lorsque le barista proposa à son ami de l'aider à faire les chocolats, celui-ci accepta et lui vint en aide après avoir déposé un deuxième morceau de chocolat entre ses lèvres. Cela aurait pu passer normalement... Si Eugène n'en avait pas croqué un petit bout avant de le porter à la bouche de son cadet. Cette fois, ses joues ne se contentèrent pas de rosir, elles virèrent directement au rouge. Son cœur tambourinait contre sa poitrine, il avait l'impression que n'importe qui pouvait l'entendre à plus de cinq mètres de lui. Mais il réussit à se calmer après quelques secondes qui semblèrent être des heures pour lui. Pendant un court instant, Jae Sun se mit à examiner son visage de plus près, et remarqua pour la énième fois à quel point il était beau. Il aimait tout chez lui, que ce soit physiquement ou moralement. Son côté "voleur" ne le dérangeait pas le moins du monde, et son léger narcissisme était plus que compréhensible. Ce n'était pas la première fois que le barista se disait tout ça. Cependant, cette fois-ci, il avait trouvé la raison pour laquelle ces pensées le hantaient. La raison pour laquelle il aimait qu'il soit aussi proche de lui. Il ne pouvait plus le nier. Il avait des sentiments pour lui, bien plus que de l'amitié. Il était tombé amoureux d'Eugène.

Ce ne fut que lorsque son aîné prit à nouveau la parole que le Spirit sortit vraiment de ses pensées. Il était en train de poser toutes les tasses sur la table, et il le regardait, avec son éternel sourire charmeur et craquant.

- Tu es une perle, Jae. La personne la plus adorable que j'ai pu rencontrer dans toute ma vie hormis les orphelins, rassure-moi tu es heureux ? Parce que si tu as besoin de quoi que ce soit, je subviendrai à tous tes besoins.

Cette fois, Jae Sun devint écarlate. Il se tourna face à Eugène, surpris par ses paroles. Co-comment arrivait-il à dire une chose aussi adorable de manière si naturelle ? Enfin, après un court instant, il lui sourit et rit tristement avant de se retourner vers la marmite.

- Tu es bien la première personne à dire que je suis une perle. J'ai connu des "baozi" sur Terre et des "écureuil" et "hamster" ici, mais personne ne m'a jamais qualifié autrement. Enfin, pour répondre à ta question, je n'ai besoin de rien. Je mène une vie tranquille. J'ai un travail qui me plaît et des amis que j'adore. Même si...

Le barista aurait pu s'arrêter là, mais son cœur l'incitait à se laisser aller, et il se sentait trop faible pour résister. Il continua donc, après avoir joué nerveusement avec une des tasses.

- Même si j'aimerais tout de même vivre le parfait amour avec quelqu'un. Si toi... Ou quelqu'un comme toi était tombé amoureux de moi, j'aurais probablement été le plus heureux des hommes. Mais je ne me fait pas d'illusions. Qui tomberait amoureux d'un garçon de vingt ans avec un visage de gamin ? On dit que tout le monde peut trouver l'âme sœur... Mais plus le temps passe, plus je me dis que je dois être l'exception qui confirme la règle. Mais bon, tant pis, c'est la vie. Si je suis destiné à vivre loin du bonheur amoureux, je ne peux rien y faire.

En parlant, ses larmes s'étaient mises à couler le long de ses joues. Sa voix n'avait pas tremblé, mais son visage était désormais humide, même mouillé au niveau des yeux, des joues, des lèvres et du menton. C'était une chose rare chez Jae Sun. Depuis qu'il était arrivé à Eliora, il n'avait pleuré qu'une seule fois : le jour où il était arrivé à la Nouvelle Séoul et où toute son existence avait changé. Alors, pourquoi maintenant ? Tout simplement parce qu'avec Eugène, il ne se sentait pas obligé d'être fort. Avec lui, il osait montrer ses faiblesses.

- Eugène, je...

Quand il se rendit compte de ce qu'il allait dire, il se gifla à nouveau mentalement et cessa de parler. Non, il ne devait pas. Eugène pouvait très bien ne pas partager ses sentiments, et il avait trop peur de la réaction qu'il pouvait avoir.
Seulement, ce n'était peut-être pas l'idée du siècle, car ses larmes redoublèrent de vigueur, et il dût se mordre les lèvres pour empêcher un sanglot de s'échapper du fond de sa gorge. Et ça, il n'y avait que peu de chances pour que son aîné ne l'ai pas remarqué.


Dernière édition par Lim Jae Sun le Mer 9 Avr - 0:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Lee Joon
Messages : 162
avatar
Byul Eugène
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Lun 31 Mar - 0:17

Ce que disait Jae Sun n'était pas bête, jamais Eugène n'avait pensé faire une histoire sur l'un de ses nombreux vols car il craignait que sa réputation auprès des enfants ne soit gâchée mais changer son nom en celui de quelqu'un d'autre était une excellente idée ! Il voyait déjà la scène de la course poursuite, un combat contre un cheval – oui oui cela pouvait arriver et Eugène en avait fait les frais un jour – tout était là pour amusé la galerie tout cela grâce au barista. Eugène vint ébouriffer les cheveux de son ami avec un léger sourire comme pour le remercier avant de lui offrir un morceau de chocolat puis un autre qu'il croqua avant. Pourquoi ? Il n'en savait rien, peut-être parce que cela avait l'air d'être un baiser indirect. Le directeur de l'orphelinat s'intéressait à Jae depuis un petit moment mais il ne savait pas ce qu'était ce genre de sentiment qui était né en lui, il n'avait jamais ressenti cela, les petits papillons qui volaient dans son estomac pour rejoindre la sortie, cette foutue envie d'être toujours auprès de son cadet. Il ne connaissait pas cela car il n'avait jamais été amoureux, mais il y avait des signes qui ne trompaient pas, cette gentillesse qu'il avait envers Jae était rare, il n'était pas réellement comme cela à l'accoutumé mais ça son ami l'ignorait. Il afficha un sourire plus que satisfait lorsqu'il vit les joues de son ami devenir rouge pivoine, qu'il était adorable, tellement mignon qu'on le croquerait bien. Amusé par la situation, Eugène s'assit sur le plan de travaille en fixant son ami avant de passer sa main contre sa joue d'un geste tendre pour apaiser ces quelques rougeurs de gêne. Son ami commença alors à lui faire ce qui semblait être une déclaration, c'était si mignon venant de lui cependant les larmes qui commençaient à apparaître sur son adorable visage firent grimacer l'orphelin qui détestait que son ami pleure. Qui tomberait amoureux d'un jeune homme de son âge avec un visage de bébé ? Peut-être personne, si ce n'est Eugène qui avait totalement craqué pour son adorable frimousse, il avait envie de le frapper de l'égorger à l'instant même car le petit se dévalorisait et ça Eugène ne pouvait le supporter, il était parfait ! Jeune et mignon, il pouvait tout avoir et pour cause il avait déjà volé le cœur du directeur de l'orphelinat sans le savoir jusqu'à peut-être aujourd'hui. Il se releva rapidement pour pouvoir regarder le barista dans les yeux avant de passer sa main contre sa joue après que ce dernier ne se soit soudainement stoppé dans sa phrase. Il était prêt à se déclarer à lui mais avant il décida qu'il était bon de rapprocher ses lèvres du cadet pour déposer un doux et bref baiser sur ses jumelles, il aurait pu le faire durer plus longtemps mais il avait des choses à dire avant cela.

« Ma petite perle rare... » Commença-t-il avec une voix douce. « Ne dit pas ça, ne pleure pas. Pourquoi crois-tu que personne ne t'aimerait ? Cela est faux, tu es quelqu'un d'adorable, le simple fait d'être en ta compagnie pourrait redonner le sourire à n'importe qui, tu respires la joie de vivre. Tu es mignon, gentil, attentionné, tous devraient tomber fous de ta personne. » Il s'agenouilla devant son ami prenant sa main avant d'y déposer un doux baiser tel un galant homme. « Quoi que si tout le monde tombaient sous ton charme j'en deviendrais jaloux, cela en deviendrait même maladif, si les autres ne t'aiment pas il faut que tu gardes en tête qu'une personne est amoureuse de toi. Un fou, un voleur recherché dans tout le royaume, un imbécile qui s'occupe d'orphelin, je suis tout cela, certes, mais cette personne qui t'a ouvert son cœur et te l'a donné sans que tu ne le saches c'est moi. Comment peux-tu supporter un narcissique tel que moi ? Un fou comme moi ? Tu as bien du courage mais tu m'as toujours écouté, tu m'as épaulé et tu es si mignon. Tu disais que tout le monde pouvait trouver l'âme-soeur, laisse moi être cette personne pour toi, tu ne manqueras jamais de rien, je t'emmènerais là où tu n'es jamais allé, je te ferais visiter des contrées que moi seul connaît. Je veux être celui qui te comblera de bonheur. »

Ces mots étaient sortis tout seuls, il était un beau parleur, il aimait faire des discours remplis de jolis mots mais surtout il était quelqu'un de très romantique. Eugène se redressa sur ses deux jambes avant d'offrir à nouveau un baiser à celui qui avait volé son cœur, cette fois-ci il fut plus long et plus tendre que le précédent, il restait immobile contre ses lèvres offrant ce qui devrait être son premier baiser à Jae Sun alors qu'il recommençait à caresser ses joues avec une douceur incomparable.

« Parce que je t'aime, ma belle perle précieuse, alors cesse de pleurer je ne veux plus voir ces larmes qui souillent ton si joli visage d'ange. » Lui dit-il entre deux baiser avant de se décider à le prendre dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Mar 1 Avr - 14:34


Jae Sun ne savait vraiment pas où se mettre lorsqu'il commença à se laisser aller. Non seulement ses larmes recommençaient à couler sans son accord, ce qui était extrêmement gênant, mais en plus il venait de se rendre compte que ce qu'il disait sonnait un peu trop comme une déclaration d'amour... Chose qu'il n'osait bien évidemment pas faire à cause de sa timidité. Bon sang, et tout cela seulement parce qu'il avait laissé son cœur parler un peu pour lui! Et puis Eugène, qu'allait-il dire, lui ? Rire ? Se moquer ? Ou lui faire comprendre gentiment qu'ils n'étaient pas faits pour être ensemble ? Allait-il perdre un de ses plus précieux amis ? Mais pourquoi s'était-il déclaré pour la première fois de sa vie, et ce, sans être préparé à le faire ? Voilà la multitude de questions qui se bousculaient dans la tête du barista, tandis que ses larmes redoublaient de vigueur lorsque sa voix décida finalement de ne plus émettre un seul son.

Soudain, son aîné se redressa et s'approcha de lui, avant de relever sa tête en posant une main sur sa joue. Le Spirit le regarda, étonné. Ses pommettes rosirent à nouveau lorsqu'il se rendit compte de leur forte proximité. Puis son esprit se reporta sur la main posée sur son visage. Elle était douce et chaude, pareille à celle qui avait tenté de redonner à ses joues, alors rouge pivoine, leur teint original, il y avait quelques minutes de cela. Il ne voyait pas exactement où Eugène voulait en venir... Jusqu'à ce que ce dernier rapproche son visage du sien pour déposer un furtif baiser sur ses lèvres. Jae Sun écarquilla les yeux. Ce contact avait été si doux... Il s'était senti pris d'un merveilleux vertige. Mais la rapidité de ce baiser le frustra énormément. Il aurait voulu lui en demander un autre, mais deux choses s'y opposèrent. Premièrement, il n'osait pas, et deuxièmement, son aîné semblait avoir quelque chose à dire.

- Ma petite perle rare...

Seigneur, que sa voix était douce... Le barista pourrait l'écouter pendant des heures.

- Ne dit pas ça, ne pleure pas. Pourquoi crois-tu que personne ne t'aimerait ? Cela est faux, tu es quelqu'un d'adorable, le simple fait d'être en ta compagnie pourrait redonner le sourire à n'importe qui, tu respires la joie de vivre. Tu es mignon, gentil, attentionné, tous devraient tomber fous de ta personne.

Le Spirit se sentait un peu perdu. Certes, il était ravi et touché par les paroles réconfortantes de son ami. Seulement... Ce n'était que pour le rassurer qu'il avait déposé ses lèvres sur les siennes ?
Mais cette pensée s'envola bien vite lorsqu'Eugène s'agenouilla face à lui en prenant sa main dans la sienne, afin de déposer un doux baiser sur le dos de celle-ci. À ce moment précis, le cerveau du cadet ne réussit qu'à hurler un « OH MY GOD!!! » à son propriétaire, qui rougit furieusement. Secrètement, il attendait avec impatience que son aîné reprenne la parole, chose qu'il fit bien vite.

- Quoique si tout le monde tombait sous ton charme j'en deviendrais jaloux, cela en deviendrait même maladif, si les autres ne t'aiment pas il faut que tu gardes en tête qu'une personne est amoureuse de toi. Un fou, un voleur recherché dans tout le royaume, un imbécile qui s'occupe d'orphelins, je suis tout cela, certes, mais cette personne qui t'a ouvert son cœur et te l'a donné sans que tu ne le saches c'est moi. Comment peux-tu supporter un narcissique tel que moi ? Un fou comme moi ? Tu as bien du courage mais tu m'as toujours écouté, tu m'as épaulé et tu es si mignon. Tu disais que tout le monde pouvait trouver l'âme-sœur, laisse-moi être cette personne pour toi, tu ne manqueras jamais de rien, je t'emmènerai là où tu n'es jamais allé, je te ferai visiter des contrées que moi seul connaît. Je veux être celui qui te comblera de bonheur.

Jae Sun était en pleurs. Ses yeux brillaient de mille feux, et ses lèvres, restées entrouvertes, étaient couvertes par sa main droite. Quant à ses larmes, elles perlaient encore le long de ses joues écarlate. Mais cette fois, ce n'était plus de la tristesse, de la peur ou de la honte qui le faisait pleurer. Non, c'était du bonheur et du soulagement. Le bonheur d'aimer quelqu'un qui vous aime en retour, et le soulagement que l'on ressent lorsque l'on sait que l'on peut tout dire sans aucune crainte ni aucune honte.

- Eugène...

Ce fut la seule chose que le barista réussit à dire, d'une voix tremblotante et hésitante, tant il avait du mal à parler à cause de ses pleurs.
Eugène se redressa finalement sur ses deux jambes, et, tout en caressant les joues brûlantes du Spirit avec une douceur envoûtante, il déposa ses lèvres sur les siennes pour leur premier véritable baiser, long, doux, et délicieusement divin. Cette fois, au lieu d'écarquiller les yeux, Jae Sun les ferma et répondit tendrement au baiser, non seulement le premier avec l'homme qu'il aimait tant, mais aussi le premier de sa vie. Et, comme une réponse aux vagues de douceur plus qu'agréables qui s'emparaient de son corps à chaque caresse de son aîné sur ses joues, il posa ses mains sur ses épaules, avant de déplacer sa main droite sur son cou, faisant passer par ce geste tout ce que lui faisait ressentir ces lèvres scellées aux siennes.
Le baiser prit finalement fin, et les désormais amoureux se regardèrent dans les yeux. À la vue du sourire de son amant, le barista sourit à son tour, un sourire plein d'amour, de tendresse, et de joie.

- Parce que je t'aime, ma belle perle précieuse, reprit Eugène, alors cesse de pleurer je ne veux plus voir ces larmes qui souillent ton si joli visage d'ange.

À ces mots, le Spirit émit un petit rire. Un autre baiser fut échangé, puis l'aîné prit son cadet dans ses bras, tandis que ce dernier passait les siens autour de son cou dans lequel il vint enfouir son visage. Cette fois, c'était à lui de répondre à cette déclaration comme il se devait.

- Tu es un idiot, Eugène. Pourquoi je te supporte ? Tout simplement parce que rien est insupportable en toi. Si je t'écoute, si je t'épaule, c'est non seulement parce que tout le monde mérite une oreille attentive, mais aussi parce que j'en ai envie. Tu as le droit d'être narcissique, car tu es une merveille de la nature. Tu es un voleur parce que tu as gardé les tics que tu as été forcé de prendre dans ton enfance pour survivre. Tu n'es pas fou, seulement un homme avec une vie pleine d'aventures. Mais tu restes un idiot. Tu restes un idiot car tu veux me combler de bonheur, alors que tu me combles déjà. Tu restes un idiot car tu veux tout faire pour que je ne manque de rien, alors que tu en fais déjà trop pour moi en m'offrant ton amour. Tu restes un idiot car tu veux me faire visiter des endroits que je n'ai jamais vu, alors que tu viens de me faire faire le tour de l'Univers en m'ouvrant ton cœur. Et surtout, tu restes un idiot car tu veux être mon âme-sœur, alors qu'au fond de moi, tu es déjà bien plus...

Comme pour accentuer ses mots, Jae Sun prit la main droite d'Eugène et la posa sur son cœur. Il garda ses mains dessus et, les yeux fermés, il continua.

- Écoute... Écoute d'abord ton cœur, puis écoute le mien... Tu les entends ? Mon cœur bat à la même vitesse que le tien, il chante la même chanson que lui. Ils sont tous les deux en harmonie, et chantent ensemble cette merveilleuse mélodie. Tu vois, mon cœur ne peut désormais battre qu'au rythme du tien. Tu es déjà bien plus que l'âme-sœur pour moi, Eugène. Tu es devenu ma raison de vivre.

Ses yeux se rouvrirent, et il retira sa tête du cou de son amant. Laissant ses mains contre la paume posée sur son cœur, il posa délicatement son front contre le sien. Seuls quelques centimètres séparaient leurs lèvres.

- Laisse-moi être ton nouveau rêve. Pour ma part, tu es déjà le mien. Je t'aime, Eugène... murmura-t-il amoureusement avant de l'embrasser avec toute la tendresse qu'il pouvait avoir.


Dernière édition par Lim Jae Sun le Sam 12 Avr - 11:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Lee Joon
Messages : 162
avatar
Byul Eugène
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Mar 8 Avr - 23:09

Il y avait des mots qui pouvaient tuer, blesser fortement jusqu'à s'en faire du mal et s'en rendre malade il y en avait d'autres qui faisaient sourire et pouvaient nous combler à vie. Eugène s'attendait bien à une réponse positive de la part de son ami, il se doutait bien que celui-ci était aussi amoureux de lui mais jamais il n'aurait pu penser que le barista répondrait par une magnifique déclaration. Cela chamboulait le cœur de notre romantique, car oui Eugène était peut-être une personne narcissique et arrogante de temps à autres cela n'empêchait pas qu'il pouvait être le romantisme même. Héro tout droit sorti d'un livre à l'eau de rose lorsqu'il le fallait, l'orphelin pouvait combler de bonheur la personne qu'il aimait, la chérir jusqu'à la fin de ses jours et lorsqu'il s'entichait d'une personne jamais plus il ne la lâchait, il ne pouvait plus vivre sans par la suite. Jae Sun avait intérêt de pouvoir le supporter lui et ses élans de romantisme. Amoureux, il était du genre à être le chevalier servant de son petit ami, lui chanter des sérénades sous son balcon à la Roméo et Juliette ou l'emmener faire le tour du monde pour lui montrer mille et une merveilles qu'il n'aurait jamais vu de sa vie. La main du directeur de l'orphelinat venait de se poser contre la poitrine de son amant, il pouvait écouter le doux son des battements de celui-ci, battements rapides et irréguliers qui correspondaient parfaitement aux siens alors il prit la main de Jae Sun pour la poser contre sa poitrine pour qu'il puisse lui aussi sentir ces battements synchronisés. Sans le savoir ils ne faisaient déjà plus qu'un. Leur cœurs s'unissaient, leurs esprits aussi, ils étaient connectés et Eugène était persuadé qu'il pourrait même deviner à quoi son âme-soeur pouvait bien penser.

« Tu entends comme le miens bat ? Il bat si vite, j'ai comme l'impression qu'il va sortir de ma poitrine pour rejoindre le tien. Cela prouve bien que vivre sans toi m'es impossible. Sois mon nouveau rêve, non, tu l'es déjà. Tu es l'être qui fait briller les étoiles dans mes rêves, comme une muse d'un poète tu es pour moi tout ce qui me ravit. Tu finis par m'être indispensable. J'écrirais des romans entier pour te dire seulement un « je t'aime » si banal et pourtant si apprécié. Ö ma belle perle, je suis fou de toi. » Lui dit-il en le fixant d'un regard amoureux avant de l'embrasser avec tout son amour.

Ses lèvres étaient comme scotchées à celles de son désormais petit-ami. Un baiser doux et amoureux, pleins de sentiments et surtout innocent. Eugène voulait que son bébé se sente bien auprès de lui, il voulait tout faire pour que celui-ci soit heureux et ne manque de rien. Romantique, un peu trop même. Il gardait Jae Sun dans ses bras mais le décollait du sol avec un doux sourire charmeur avant de tourner avec un moment court puis de le reposer avec une attention particulière. C'était bien beau de se déclarer, de se jeter des mots doux à la figure mais pendant ce temps là les chocolats chauds n'allaient pas se faire tout seul et Eugène savait bien qu'il y avait tout les orphelins du bâtiment qui attendaient leur boisson chaude avec impatience. Il sortait de son petit nuage quittant les bras de son petit-ami avant de venir l'enlacer par derrière, torse contre dos déposant un baiser contre la joue de Jae Sun.

« Finissons les chocolats, ils doivent s'impatienter. » Lui chuchota-t-il près de la tempe.

Cuisiner avec l'élu de son cœur, cela était une chose purement romantique. Adorable, Eugène restait contre Jae Sun le torse toujours contre son dos, le petit était enlacé devant le plan de travail là il fallait être efficace et dans cette position-ci ils y arriveraient bien. En tout cas il était hors de question pour le directeur de lâcher son barista ne serait-ce qu'une petite heure. Il l'aimait tellement, que dieu soit bénis pour avoir créé un être aussi adorable que Jae Sun. Il se demandait parfois même si le cadet n'était pas un dieu tant sa beauté l'éblouissait, c'était flatteur certes mais cela était la pure et simple bonne vérité pour Eugène. Un autre baiser sur la tempe avant de caresser ses bras il reprit la parole avec un sourire plus que charmeur :

« Apprend moi à leur en faire en même temps, nous en referons beaucoup pour eux à l'avenir comme cela. Ils sont un peu comme ta famille désormais, car ils son la mienne aussi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Ven 11 Avr - 20:42


Badam, badam, badam... Jae Sun, aux anges, écoutait les battements du cœur synchronisé au sien. Eugène avait posé sa main contre sa poitrine, et depuis, il sentait son cœur se cogner contre sa paume, rapidement, irrégulièrement, comme le sien. Les yeux fermés, un sourire angelesque sur le visage, il écoutait cette douce mélodie qui l'emmenait dans un autre monde, la plus belle de toutes. Celle de deux cœurs amoureux l'un de l'autre.
Il releva finalement la tête et regarda son aîné dans les yeux. L'amour qu'il y décela le fit sourire de plus belle. Eugène était un dieu, une merveille du monde, mais lorsqu'il tentait de charmer quelqu'un, il devenait vraiment ridicule. Cependant, face à ce visage tendrement envoûtant et rempli d'amour, le barista comprit que c'était dans la sincérité de son regard que tout le charme jouait. À quoi bon être flatteur et se couvrir de ridicule quand un regard sincère pouvait enivrer n'importe qui.
L'aîné prit de nouveau la parole, fixant amoureusement le Spirit qui l'écouta avec toute l'attention possible.

- Tu entends comme le mien bat ? Il bat si vite, j'ai comme l'impression qu'il va sortir de ma poitrine pour rejoindre le tien. Cela prouve bien que vivre sans toi m'es impossible. Sois mon nouveau rêve, non, tu l'es déjà. Tu es l'être qui fait briller les étoiles dans mes rêves, comme une muse d'un poète tu es pour moi tout ce qui me ravit. Tu finis par m'être indispensable. J'écrirais des romans entiers pour te dire seulement un « je t'aime » si banal et pourtant si apprécié. Ô ma belle perle, je suis fou de toi.

Si Jae Sun était celui qui faisait briller les étoiles dans les rêves de son amant, ce dernier était celui qui faisait briller les étoiles dans ses yeux à l'instant même. Il était complètement envoûté par ses paroles teintées de romantisme. Lui aussi était très romantique. Il aimait faire passer toutes sortes de sentiments par de jolis mots. Et, désormais, il savait qu'il aimait les entendre. C'était une chose dont il venait de se rendre compte, mais la réponse lui paraissait maintenant si évidente qu'il se sentit un peu bête sur le coup.

À nouveau, Eugène scella ses lèvres à celles de son cadet avec tout son amour. Heureux de ce geste, ce dernier répondit de la même manière en resserrant tendrement son étreinte. Dieu, que ses lèvres étaient douces... Il ne voulait plus qu'elles se détachent des siennes. Il ne voulait pas quitter son amant. Il voulait rester auprès de lui pour toujours. Il se sentait tellement bien dans ses bras. Là, à ce moment précis, le Spirit se sentait heureux et énormément comblé par la vie. Et il savait que désormais, à chaque geste, chaque sourire, chaque parole de l'homme qu'il aimait, il ressentirait la même chose.
Alors que le baiser prit fin, Jae Sun sentit Eugène resserrer ses bras autour de lui et le soulever. Légèrement étonné, il ouvrit les yeux. Son amant le regardait avec un sourire doux et charmeur qui le fit immédiatement fondre. Il y répondit en lui faisant un sourire atrocement adorable. L'aîné le fit alors tournoyer un court instant avant de le reposer doucement sur le sol. Le barista émit un petit rire joyeux. Il adorait les manières de son petit ami. Ses baisers, Son étreinte, ses caresses, ses petites attentions, ses élans de romantisme... Il savait qu'il allait très vite y devenir accro.
Puis Eugène desserra son étreinte et quitta les bras du Spirit pour venir l'enlacer par derrière. Soupirant paisiblement, il s'adossa contre le torse chaud de l'homme qui lui avait volé son cœur. Il avait l'impression de planer dans un autre monde, un monde où ils n'étaient que eux deux. Lorsqu'il sentit le souffle chaud de son aîné percuter son cou, un sourire serein se dessina sur son visage. Les paupières closes, il se blottit un peu plus contre le corps qui l'enlaçait. Après avoir embrassé la joue de son cadet, Eugène se mit à chuchoter contre sa tempe.

- Finissons les chocolats, ils doivent s'impatienter.

Même si sa voix était digne du plus doux des anges, ces paroles ramena rapidement Jae Sun sur Terre. Immédiatement, ses yeux se rouvrirent et se portèrent sur les ingrédients posés sur la table de travail. Misère. Les chocolats chauds. Il les avait complètement oubliés.

- Oh, bon sang... Quel idiot je peux être. Les pauvres petits anges... Nous ne devrions pas les faire attendre plus longtemps.

Intérieurement, le pauvre barista était tout paniqué. Depuis combien de temps étaient-ils tous en train d'attendre ? Déjà qu'il était arrivé en retard... Mais qu'avait-il dans la tête ? Ces chocolats n'allaient pas se faire tout seul, voyons!
Cependant, il se détendit entièrement lorsque son amant déposa un doux baiser contre sa tempe. Il le tenait toujours contre lui et ne semblait pas décidé à vouloir le lâcher, au grand bonheur du plus jeune. Caressant les bras de son amant, le plus grand reprit la parole, un sourire à damner un saint aux lèvres.

- Apprend-moi à leur en faire en même temps, nous en referons beaucoup pour eux à l'avenir comme cela. Ils sont un peu comme ta famille désormais, car ils sont la mienne aussi.

Ces mots touchèrent énormément le plus petit. Être un nouveau "grand frère" pour tous ces enfants était une chose qui le réjouissait plus que tout. Mais, le mot "famille" lui rappela quelque chose qui le fit sourire de plus belle.

- En parlant de ça, Eugène... Je reste déterminé à adopter un enfant, moi. Mais maintenant, je dois te consulter pour ça.

Les yeux pétillants, le Spirit regarda son aîné avec une bouille atrocement mignonne, et, d'une voix adorable, il demanda :

- Eugène, est-ce que tu veux devenir papa ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Lee Joon
Messages : 162
avatar
Byul Eugène
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Dim 13 Avr - 19:42


Jamais Eugène n'aurait cru pouvoir tomber sous le charme de quelqu'un et pourtant cela était fait. Il était d'habitude solitaire et pensait souvent qu'il ne pouvait satisfaire pleinement quelqu'un sur le plan sentimental alors il avait abandonné l'idée de chercher sa moitié jusqu'à ce qu'elle lui tombe dessus sans qu'il ne s'y attende. Ce visage adorable que l'on aurait envie de craquer à pleines dents, ces yeux pétillant qui le fixait avec tant d'amour, cette bouche qui ne demandait qu'à être embrassée, l'orphelin avait craqué pour Jae Sun qui n'était, au départ, qu'un simple ami avec qui il passait du temps, un simple humain qu'il avait décidé d'employer pour ses petits monstres adorables. Désormais il n'était plus tout cela aux yeux de l'aîné, Jae Sun était sa perle précieuse qu'il protégerait au péril de sa vie. Il avait deux buts dans la vie à présent : s'occuper des enfants pour qu'ils ne manquent jamais de rien et bien entendu combler de bonheur son petit-ami. Il l'avait enlacé par derrière collant ainsi son torse contre le dos du cadet alors qu'il venait de lui dire qu'il serait peut-être temps de s'activer à la conception des chocolats chauds car les petits devaient être impatients. Il offrit un second baiser contre la tempe du barista, un baiser tendre et affectueux qui lui donnait le sourire. Il n'avait pas fini de sentir ses lèvres contre son visage si adorable heureusement qu'il était un jeune homme câlin sinon Eugène n'aurait sû que faire pour le combler autrement que par des choses romantiques et affectueuses. Quelque chose toucha par la suite le directeur en pleins cœur, la question était idiote car la réponse serait ben entendu positive mais elle le toucha tout de même. Il ne pu s'empêcher de sourire davantage passant une main dans les cheveux de Jae Sun pour les caresser avec une tendresse infinie.

« Je serais honoré d'être le père d'un des enfants plutôt que son grand-frère. Nous serons une magnifique petite famille. » Lui dit-il avec un sourire chaleureux. « mais voyons cela plus tard, les pauvres petits vont mourir d'impatience. »

Eugène n'aurait pu rêver mieux adopter sa petite Mary avec l'homme qu'il aimait pour fonder une famille. Nous étions dans un monde enchanté tiré des comptes de fées et la tradition voulait qu'avant d'avoir un enfant l'on se mari mais il était un peu trop tôt pour cela. A chaque fois que le directeur lisait un conte de fée aux petites orphelines, c'était la même chose : la fille pauvre maltraité à qui lui arrive pleins de choses désastreuses puis elle rencontre l'amour et tout va soudainement mieux, ils se marient sans se connaître ou juste après avoir finit une danse avec celui qui était censé être le prince. Ce n'était que des contes imaginaires hors nous étions dans la vie réelle et Eugène avait tout le temps qu'il voulait pour demander sa moitié en mariage, bien que grand romantique comme il était il ne tarderait pas après un bon mois passé à ses côtés à faire sa merveilleuse demande. Mais en attendant ils devaient concocter les chocolats chauds, Eugène prenait les devant et lâchait sa perle précieuse pour aller allumer la gazinière pour qu'ils puissent faire fondre le chocolat. Pour le reste, il ne savait pas ce qu'il fallait faire alors il décida de sortir les tasses, assez nombreuse soi dit en passant, pour que les petits puissent boire. En attendant il s'était décalé du barista pour ne pas le gêner dans sa tâche mais il le regardait toujours faire avec une attention particulière pour mémoriser chaque ingrédient à mettre dans la préparation de cette boisson.

« T'en sors-tu ? Veux-tu de l'aide, mon bébé ? » Lui demanda-t-il d'une voix douce en jetant un regard vers ce qu'il était en train de faire avant de venir se placer derrière lui à nouveau pour un baiser sur la tempe.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Jeu 17 Avr - 12:02


Jae Sun avait l'impression que tout cela n'était qu'un rêve. Ce moment n'était-il pas assez idyllique pour en être un ? Et puis, tout était arrivé si vite... Là, blotti contre le torse chaud de l'homme qu'il aimait, il avait du mal à croire que, quelques minutes auparavant, il n'était qu'un simple célibataire uniquement venu pour faire des boissons chaudes aux orphelins d'un simple ami dont il était secrètement amoureux. Quelques minutes... En quelques minutes à peine, le barista avait décidé d'adopter un enfant, s'était déclaré et était plus ou moins sur le point de fonder une famille. Ne pourrait-on pas croire qu'il s'agissait d'un simple rêve ? Il avait peur que ce ne soit réellement le cas, car, à un moment, il serait bien obligé de se réveiller. Mais à chaque baiser de son amant contre sa peau, à chaque caresse qu'il lui offrait, le Spirit ne pouvait s'empêcher de se dire que tous ces contacts étaient trop réalistes pour être le fruit de son imagination. Cependant, de peur de le voir disparaître, il fit tout pour le garder le plus près possible de lui, l'effleurer discrètement du bout des doigts à chaque hésitation, et il ne pouvait s'empêcher de sourire et soupirer de soulagement dès qu'il sentait son souffle contre son cou. Finalement, il conclut, à son plus grand bonheur, que tout ceci était bien réel, et que, désormais, chaque jour sera teinté de la couleur de cet amour, sans que ce ne soit qu'une rêverie.

Le dos collé au torse de son aîné, Jae Sun s'était rappelé du fait qu'il voulait adopter un enfant. Mais, selon lui, il devait à nouveau demander au directeur de l'orphelinat s'il pouvait le faire. Après tout, s'ils étaient en couple, ce dernier devenait donc le père de l'un de ses orphelins. Mais peut-être qu'Eugène ne voulait pas être autre chose qu'un grand-frère pour eux. Même si une petite voix résonnait dans sa tête et lui disait que toutes ces questions étaient complètement idiotes, il ne voulut pas prendre de risque et décida de demander au plus âgé son avis. Sans savoir pour quelle raison, il formula sa phrase de la même manière qu'une femme à son mari : « Tu veux devenir papa ? ». Et, comme l'on pouvait s'y attendre, la réponse de son amant fut positive.

- Je serais honoré d'être le père d'un des enfants plutôt que son grand-frère. Nous serons une magnifique petite famille. Mais voyons cela plus tard, les pauvres petits vont mourir d'impatience. lui dit-il en souriant et en lui caressant doucement les cheveux.

Si le barista ne savait pas se contrôler, il aurait sauté au cou du plus grand en pleurant et aurait bafouillé une centaine de « merci » en couvrant son visage de baisers. Mais, de peur de se montrer trop étouffant, il se contenta de l'embrasser tendrement sur la joue.

- Merci Eugène. Je fais au plus vite les chocolats, promis. murmura-t-il tendrement avant de retourner sa tête vers le plan de travail après que son homme ai relâché son étreinte.

Application, efficacité, concentration. Il fallait travailler vite et bien. Et pour cela, il devait se concentrer. Mais voir le plus grand rapprocher les tasses de lui en ne sachant pas quoi faire le fit sourire de plus belle. Il était vraiment adorable. Le Spirit comprenait que trop bien pourquoi il était tombé amoureux de lui. Mais ce n'était le moment de se laisser distraire. Les enfants étaient en train d'attendre, ils allaient finir par s'impatienter. Immédiatement, il se mit à la tâche. Étape par étape, il avançait efficacement dans la préparation des chocolats chaud. Restant concentré, il tenta de ne pas prêter attention à son aîné qui fixait tous ses faits et gestes. Mais ses joues légèrement rosies trahissait la joie secrète que cela lui procurait.

À un moment, Jae Sun examina la texture du chocolat chaud dans la marmite et se rendit compte qu'il n'y avait pas assez de lait. Mais un petit problème s'imposait : il ne pouvait pas arrêter de touiller le liquide chocolaté, au risque d'en faire brûler le fond. Il soupira. Comment s'y prendre ? Mais il trouva rapidement la réponse à sa question lorsque celle-ci se rapprocha de lui pour regarder de plus près ce qu'il était en train de faire.

- T'en sors-tu ? Veux-tu de l'aide, mon bébé ? demanda Eugène d'une voix très douce avant de se remettre derrière le barista et de déposer un autre baiser contre sa tempe.

Mais oui! Son amant pouvait l'aider! Qu'est-ce qu'il pouvait être idiot parfois.

- Avec plaisir, mon ange. Est-ce que tu pourrais continuer de remuer le chocolat pendant que je rajoute un peu de lait, s'il te plaît ? dit-il en lui tendant l'ustensile qu'il tenait dans ses mains.

À deux, c'était bien plus simple. Après avoir rajouté le lait, il prit une cuillère et la plongea dans le chocolat avant de la porter à sa bouche.

- Mmh, c'est très bon... Tu veux goûter aussi ? demanda-t-il au plus grand en lui faisant les yeux doux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Lee Joon
Messages : 162
avatar
Byul Eugène
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Jeu 24 Avr - 23:17

Dire que Eugène n'était pas heureux serait le pire des mensonge, il l'était, heureux et amoureux même. Sûrement aveuglé par cet amour qu'il portait au jeune homme par la même occasion, en tout cas il en était fou amoureux au point de sauter par dessus un pont si son amant lui en intimait l'ordre. Oh ces tendres étreintes que le directeur offrait au barista le ravissait, il n'aurait pu être plus heureux de cela. Il s'imaginait déjà des scénarios pour les jours à venir : dormir en serrant ce qui serait sa nouvelle peluche dans ses bras, se balader le long des côtes ou en bord de plage alors que les enfants bien élevés seraient en train de galoper sur le sable fin. Oh et si même ils tentaient une aventure dans le monde « humain », Eugène ne l'avait jamais visité et cela pourrait faire une magnifique sortie en amoureux. Ses bras avaient du mal à quitter le corps du plus jeune mais il le fallait bien pour pouvoir satisfaire la curiosité des petits orphelins qui attendaient patiemment leur surprise dans le réfectoire. Il voulait vraiment aider son petit ami pour ne pas qu'il fasse tout, tout seul alors il lui avait demandé s'il pouvait faire quelque chose pour lui il était évident que Jae Sun réponde oui car préparer une vingtaine de chocolats chauds ne devait pas être si simple que cela pourtant la tâche que lui avait donné le cadet était d'une simplicité enfantine. Il détacha ses mains d'autour du corps de son amant pour exécuter sa demande tel un chevalier servant, il attrapa rapidement la grosse cuillère en bois pour se mettre à remuer avec précaution le chocolat, il le faisait avec attention et prudence pour qu'il ne renverse rien alors que son ange versait petit à petit le lait dans le récipient. Fier de lui même pour ce tout petit effort, Eugène reposa la cuillère pour qu'il puisse goûter avec gourmandise le chocolat que Jae tenait à lui faire manger. Eugène n'était pas friand des choses sucrées mais pour son nouveau petit-ami il allait faire une exception car tout venait d'être préparé avec amour et beaucoup de tendresse alors cela ne pouvait que ravir l'orphelin qui s'empressait de mettre la cuillère dans sa bouche pour donner ensuite son avis sur la préparation.

« C'est délicieux mon ange, les enfants vont adorés, il est même meilleur que d'habitude si tu veux tout savoir. » Lui dit-il avec un sourire charmeur collé sur son visage.

Eugène ne savait absolument pas comment préparer ce genre de boisson alors il ne savait si celles-ci étaient déjà prête ou s'il fallait encore ajouter quelque chose à la préparation. Bien qu'Eugène soit considéré comme l'homme parfait il n'avait pas les talents du barista bien qu'il sache très bien cuisiner pour ses petits anges. En plus de savoir cuisiner, de savoir éduquer comme un chef, il savait être le grand-frère idéal dont tout le monde rêvait, un grand-frère gentil et attentionné qui ne voulait que le bonheur de ses cadets. Un grand-frère qui était aussi un père de temps à autres pour ces petits orphelins. Eugène se permit de voler un doux baiser à son petit ami tant il ne savait plus quoi faire par la suite, il voulait simplement combler de bonheur les orphelins ainsi que son adorable petit ange qui ne le quittait pas d'une semelle. Oh qu'il voulait lui sauter dessus et couvrir son visage de baisers brûlants d'amour ! Oh qu'il le voulait mais il se retenait pour ne pas choquer le cadet,, il ne pouvait anticiper ses réactions : aimerait-il, aurait-il peur ? Il n'en savait rien alors il restait plutôt sage attendant d'autres consignes de la part de Jae Sun qui était le maître aux fourneaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Ven 2 Mai - 17:03


Jae Sun était tout content de la réponse d'Eugène. Il savait que les choses sucrées n'étaient pas ce que préférait son amant, et savoir qu'il trouvait sa boisson délicieuse le rendait encore plus joyeux. Si ce chocolat savait faire craquer quelqu'un qui n'était pas friand de sucreries, les enfants l'apprécieraient sûrement.

- Si ça te plaît, c'est que c'est réussi alors... dit-il avec un magnifique sourire aux lèvres.

Le plus âgé vola un baiser à son cadet, qui sourit avant de lui en voler un à son tour. Ses lèvres avaient encore le goût du chocolat, les rendant encore plus délicieuses. Il prit alors quelques instants pour enfin décider de se détacher de son aîné. Le chocolat était prêt, ce n'était pas le moment de le laisser brûler. Rapidement, il repéra l'endroit où se trouvait les autres ustensiles et remarqua qu'il y avait deux louches. Deux... Peut-être qu'Eugène pouvait l'aider à remplir les tasses pour aller plus vite. Ça le gênait de lui demander de l'aider, il avait la désagréable impression de profiter de lui. Ce qu'il lui demandait de faire n'était pas énorme, mais cette impression restait présente. Mais bon, plus ils faisaient de choses ensemble, mieux c'était, non ? Il se décida donc à parler, un peu hésitant à cause de sa gêne.

- Euh... Est-ce que tu veux bien m'aider à remplir les tasses, s'il te plaît ? Ça ira plus vite comme ça...

Ouf! Il avait réussi à demander. Il se promit cependant de ne plus déranger son amant avec ça. Il lui donna donc une des louches et commença à remplir les tasses. Il y en avait beaucoup. Depuis quand n'avait-il pas fait autant de chocolats chauds d'un coup ? Si sa mémoire était bonne, il n'avait fait ça qu'une seule fois, à l'âge de quatorze ans. À l'époque, il était encore à Séoul, sur Terre. Ce souvenir le fit sourire avec nostalgie.

- Faire autant de chocolats d'un coup me rappelle de sacrés souvenirs, dit-il en riant. Je me souviens de la fois où mon père avait voulu tester mes capacités en me faisant passer une... Petite épreuve. J'ai dû faire cinquante chocolats chauds en seulement un quart-d'heure. Il fallait que que je mesure la quantité d'ingrédients au millilitre et au milligramme près, et surtout ne pas renverser une seule goutte de liquide. Et, pour ne rien arranger, il avait fait des traits sur toutes les tasses pour vérifier qu'elles contenaient bien la même quantité de chocolat chaud. Il émit un petit rire, puis continua. Je ne sais pas comment j'ai pu réussir à passer ce petit examen. Quand il me l'a annoncé, j'ai cru que je n'y arriverai jamais. Mais bon, les chocolats étaient tous réussis, et je dois avouer que je m'étais bien amusé. Il soupira. Ha, c'était le bon vieux temps...

Cette dernière phrase, il n'aurait pas dû la dire. Immédiatement, son regard s'assombrit, couvert par un voile de tristesse et de mélancolie.


- Vieux, oui...

Son père. Ses parents. Plus de deux ans après leur mort, il pensait toujours à eux. Oh, ce n'était pas constant, juste de temps en temps, quand son esprit laissait la porte de ses souvenirs entrouverte. Mais lorsque cela arrivait, son cœur se serrait. Et ça lui faisait mal. Très mal. Malgré sa vie plus que parfaite à Eliora, ils lui manquaient énormément. Et puis, après tout, s'ils avaient été en vie, il ne serait pas sans cesse en train d'embêter des gens pour les empêcher de mourir prématurément. S'ils avaient été en vie, il ne mettrait pas sa vie, et donc désormais une part du bonheur de son petit ami en jeu pour les autres. Mais s'ils avaient été en vie, il ne serait peut-être jamais tombé sur ce fameux carnet à dessin magique qui l'avait envoyé dans ce magnifique monde, il n'aurait peut-être jamais eu d'amis, il ne se serait sans doute jamais décidé à adopter un enfant, et il n'aurait probablement jamais trouvé l'amour.

C'est sur cette pensée positive qu'il remplit la dernière tasse. Lentement, il en prit une dans ses mains. Elle était vraiment chaude. Si lui avait l'habitude de tenir des objets chauds dans ses mains, les enfants, eux, n'allaient sûrement pas pouvoir les tenir tout de suite. Les chocolats était encore trop chauds, conséquence de sa petite maladresse sur la dose de lait qui lui avait fait prendre plus de temps. Il n'y avait qu'une seule solution : il fallait attendre. Il le fit donc savoir à son aîné.


- Les tasses sont vraiment brûlantes. Je pense qu'il vaut mieux attendre quelques petites minutes avant de les donner aux enfants. Je ne veux pas qu'ils se brûlent. En attendant...

Il se stoppa, tout sourire, avant de filer contre le torse du plus vieux, se collant à lui comme un enfant contre son père.

- En attendant... Je m'en vais retrouver ma place dans tes bras.

En effet, n'était-ce pas le meilleur endroit au monde ? Quel lieu pourrait être plus approprié pour une personne amoureuse, sinon l'étreinte chaude et rassurante de son bien-aimé ? Ici, il se sentait au chaud, rassuré, protégé, heureux, comblé, ressentant toute une montagne de sensations plus envoûtantes les unes que les autres. Adieu la timidité et la gêne entre les bras de son homme, il devenait franc et fragile, mais surtout plus doux, plus féminin. Il laissait la beauté de son cœur se dévoiler devant le seul être qui méritait d'y régner. Son roi, son ange, son dieu, celui à qui il appartenait inconsciemment depuis qu'il en était tombé amoureux.

Lentement, le Spirit prit une des mains du Fantasy, et, sans la quitter des yeux, entrelaça ses doigts aux siens. Puis son regard vint se poser sur le visage de son petit ami. Qu'il était beau, se disait-il. Il aimait tout en lui. Ses traits, ses yeux, son nez, ses joues, son menton, ses lèvres... Tout était parfait. Sa beauté le fascinait. Ce bel Apollon pouvait être comparé aux sirènes. Seul deux choses les distinguaient. Les sirènes avaient une queue de poisson et volaient la vie des gens. Eugène, lui, avait deux jambes comme tout être humain normal et avait volé le cœur du barista. Ce dernier fit un sourire des plus tendres à son petit ami.

- J'aime le plus beau des hommes... murmura-t-il d'une voix blanche.

Il ne trouva pas d'autres mots pour exprimer ce qu'il ressentait en ce moment même.

Le regard encré dans celui de son aîné, Jae Sun remarqua quelque chose qui l'étonna. Une lueur étrange brillait dans ses yeux, mais il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. C'était comme si... Comme s'il se retenait de faire quelque chose, de peur de faire une bêtise... Comme s'il voulait lui faire quelque chose, mais qu'il s'en empêchait, sûrement par peur de le brusquer. Ce constat le fit sourire. Qu'il était mignon de s'inquiéter comme ça. Mais il se sentait aussi mal pour lui. Pourquoi se retenait-il, alors qu'il n'y avait aucune chance pour qu'il ait peur de lui ? Pourquoi ne se laissait-il pas aller, alors qu'il lui faisait justement l'effet inverse ? Alors qu'il lui donnait justement envie de ne pas retenir ses élans d'amour ? Non, il était en train de se faire du mal pour rien. Il devait lui faire comprendre qu'il ne voulait pas qu'il se retienne, au contraire.

Il rabaissa donc son regard vers les deux mains entrelacées, avant de délier ses doigts des siens et de déposer la main du plus âgé contre sa joue. Se collant un peu plus contre lui, le plus jeune vint poser son front contre le sien, avant de se mettre chuchoter avec une voix douce.

- Ne te retiens pas, Eugène. S'il te plaît, ne te retiens pas. Si tu t'y obliges, j'en serai malheureux. Il caressa un instant sa joue du bout des doigts, puis continua en souriant. Moi, je ne me retiendrai pas pour te prouver mon amour...

Sur ces mots, il déposa ses lèvres brûlantes sur son front, puis sur ses paupières, son nez, ses joues, son menton. Enfin, il embrassa tendrement son amant, scellant une nouvelle fois leurs lèvres en passant ses mains dans ses cheveux. Ce fut seulement quelques secondes plus tard qu'il se décida enfin à se décoller de la bouche de son bien-aimé, avant de murmurer près de celle-ci.

- Ne craint rien... Jamais je n'aurai peur de toi... dit-il d'une voix rassurante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Lee Joon
Messages : 162
avatar
Byul Eugène
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Dim 11 Mai - 4:34

Jamais Eugène n'avait été amoureux auparavant, il n'avait jamais pensé à l'amour pour être plus exact lorsqu'il n'était encore qu'un voleur seul l'argent était important pour le jeune homme puis lorsqu'il commençait à s'occuper de l'orphelinat sa priorité avait été les enfants, il n'y avait jamais eu de place pour le sentiment amoureux jusqu'à aujourd'hui. Désormais il avait deux priorités : les enfants, bien évidemment ils les aimaient toujours, puis son petit ami : Lim Jae Sun. Ce sentiment était arrivé si soudainement que l'aîné peinait à savoir ce que signifiaient ces milliers de papillons qui gesticulaient dans son ventre ou encore pourquoi il réclamait dans son sommeil la présence du jeune barista, maintenant il le savait : il était amoureux, il aimait Jae Sun bien plus que n'importe qui à Eloria et dans le monde entier. Voilà ce qui manquait à sa vie depuis tout ce temps, voilà ce qu'il fallait pour le combler de bonheur : un être qu'il pourrait aimer bien plus qu'un enfant, un être qu'il pourrait embrasser et serrer dans ses bras sans aucune gêne bien que les débuts soient toujours difficiles, un être qu'il pourrait aimer de tout son cœur. Cet être il l'avait trouvé et comptait bien le garder à jamais enfermer dans son cœur, cet être se nommait Jae Sun. Jae Sun : la seconde particule de son nom signifiait soleil, ce jeune homme était indéniablement le soleil qui illuminait le directeur de l'orphelinat, à croire que son petit-ami portait bien son nom.

Le barista avait besoin d'aide c'était évident alors lorsqu'il, hésitant, demanda à son bien aimé de l'aider à remplir la trentaine de tasse il ne pu qu'accepter avec joie. Eugène aimait rendre service, il aimait aider surtout la personne qui faisait battre son cœur, de toute façon même s'il n'aurait pas voulu de son aide, il l'aurait aidé car il ne voulait pas voir le jeune homme faire tout alors que l'ancien orphelin se tournerait les pouces. C'était totalement inconcevable. Il hochait simplement de la tête et prit la louche avant de voler un léger baiser à son amant. C'est avec un large sourire que l'aîné remplit la moitié des tasses avec l'aide de son petit-ami. Il le faisait avec amour, faisant attention à ce qu'il ne renverse rien à côté puis il reposa la louche dans la cuve écoutant ainsi l'anecdote de Jae Sun. Il l'avait trouvé courageux de surmonter l'épreuve de son père, il était un jeune homme passionné cela ce voyait et s'entendait à sa voix, Eugène l'aimait aussi pour cela. Il ne pu s'empêcher de remarquer l'air triste qu'il arborait à présent est-ce qu'il s'était passé quelque chose avec sa famille ? Le passé de Jae était flou pour Eugène, il se rendait compte qu'il ne savait presque rien de son passé mais cela ne l'empêchait pas d'enlacer son ami pour essayer de le réconforter comme il le pouvait. Un baiser sur le haut du crâne il le berçait doucement, jamais il ne lui demanderait pourquoi il était dans cet état là, ce n'était pas à lui de demander cela si Jae voulait en parler il le ferait mais Eugène n'irait jamais chercher les informations par lui-même il ne voulait pas blesser son petit ami.

« Oui attendons, les pauvres vont se brûler si on leur donne maintenant... » Chuchotait-il au creux de l'oreille de son amant. « Ne fait pas cette tête si triste mon bébé, je serais malheureux car je n'aime pas te voir triste... Mon ange, je te le promet, je ne me retiendrais plus lorsque je voudrais t'embrasser ou t'enlacer, j'avais juste peur que tu n'en veuilles pas de suite. »

Sur ces mots, Eugène ne se retint effectivement pas. Il décida d'embrasser son petit ami avec amour, mouvant leur lèvres ensemble pour un baiser en toute innocent, un baiser assez long certes mais comme Jae Sun lui avait dit de ne pas se retenir il avait décidé qu'il fallait faire durer le baiser le plus longtemps possible. Il ne le rompit que lorsque leur souffle commençait à manquer mais il n'éloigna pas ses lèvres de ses jumelles qui ne demandaient qu'à être embrassé.

« Aimes-moi, jusqu'à la fin de nos jours... N'aimes que moi, ne vois personne d'autre que moi, ne regarde que moi, n'embrasse que moi, ne veux que moi... Ne laisse personne faire ce que moi je fais, tu es à moi, je ne veux pas que quelqu'un d'autre te touches, je périrais de jalousie et de chagrin... » Lui chuchota-t-il leurs lèvres encore très proches de celles de son petit ami. « N'ai pas peur de moi et ma jalousie, je ne t'empêcherais jamais de vivre... Je t'aime mon bébé soleil... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Dim 11 Mai - 19:56


Jae Sun était ravi de la promesse d'Eugène. En effet, celui-ci lui avait promis de ne plus retenir ses élans d'amour, et avait, en même temps, confirmé ce que le barista pensait : c'était par peur de sa réaction qu'il s'empêchait de se laisser aller. Il savait déjà que ce n'était pas que de belles paroles, mais il n'en fut que plus convaincu encore lorsque son amant scella une fois de plus leurs lèvres pour un long baiser. Tout heureux, le plus jeune se mit à mouver ses deux croissants de chair aux même rythme que ses jumelles, n'hésitant pas à passer ses mains dans la chevelure du plus vieux pour la caresser inlassablement, soupirant de bonheur, d'émotion... Et d'un sentiment plus enfoui, plus caché au fond de son être... De plaisir, peut-être ?

Le baiser dura longtemps, très longtemps, au grand bonheur des deux amoureux. Puis l'aîné détacha finalement ses lèvres de celles de son cadet, alors qu'ils commençaient à manquer d'air, avant de chuchoter près de celles-ci.

- Aime-moi, jusqu'à la fin de nos jours... N'aime que moi, ne vois personne d'autre que moi, ne regarde que moi, n'embrasse que moi, ne veux que moi... Ne laisse personne faire ce que moi je fais, tu es à moi, je ne veux pas que quelqu'un d'autre te touches, je périrais de jalousie et de chagrin... N'ai pas peur de moi et ma jalousie, je ne t'empêcherai jamais de vivre... Je t'aime mon bébé soleil...

Lui, effrayé par sa jalousie ? Jamais de la vie! Bien au contraire, il était plus que touché par la légère possessivité de son chéri. Il se décida donc à répondre en murmurant doucement près de son oreille, après avoir effleuré de ses lèvres le visage du plus âgé.

- Eugène, tu es mon amant, mon âme-sœur, ma raison de vivre... Jamais je n'aimerai quelqu'un d'autre que toi. Qui pourrais-je aimer, voir, regarder, embrasser, désirer, sinon celui à qui j'appartiens corps et âme ? Ne dit-on pas qu'il ne faut offrir son corps qu'à la personne que l'on aime ? Il se mit à effleurer la commissure des lèvres de son petit ami du bout des doigts, puis continua en enfouissant son visage dans son cou. Ne t'inquiète pas. Je te l'ai dit, jamais je n'aurai peur de toi. Au contraire, tu as désormais une part de mon cœur, de mon bonheur entre tes mains. Le seul endroit où je peux désormais vivre, c'est près de toi.

Doucement, des larmes de joie perlèrent le long de ses joues potelées et douces. Il commença à sangloter de joie dans le cou de son amant, mouillant peu à peu le haut de ce dernier alors que ses épaules étaient secouées de spasmes.

- Je suis heureux... Si heureux de t'aimer, si heureux de t'avoir rencontré, si heureux d'avoir quitté la Terre et d'avoir atterri à Eliora... Si seulement mes parents avaient pu te rencontrer, et savoir la vie de rêve que je mène dans ce monde... Ce n'est plus possible, mais ils veillent tout de même sur moi, depuis le Paradis... Et je suis sûr qu'ils t'apprécient...

La joie qui le faisait pleurer devint soudainement tristesse, faisant redoubler de vigueur ses larmes et les spasmes qui secouaient le haut de son dos. Sans tout à fait s'en rendre compte, il plaça ses mains sur le torse du plus vieux, agrippant désespérément son haut pour y trouver d'avantage de réconfort.

- J'ai encore du mal à me faire à l'idée que je ne les reverrai jamais... Qu'ils sont... Un sanglot plus violent que les autres l'empêcha de finir sa phrase. Ils me manquent tellement...

Et le pauvre Eugène qui devait le supporter sans comprendre... Il savait tout ou presque de sa vie, alors que lui ne connaissait rien de son passé dans ce qu'ils appelaient le monde "humain". C'était inégal et injuste. Ils étaient en couples, il pouvait bien tout lui expliquer, non ? La voix tremblotante, le Spirit avoua donc à celui qu'il aimait son passé, chose qu'il voulait pourtant oublier plus que tout.

- Je... Je n'ai pas été à l'école maternelle et primaire lorsque j'étais petit... Jusqu'à mes dix ans, j'ai été élevé presque comme un aristocrate de la vieille époque... J'avais des cours particuliers à domicile... J'apprenais les matières importantes obligatoires, comme tout le monde, mais j'étais aussi obligé d'apprendre à jouer du piano, à faire de l'escrime, à chasser... On a ensuite décidé de m'inscrire au collège... Mais... Mon éducation était trop différente de celle des autres... J'étais pour eux un enfant bizarre et renfermé, faisant de moi un bouc émissaire parfait... Tout le monde m'insultait, me rejetait, certains allaient jusqu'à me lancer des pierres... J'en ai même été un jour jusqu'à tenter de mettre fin à ma vie... Sans mes parents, je ne serais plus de ce monde... Il renifla un coup, puis continua. J'en avais plus qu'assez... Marre d'être traité comme un monstre... Je suis donc parti trois ans dans un pays étranger, pour étudier dans un lycée privé où tout le monde était comme moi... J'étais à nouveau heureux... Mais je n'avais qu'une seule hâte : retrouver mes parents... Seulement voilà... Lorsque je suis rentré chez, j'ai retrouvé ma maison en ruines... Il y avait eu un incendie, et... Mes... Il déglutit. Mes parents n'avaient pas survécu...

Il avait honte d'embêter ainsi Eugène avec ça. Depuis qu'il était arrivé à Eliora, jamais il n'avait osé vider son sac. Et il fallait que ça arrive devant lui... Toujours en larmes, il se décolla de son aîné et baissa la tête, honteux.

- Pardon... Je ne devrais pas t'embêter avec ça. Je n'aurais pas dû...

Il se mordit la lèvre inférieur, puis soupira et releva la tête, se forçant à sourire, malgré son visage larmoyant.

- Allons servir les chocolats... Les pauvres chéris ont déjà assez attendu comme ça à cause de moi... Et puis, j'ai vraiment envie de revoir Mary...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Lee Joon
Messages : 162
avatar
Byul Eugène
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Dim 22 Juin - 22:47

Jamais, oh grand jamais Eugène n'aurait pu être si heureux à ce moment précis. Son petit ami savait comment le faire sourire à s'en décrocher la mâchoire, il avait les mots pour. L'amour que Jae Sun montrait à son amant était au delà de ce qu'il aurait pu imaginer. Eugène savait qu'il avait fait le bon choix, son cœur avait faire le bon choix pour être exact car il n'y était pour rien il n'avait pas choisit de tomber amoureux d'un être aussi adorable que l'était le barista. Même si le directeur de l'orphelinat était une personne attachante, fidèle, romantique et bien plus que gentille il ne pouvait s'empêcher de se dire que ce qu'il faisait pour son amant n'était pas assez et cela ne faisait même pas une heure qu'ils s'étaient confessés l'un à l'autre. Il craignait de ne pas faire le maximum pour le rendre heureux, que plus tard il finirait pas se lasser de lui et l'abandonner pour un homme plus gentleman qu'il ne l'était déjà. Mais ces craintes furent vite envolées grâces aux mots de son petit-ami, il avait trouver ceux qui pouvaient lui faire fondre le cœur. Il n'en devenait que plus amoureux encore à présent. Jamais quelqu'un n'avait été aussi adorable avec lui, hormis les enfants bien entendu, lui qui était un voleur recherché par la garde royal il n'y a pas si longtemps – même si cela est toujours d'actualité de temps à autres – et qui n'avait jamais été aimé avant d'ouvrir l'orphelinat. Toujours pourchassé et laisse à l'abandon, il s'était souvent demandé ce qu'était l'amour, si on y ressentait quelque chose de merveilleux ou si ce n'était que chose banale, si l'on se sentait bien avec la personne et surtout comment l'on savait lorsqu'on tombait fou amoureux d'une personne. Maintenant il connaissait tout cela et même plus encore. La caresse d'un baiser chaud et doux, le regard brillant lorsque l'être aimé est là, le cœur s'affolant, les pensées divaguant : être amoureux pour lui c'était tout cela, c'était merveilleux. Jamais il ne voudrait avoir à abandonner tout cela, une fois que l'on goûte à la douceur de l'amour, on ne peut plus en échapper, nous sommes comme accrocs à cela. Une drogue douce que l'on ne peut se défaire qui nous marque à vie. L'amour était bien la chose la plus merveilleuse qu'il avait pu connaître sur cette terre, l'argent ? Il l'aimait toujours autant ! Mais cela n'avait absolument rien à voir avec ce qu'il éprouvait pour le barista. On ne pouvait comparer une chose matérielle qu'était l'argent et une chose immatérielle comme les sentiments et ça Eugène le savait bien.

Eugène ne pu s'empêcher d'ouvrir grand les yeux à la vu du visage de son amoureux, pourquoi pleurait-il ? Il n'y avait pas de raison, Eugène n'avait rien fait de mal. Il ne pouvait cependant s'empêcher de se dire qu'il avait dit quelque chose qu'il ne fallait pas, qu'il avait tout fait de travers. Il ne voulait pas le voir pleurer, alors l'aîné le serra davantage pour calmer ses sanglots il faisait cependant attention à ne pas l'écraser sous ses bras d'homme « musclé ». Puis il parlait de ses parents, oh qu'il aurait aimé les rencontrer aussi, ils devaient être fiers d'avoir un tel fils ! Cependant son visage se crispa sous une grimace en entendant qu'ils étaient au paradis, il se senti désolé pour son petit ami et embrassait son front pour le réconforter. Mais n'osait parler car Jae Sun s'apprêtait à prendre à nouveau la parole pour lui conter sa triste histoire. Il essayait de calmer le plus jeune comme il pouvait, il caressait son dos en douceur puis ses cheveux voulant connaître toute son histoire pour pouvoir enfin l'embrasser, le cajoler, sécher ses vilaines larmes et le rassurer mais pour cela il devait savoir ce qu'il s'était passé. Jae Sun ne mit pas longtemps à commencer son triste récit Eugène l'écoutait avec attention serrant toujours son petit ami contre lui au cas où il s'écroulerait au sol sous l'émotion. En clair, Jae était l'homme parfait, il était doué en tout, de bonne famille, adorable, courtois mais rejeté par la société qui le trouvait trop différent à son goût. Il n'avait pas eu une enfance facile comme Eugène, mais en pire. Ce dernier ne pu s'empêcher d'avoir un hoquet de surprise lorsque son petit-ami lui avoua qu'il avait essayé de se suicider, heureusement qu'il ne l'avait pas fait, la vie est trop précieuse pour qu'on la gâche ainsi. Il fut triste d'apprendre le décès de sa belle-famille, il aurait aimé les rencontrer, leur dire à quel point leur fils était un être merveilleux... Le récit terminé il se mit à caresser ses cheveux posant sa tête contre celle de son amant et décida de le réconforter par des mots cette fois-ci :

« Mon soleil, je serais toujours là pour toi... Ils doivent être fiers de toi là où ils sont, et très heureux de pouvoir te voir à chaque instant grandir... Peut-être qu'ils ont rencontré les miens là-haut, ceux que je n'ai jamais connu et qui veillent sur moi. Ne pleure pas mon ange... » Il lui offrit un doux sourire rassurant avant de lever le visage vers le plafond. « Laisse moi me présenter. Monsieur et Madame Lim, je suis enchanté, je m'appelle Byul Eugène et je tiens à dire que votre fils est la plus adorable personne sur cette terre, soyez fiers de lui là où vous êtes, il rend tout le monde heureux. Surtout moi. »

Il ne savait comment le réconforter mais il avait essayé de faire de son mieux. Il essuya ses vilaines larmes qui souillaient son beau visage d'ange avant de se détacher de lui mettant chaque chocolat chaud sur un présentoir roulant. Il ne restait pas bien loin de son petit ami, puis une fois que les chocolats furent prêt à être servit aux enfants Eugène se retourna vers son bien aimé.

« Allons-y mon prince. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Mar 26 Aoû - 22:36


Jae Sun avait toujours fait en sorte de se montrer fort. Toutes ses peines, toutes ses douleurs, il les avait toujours gardé pour lui seul. Jamais il ne s'était plaint des tortures qu'il subissait au collège. Jamais il n'avait pleuré devant ses parents. Jamais il n'avait dit de lui-même qu'il souffrait. Et s'il n'avait pas craqué un jour, cet enfer aurait très probablement continué. Il avait toujours tenté de construire un mur autour de son cœur. Et s'il le faisait, c'était pour une raison bien simple. Il avait peur, tout simplement. Peur de montrer ses faiblesses, et d'avoir encore plus mal. Le barista avait un cœur, devenu peu à peu fragile et très sensible, qui se serrait à la moindre perturbation. Depuis dix ans, il tentait de lutter contre cette faiblesse.
Mais devant tant d'amour, tant de joie, tant de tendresse, le Spirit était complètement désarmé. Face à Eugène, ses dernières barrières se brisaient, laissant son cœur à la merci des émotions qui le submergeaient. Dès lors, il ne pouvait plus rien retenir. Ni ses larmes, ni son besoin de parler, de se libérer de ses souffrances. En ce moment précis, frêle, tremblant, entouré des bras de son petit ami, le visage inondé par ses larmes, il se sentait plus faible que jamais, tel un enfant ayant besoin de réconfort.
Quand, enfin, Jae Sun acheva de raconter son histoire, deux sentiments firent surface : le soulagement, et la honte. Il s'était soulagé d'un poids bien lourd en relâchant tout ce qui pesait sur son cœur, mais il avait honte d'avoir gâché un moment joyeux avec ses soucis. Il voulait vraiment s'excuser auprès de son amoureux, mais celui-ci ne lui en laissa pas vraiment le temps. Doucement, il se mit à caresser les cheveux du barista et posa sa tête contre la sienne. Le Spirit ne bougea pas. Eugène semblait sur le point de lui dire quelque chose, et il ne voulait pas le couper dans son élan.

- Mon soleil, je serais toujours là pour toi... Ils doivent être fiers de toi là où ils sont, et très heureux de pouvoir te voir à chaque instant grandir... Peut-être qu'ils ont rencontré les miens là-haut, ceux que je n'ai jamais connu et qui veillent sur moi. Ne pleure pas mon ange...

Jae Sun baissa la tête, interdit. Oui, c'était vrai. À peine né, son petit ami avait été mis dans un orphelinat. À six ans, il était déjà à la rue, obligé de se débrouiller seul pour survivre. Lui, au moins, avait connu ses parents, avait reçu leur amour, et s'était créé de bons souvenirs avec eux. Et il osait se plaindre ? Son visage s'éteignit un court instant. Il avait de plus en plus honte de son comportement.
Lorsque la tête du directeur de l'orphelinat se décolla de la sienne, le barista leva vers lui ses yeux de chien battu. Il ne savait pas quoi dire. Il ne savait pas s'il devait s'excuser, le remercier ou se taire. Mais lorsque son amoureux lui fit un sourire rassurant, il se sentit un peu mieux, et lui sourit en retour, faisant contraster son sourire doux avec les larmes qui coulaient toujours le long de ses joues. Eugène leva finalement la tête vers le plafond. Le Spirit le regarda, intrigué. Qu'était-il donc en train de faire ?

- Laisse-moi me présenter. Monsieur et Madame Lim, je suis enchanté, je m'appelle Byul Eugène et je tiens à dire que votre fils est la plus adorable personne sur cette terre, soyez fiers de lui là où vous êtes, il rend tout le monde heureux. Surtout moi.

Jae Sun sourit à nouveau, touché par cette attention. Certes, ce genre de chose peut être considéré comme niais pour certaines personnes. Mais pas pour lui. Lui, il y voyait du romantisme et du réconfort. Le réconfort... Depuis quand n'avait-il pas été réconforté ainsi ? Cela lui était arrivé pour la dernière fois lorsqu'il avait quitter ses parents pour s'envoler vers l'Angleterre. Cela faisait six ans... Six ans qu'il n'avait pas été réconforté. Et pourtant, il avait l'impression de ne jamais avoir oublié ne serait-ce qu'un instant cette sensation, comme s'il pouvait la ressentir tous les jours. C'est à ce moment-là qu'il compris : même morts, ses parents restaient toujours près de lui.
Son petit ami finit par le lâcher pour déposer toutes les tasses sur un présentoir roulant. Pendant ce temps, le barista sortit son mouchoir en tissu et essuya ses yeux humides. Qu'allaient dire les enfants s'ils le voyaient pour la première fois dans cet état ? Une fois de nouveau présentable, il regarda son amant qui, une fois les chocolats prêts à être envoyés, se retourna vers lui.

- Allons-y, mon prince.

Le Spirit lui sourit tendrement. Il voulait encore faire une chose avant.

- Oui, allons-y. Au fait, Eugène...

Il s'avança vers lui, et passa ses bras autour de son cou, avant de murmurer un simple mot :

- Merci...

Un furtif baiser sur ses lèvres, et il le relâcha, avant de se décaler.

- Après toi, mon ange. Je ne sais pas où se trouve le réfectoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Lee Joon
Messages : 162
avatar
Byul Eugène
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Jeu 4 Sep - 11:31





I'm so glad to work for you
 

Réconforter l'homme qu'il aimait, cela était bien plus que normal pour Eugène, il n'allait tout de même pas laisser son adorable petit-ami dans cet état. Puis il avait eu une vie pas vraiment facile, le directeur pouvait comprendre, il avait eu une enfance bien pire. Il ne ramenait pas cela à lui, ce n'était pas poli et il n'était pas du genre à se plaindre, juste à assumer. Ces larmes sur les joues de Jae Sun... Il avait envie de les retirer rapidement, il ne devait pas pleurer, il avait le droit bien entendu mais cela serrait le cœur de l'orphelin. Jamais il n'avait aimé autant. Un amour pur et sincère, bon certes il aimait vraiment beaucoup les enfants de l'orphelinat cependant ce n'était pas le même amour qu'il éprouvait pour le petit barista. Lui-même n'avait jamais eu la chance d'avoir quelqu'un pour le réconforter lorsque tout allait mal pour lui et pourtant les enfants étaient la au quotidien. Ce n'est pas que ceux-ci ne voulaient pas consoler l'aîné mais c'est que lui ne laissait rien paraître, toujours souriant, toujours de bonne humeur, il y avait des jours où il cachait une mélancolie profonde, une légère dépression. Comme il n'avait personne pour l'aider, il préférait donner le sourire aux autres. Le bonheur des orphelins faisaient le sien, qui l'aurait cru lui qui pensait au départ que ce qui pouvait faire le bonheur n'était autre que l'argent. Il avait bien changé au fil des années mais au fond il restait toujours ce petit orphelin volant pour vivre et pour devenir riche, à l'humour étrange et imbus de sa personne. Comme on le dit si bien : chassez le naturel, il revient au galop. Comme il ne pouvait être heureux que par le bonheur d'autrui et l'argent, il voulait rendre heureux Jae Sun le plus possible pour effacer ses propres douleurs. Alors il ne cessait de lui sourire, son cœur battant la chamade contre sa poitrine. Jamais il n'avait ressenti cela pour personne auparavant, un doux sentiment bien étrange. Ces papillons dans son estomac ne lui faisaient pas mal au contraire il adorait ressentir cela et pour rien au monde il n'abandonnerait son petit-ami.

Le cadet venait tout juste de remercier Eugène, mais il n'y avait pas de quoi le remercier il trouvait cela juste normal et il n'avait rien fait d'extraordinaire pourtant. S'il était remercié à chaque fois par des baisers il serait cependant plus qu'heureux, oh oui les lèvres de son petit-ami étaient douces, si douces et sucrés c'était agréable au touché ; Bon les petits devaient attendre et même commencer à s'impatienter même si Eugène savait qu'ils resteraient sage. Offrant un large sourire à Jae Sun, le plus vieux poussait le chariot avec vingt huit tasses dessus. Il n'y avait que vingt six enfants ici mais il comptait bien faire boire son petit-copain et lui-même. Le réfectoire n'était pas loin, la porte juste à côté de la cuisine. Personne ne savait quel serait la surprise alors c'est avec un large sourire qu'il franchissait la porte pour voir tout les petits qui fixaient leur Hyung en se demandant bien quelle surprise cela allait être. Il s'empressait donc de se justifier en présentant d'abord le merveilleux barista à ses côtés :

« Les enfants, je vous ais promis une surprise aujourd'hui. Alors, je vous présente Jae Sun, il est barista et vous a préparé à tous un chocolat chaud. Si vous aimez, Jae Sun sera ravis de vous en faire plus souvent. »

Il voyait le visage des orphelins s'illuminer, ils étaient heureux de cette surprise de plus qu'ils n'avaient jamais goûté à un chocolat chaud de leur vie tout simplement parce qu'Eugène ne savait pas en préparer mais cela ne voulait pas dire qu'il ne les aimait pas bien au contraire il faisait tout pour pouvoir leur rendre la vie meilleure et les faire grandir dans un environnement sain. Cet endroit devait même être le seul à regrouper autant d'enfant qui aimaient manger des légumes, le directeur en faisait souvent et leur avait appris aimer. Certains étaient retissant au départ mais en déguisant cela en jeu ils avaient finit par apprécier. Alors avec un grand sourire, Eugène commençait à distribuer les tasse à chaque orphelin mais ils ne buvaient pas pour le moment. L'aîné leur avait appris à attendre que tout le monde soi servi pour pouvoir commencer à boire ou manger. Certains regardaient le liquide en se demandant si cela était bon, d'autres attendaient patiemment d'être servi.

« S'il te plaît, Jae Sun, peux-tu m'aider à servir ? » Lui demandait-il avec une voix douce.


FICHE PAR CENTURY SEX
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♚ Avatar : Kim Min Seok (Xiumin)
Messages : 259
avatar
Lim Jae Sun
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   Dim 28 Sep - 16:47


Jae Sun était tout excité à l'idée de rencontrer tous les enfants. Ils devaient probablement tous être aussi adorables que Mary. Il avait vraiment hâte de les voir.
Cependant, quelque chose le turlupinait : devait-il expliquer sa relation avec Eugène ? Après tout, il ne savait pas comment allaient réagir les enfants. Il pesa un instant le pour et le contre, avant de conclure qu'il valait mieux ne pas s'en préoccuper pour le moment. Si Eugène voulait vraiment le leur dire, il le ferait probablement de lui-même.
Ne voulant pas faire attendre davantage les orphelins en posant la question au directeur, le barista se contenta de le suivre jusqu'au réfectoire. Il le regarda ouvrir la porte, le cœur battant la chamade. Il allait enfin pouvoir les rencontrer.
Et en les voyant, il fit un effort surhumain pour ne pas sautiller sur place et tous les prendre dans ses bras. Devant lui, vingt-six petits anges assis regardaient les deux hommes avec un regard pétillant et curieux. Ils étaient tout simplement adorables. Jetant furtivement un coup d'œil dans toute la salle, il retrouva rapidement Mary. Celle-ci lui fit un petit sourire fier. Il devina qu'elle n'avait parlé à personne de leur petit secret. Amusé et attendri par ce petit visage rond qui le faisait fondre, il répondit à son sourire en faisant un petit clin d'œil. Puis il reporta son attention sur l'ensemble du groupe d'orphelins lorsque son aîné le présenta.

- Les enfants, je vous ai promis une surprise aujourd'hui. Alors, je vous présente Jae Sun, il est barista et vous a préparé à tous un chocolat chaud. Si vous aimez, Jae Sun sera ravi de vous en faire plus souvent.

Le Spirit fit un sourire doux et maternel et s'inclina légèrement.

- Bonjour les enfants ! C’est un plaisir de vous rencontrer ! Comme l'a dit Eugène, si les chocolats vous plaisent, je n'hésiterai pas à revenir vous en faire régulièrement.

Il eut du mal à garder son calme lorsqu'il vit le visage de ces petits anges s'illuminer. Ils étaient vraiment trop mignons! Comment pouvait-on résister à des bouilles si adorable ? Et comment pouvait-on abandonner des enfants si mignons et si sages ?... Les gens pouvaient être si cruels lorsqu'ils n'assumaient pas les conséquences de leurs actes...
Bien heureusement, son petit ami le sortit rapidement de ses pensées.

- S'il te plaît, Jae Sun, peux-tu m'aider à servir ? lui demanda Eugène d'une voix toute douce.

Immédiatement, Jae Sun revint sur terre et lui répondit sur le même ton, tout sourire.

- Oui, bien sûr, Eugène.

Il commença alors à l'aider en prenant les tasses et en les posant devant les enfants. Plus le temps passait, plus ces orphelins étonnaient le barista. Au lieu de se disputer pour avoir sa tasse le premier et commencer tout de suite leur boisson chaude, ceux qui étaient servis se contentaient de regarder, intrigué, le contenu de leur récipient, tandis que les autres attendaient patiemment d'être servis. Ils étaient vraiment sages comme des images... Pendant un instant, le Spirit eu l'impression de se voir quand il était petit, lorsqu'on lui apprenait les manières d'un aristocrate à table. Cette impression le fit sourire. Le directeur avait vraiment bien éduqué ces enfants.
De temps en temps, les orphelins ne se contentaient pas de remercier le barista. Ils lui posaient parfois une question, notamment s'il était un adulte et pourquoi il avait des joues d'écureuil. Jae Sun ne pouvait s'empêcher d'émettre un petit rire. Ils étaient vraiment adorables. Avec patience et tendresse, ils leur répondaient en souriant qu'il restait un enfant au fond de son cœur et qu'il avait hérité des joues de sa mère.
Finalement, il déposa une tasse de chocolat chaud devant la petite Mary. Cette dernière lui fit un sourire joyeux.

- Merci, Monsieur Jae Sun! Vous êtes le plus gentil de tous les baristas! lui dit-elle avec une voix enjouée.

Le Spirit rit joyeusement. Elle était de loin la petite fille la plus adorable qu'il n'ait jamais connu.

- Merci beaucoup, jolie princesse! répondit-il en lui ébouriffant amicalement les cheveux.

Tous le monde était servi, y compris les deux adultes. Après avoir fait un sourire tendre à son amoureux, Jae Sun se remit face aux enfants, tout sourire.

- Allez-y, les enfants. Bonne dégustation!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm so glad to work for you (feat Byul Eugène)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» You and I, should work together... ▬ Feat Damon
» ¤~~You still have lots more to work on~~¤
» 02. Glad You Came Back
» i'm glad to see you again (jaycee)
» Recherche d'un adversaire Paris Saint Lazare

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neverland Reborn :: Eliora World :: Airan :: Cair Paravel :: Quartier Sud :: Orphelinat seconde chance-